Archives par étiquette : arrivé

C’est arrivé un 23 avril…

« Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir… » (Maréchal Foch)

« Les peuples cessent de vivre quand ils cessent de se souvenir."» (Maréchal Foch)

Alors rappelons-nous :

  • le 23 avril : saints du jour français ou en France.
    • St Gérard, évêque de Toul († 994)

À Toul, en 994, saint Gérard, évêque, qui, pendant trente-et-un ans munit la cité de lois excellentes, nourrit les pauvres, vint au secours du peuple par ses prières et ses jeûnes en temps de peste, fit la dédicace de sa cathédrale, et ne se contenta pas d'aider de ses moyens les monastères, mais les garnit aussi de saints disciples.

  • le 23 avril 1464 : naissance de sainte Jeanne de France, reine de France, première épouse de Louis XII.

Jeanne de France, née le 23 avril 1464 à Nogent-le-Roi, morte le 4 février 1505 à Bourges, est la seconde fille de Louis XI et de Charlotte de Savoie. Elle devient duchesse d'Orléans puisqu'elle est mariée à l'âge de douze ans à Louis d'Orléans. Devenu Roi, ce dernier fait annuler le mariage, lequel n'a jamais été consommé. Elle vit saintement et fonde à Bourges l'ordre monastique de l'Annonciade. Elle est béatifiée le 18 juin 1742 par Benoît XIV et canonisée le 28 mai 1950 par le pape Pie XII.

Voir les chroniques du 4 février et du 28 mai.

  • le 23 avril 1718 : le pape Clément XI institue l'Académie pontificale de théologie, à Rome.

Dans une lettre du

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 22 avril…

« Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir… » (Maréchal Foch)

« Les peuples cessent de vivre quand ils cessent de se souvenir."» (Maréchal Foch)

Alors rappelons-nous :

  • le 22 avril : saints du jour français ou en France.
    • St Épipode, martyr à Lyon († 178)

À Lyon, en 178, saint Épipode, qui, après les combats glorieux des quarante-huit martyrs, l'année précédente, fut arrêté avec son ami très cher Alexandre, torturé sur le chevalet et eut enfin la tête tranchée, terminant ainsi son martyre.

  • St Léon, évêque de Sens († 541)
  • Ste Opportune, abbesse bénédictine († v. 775)

Au pays de Sées, vers 775, sainte Opportune, abbesse, qui se distingua par une abstinence et une austérité extrêmes.

  • le 22 avril 296 : décès du pape Caius.

Saint Caïus, né en Dalmatie, évêque de Rome du 12 décembre 283 à sa mort le 22 avril 296 comme martyr. Il fait partie des 33 premiers papes qui donnent leur vie pour témoigner de leur foi.

  • le 22 avril 536 : décès du pape saint Agapet Ier.

Agapet 1er est un pape canonisé, qui toutefois est peu connu.

  • le 22 avril 1073 : élection du pape Grégoire VII.

Hildebrand, moine toscan de 50 ans, conseiller de plusieurs papes, devient pape à son tour sous le nom de Grégoire VII.

Son pontificat est marqué par la réforme grégorienne et la querelle des investitures qui ont accru considérablement le pouvoir de la papauté. Le pape n'est plus soumis à

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 21 avril…

« Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir… » (Maréchal Foch)

« Les peuples cessent de vivre quand ils cessent de se souvenir."» (Maréchal Foch)

Alors rappelons-nous :

  • le 21 avril : saints du jour français ou en France.
    • St Anselme de Cantorbéry, archevêque et docteur de l'Église († 1109)

Anselme naît à Aoste, en Piémont, en 1033 ou 1034. Sa pieuse mère Ermengarde lui apprit, de bonne heure, à aimer Dieu et la Très Sainte Vierge ; mais, privé du soutien maternel vers l'âge de quinze ans, poursuivi dans sa vocation religieuse par le père, Gandolfo, mondain et intraitable, il se laissa entraîner par le monde.

Las d'être la victime de son père, il s'enfuit en France, et se fixa comme étudiant à l'abbaye du Bec, en Normandie. Là il dit à Lanfranc, chef de cette célèbre école : « Trois chemins me sont ouverts : être religieux au Bec, vivre en ermite, ou rester dans le monde pour soulager les pauvres avec mes richesses : parlez, je vous obéis. » Lanfranc se prononça pour la vie religieuse. Ce jour-là, l'abbaye du Bec fit la plus brillante de ses conquêtes. Anselme avait vingt-sept ans.

Quand bientôt Lanfranc prit possession du siège archiépiscopal de Cantorbéry, il fut élu prieur de l'abbaye, malgré toutes ses résistances ; il était déjà non seulement un savant, mais un saint. De prieur, il devint abbé, et dut encore accepter par force ce fardeau, dont lui seul se croyait indigne.

Sa vertu croissait avec

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 20 avril…

« Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir… » (Maréchal Foch)

« Les peuples cessent de vivre quand ils cessent de se souvenir."» (Maréchal Foch)

Alors rappelons-nous :

  • le 20 avril : saints du jour français ou en France.
    • St Marcellin, premier évêque d'Embrun († 374)

À Embrun dans les Alpes, vers 374, saint Marcellin, premier évêque de cette ville. Venu d'Afrique, il convertit à la foi du Christ la plus grande partie des Alpes maritimes et fut ordonné pour ce siège par saint Eusèbe de Verceil.

  • St Marcien, moine. († v. 488)

À Auxerre, vers 488, saint Marcien, moine.

  • St Giraud de Salles, chanoine puis ermite († 1120)

Au monastère de Chatellerault en Poitou, l'an 1120, le bienheureux Giraud de Salles, qui, de chanoine pauvre, se fit ermite beaucoup plus pauvre, partisan de la pénitence la plus grande. Il enflamma beaucoup de gens de l'amour de Dieu ou en attira beaucoup au désert, et fonda enfin un grand nombre de maisons de chanoines réguliers.

  • Bx Michel Coquelet, prêtre OMI et martyr (1931-1961)

(*Wignehies, France, 18 août 1931 – † Sop Xieng, Laos, 20 avril 1961)

Michel Coquelet naît le 18 août 1931 à Wignehies, dans l'archidiocèse de Cambrai en France. Il grandira dans le diocèse d'Orléans, puis retourne dans son diocèse d'origine pour achever ses études au Petit Séminaire de Solesmes. En 1948, il est admis au noviciat des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée à La Brosse-Montceaux, puis au scolasticat de Solignac. De

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 19 avril…

« Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir… » (Maréchal Foch)

« Les peuples cessent de vivre quand ils cessent de se souvenir."» (Maréchal Foch)

Alors rappelons-nous :

  • le 19 avril : saints du jour français ou en France.
    • St Léon IX, pape (150e) de 1049 à 1054

À Rome, près de saint Pierre, en 1054, saint Léon IX, pape, qui d'abord évêque de Toul, défendit fermement son Église pendant vingt-cinq ans puis, élu au siège de Rome, pendant cinq ans il convoqua plusieurs synodes pour réformer la vie du clergé et extirper la simonie.

 

  • Bx Bernard le Pénitent († 1182)

Martyrologe Romain : Au monastère de Saint-Bertin à Thérouanne, l'an 1182, le trépas du bienheureux Bernard le Pénitent, qui, cherchant à expier par une pénitence très dure des péchés de jeunesse, choisit un exil volontaire: pieds nus, vêtu de tissus de laine, se contentant d'un peu de nourriture, il fit sans arrêt des pèlerinages aux lieux sacrés et finit ses jours sous l'habit monastique

 

  • Bx Conrad (Corrado) d'Ascoli, o.f.m. (1234-1289)

Avec son ami Jérôme, qui deviendra le pape Nicolas IV, il entre chez les franciscains où tous deux enseignent et prêchent. Jérôme qui est devenu Maître Général de l'Ordre, autorise son ami Conrad à aller en Afrique où il opère miracles et conversions. A son retour, il exerce son ministère à Rome puis à Paris où il enseigne la théologie jusqu'au moment où Jérôme devient pape, sous le nom de Nicolas IV et

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 17 avril…

« Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir… » (Maréchal Foch)

« Les peuples cessent de vivre quand ils cessent de se souvenir."» (Maréchal Foch)

Alors rappelons-nous :

  • le 17 avril : saints du jour français ou en France.
    • St Pantaghate, évêque de Vienne en Gaule († 540)

À Vienne en Gaule, l'an 540, saint Pantagathe, évêque, réputé un des plus saints et des plus savants évêques de son temps.

  • St Robert, fondateur de l'abbaye de la Chaise-Dieu

Au monastère de la Chaise-Dieu en Auvergne, l'an 1067, saint Robert, abbé, qui vécut d'abord dans la solitude, puis en ce même lieu rassembla des frères et gagna au Seigneur une foule considérable par la parole de sa prédication et l'exemple de sa vie.

 

 

  • St Robert de Molesme, fondateur de Cîteaux

Robert naît en Champagne vers l'année 1017. Très jeune il devint moine à l'abbaye bénédictine de Saint-Pierre-de-la-Celle, près de Troyes, dont il fut nommé prieur.

Quelques temps après, il devint père abbé de Saint-Michel de Tonnerre, puis de Saint-Ayoul de Provins. Mais Robert voulait fuir les honneurs et avoir une vie plus austère : aussi il se retira comme ermite dans les bois de Collan (près de Tonnerre).

Plusieurs compagnons l'ayant rejoint, il quitta Collan pour fonder avec eux un monastère à Molesme (en Côte d'Or). Mais au bout de quelques temps, la discipline s'étant d'après lui relâchée, il quitta Molesme pour se rendre à Citeaux avec 21 moines où il fonda une nouvelle

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 16 avril…

"L'histoire ne nous dira sans doute pas ce qu'il faut faire, mais elle nous aidera peut être à le trouver. « Fustel de Coulanges »

Alors rappelons-nous :

  • le 16 avril : saints du jour français ou en France.
    • St Benoît-Joseph Labre, pèlerin, mendiant († 1783)

Benoît-Joseph Labre naquit à Amettes, diocèse d'Arras, en 1748 et fut l'aîné d'une famille de quinze enfants. Âgé de douze ans, il fut reçu chez son oncle paternel, curé d'Érin, pour faire ses études en vue du sacerdoce.

Après la mort de son oncle, Benoît-Joseph passa chez son oncle maternel, vicaire de Conteville, où il ne fit que grandir dans la mortification et la prière. Son attrait était toujours vers le Saint-Sacrement devant lequel il s'abîmait des heures entières en contemplation.

Il y avait longtemps que Benoît-Joseph aspirait à une vie plus parfaite : « Être prêtre est bien beau, disait-il ; mais j'ai peur de me perdre en sauvant les autres. »

Il finit par vaincre les résistances de ses parents et entre chez les Chartreux, espérant y trouver sa voie définitive. Il se trompait, car la Providence permet qu'il soit bientôt renvoyé par ses supérieurs, comme n'ayant pas la vocation de cet Ordre. La pensée de la Trappe, qu'il avait eue d'abord, lui revient ; on ne l'y accepte pas.

Ballotté de nouveau entre la Chartreuse et la Trappe, il est forcé de s'adresser enfin à Sept-Fons, où ses scrupules, ses peines d'esprit et une maladie sérieuse donnent bientôt lieu à son renvoi.

Toute sa réponse à

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 15 avril…

"L'histoire ne nous dira sans doute pas ce qu'il faut faire, mais elle nous aidera peut être à le trouver. « Fustel de Coulanges »

Alors rappelons-nous :

  • le 15 avril : saints du jour français ou en France.
    • St Patern, évêque de Vannes († Ve s.)

À Vannes en Armorique, saint Patern, évêque, qui fut, croit-on, ordonné en ce jour par saint Perpétue de Tours dans le concile provincial tenu en cette ville.

Saint Patern était fêté deux fois : le 15 avril et le 21 mai où l'on faisait mémoire de la translation de ses reliques. En 1964 le pape Paul VI déclara saint Patern, patron du diocèse de Vannes. Depuis, la fête liturgique de saint Patern est fixée au seul 15 avril et l'ancienne date du 21 mai a été abandonnée.

  • St Patern, évêque d'Avranches († v. 565)

Au pays de Coutances, vers 565, le trépas de saint Patern (Paterne, Pair ou Pern) évêque d'Avranches, qui fonda beaucoup de monastères et fut élu à l'épiscopat à l'âge de soixante-dix ans. Il mourut en se rendant au monastère de Sciscy, où il fut inhumé. Avec lui est commémoré son compagnon saint Scubilion, mort le même jour et inhumé avec lui à Sciscy. Ils sont fêtés le 16 avril dans le diocèse de Coutances et Avranches.

  • St Ortaire, abbé au diocèse de Bayeux († VIe s.)

À Landelle, près de Vire au diocèse de Bayeux, au VIe siècle, saint Ortaire, abbé, adonné aux austérités et à la prière, et assidu à soigner les malades et soulager les

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 14 avril…

"L'histoire ne nous dira sans doute pas ce qu'il faut faire, mais elle nous aidera peut être à le trouver. « Fustel de Coulanges »

Alors rappelons-nous :

  • le 14 avril : saints du jour français ou en France.
    • St Lambert, évêque de Lyon († 688)

À Lyon, vers 688, saint Lambert, évêque, qui fut auparavant moine puis abbé de Fontenelle.

  • St Bernard, ermite puis abbé († 1117)

Au monastère de Tiron près de Chartres, en 1117, saint Bernard, abbé, qui mena d'abord une vie d'ermite en divers endroits, en forêt et à l'île Chausey, mais, des disciples venant à lui en foule, il se fixa avec eux dans la forêt de Tiron, les forma et les conduisit à la perfection selon l'Évangile.

  • St Bénezet (Benoît), jeune berger (1165-1184)

Bénezet vint au monde en Savoie. Il fut élevé sous le toit de chaume de ses parents, qui lui apprirent de bonne heure à aimer Dieu. Quand il eut douze ans, sa mère, devenue veuve, l'employa à la garde des troupeaux.

Or, un jour, dans la campagne, Bénezet entendit trois fois cette parole : « Bénezet, mon fils, écoute la voix de Jésus-Christ. Je veux que tu laisses ton troupeau et que tu ailles me bâtir un pont sur le Rhône.  "Mais, Seigneur, je ne sais où est le Rhône, et je n'ose abandonner les brebis de ma mère.Va, je serai avec toi ; tes brebis retourneront à l'étable, et je vais te donner un compagnon qui te conduira. "Mais, Seigneur, je n'ai

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 13 avril…

"L'histoire ne nous dira sans doute pas ce qu'il faut faire, mais elle nous aidera peut être à le trouver. « Fustel de Coulanges »

Alors rappelons-nous :

  • le 13 avril : saints du jour français ou en France.
    • St Hermenegild, fils du roi Léovigild et martyr († 586)

Leuvigild, roi des Visigoths d'Espagne, avait épousé en premières noces la reine Théodosia, tante de saint Léandre et de saint Isidore, et il en avait eu deux fils, Herménégild et Ricarède. Le roi et ses fils étaient ariens comme le peuple tout entier.

Herménégild fut uni par son père à une digne épouse, Indégonde, fille du Roi de France Sigebert. Indégonde devait être pour son mari l'instrument du salut. Par la persuasion et l'exposition de la vérité, elle conquit l'âme du jeune prince, qui reçut le baptême catholique des mains de son oncle, saint Léandre.

Dès lors, il n'y eut plus de paix dans le palais royal. Goswinde, seconde femme du roi, employa toutes les flatteries, toutes les intrigues, toutes les cruautés, pour faire adopter à Indégonde l'arianisme et pour y ramener le prince. Tout fut inutile.

Accusé par cette femme perfide d'attenter, de plus, à la vie de son père, Herménégild fut jeté dans un cachot et chargé de chaînes. La prison, dit saint Grégoire, devint pour lui le vestibule du Ciel. Comme si le poids des chaînes n'eût pas suffi à ses mains habituées à porter le sceptre, il voulut encore, prisonnier du Christ, se couvrir d'un cilice, cherchant force et courage dans la

Lire la suite de l'article

Bernard Lugan : “Les Blancs d’Afrique du Sud sont responsables de ce qui leur arrive”

Dans une interview passionnante et sans langue de bois, Bernard Lugan évoque le sort des fermiers blancs d'Afrique du Sud. Ce qu'il dit pourrait servir d'avertissement aux Français et aux Européens face au phénomène de submersion migratoire :

Quid de la situation des fermiers blancs en Afrique du Sud ? Il semblerait que contrairement à l’Australie, l’Europe ne jette même pas un coup d’œil dans le pays de Nelson Mandela ?

Bernard Lugan : L’Afrique du Sud est sortie de l’histoire, elle n’intéresse plus personne. Le pays n’est plus un pays stratégique et ne se trouve plus pour le moment sur un axe stratégique sauf si bien sûr demain les rapports devenaient conflictuels avec la Russie et la Chine et que le contrôle des mers soit de nouveau important. Quant aux Blancs ils sont sortis totalement de l’histoire.

Mais les Blancs d’Afrique du Sud sont responsables de ce qui leur arrive. Dans les années qui ont précédé la remise du pouvoir à l’ANC, le président De Klerk, qui a trahi son peuple, avait donné une dernière chance à son peuple de s’exprimer à l’époque où seuls les blancs pouvaient voter. Il avait organisé un référendum en demandant aux blancs d’Afrique du Sud : « Voulez-vous que je continue le processus de discussion avec l’ANC — qui aboutira à leur prise du pouvoir — ou alors êtes-vous opposé à cela ? » Si les blancs avaient voté non, le processus aurait été différent de celui qui s’est produit. Ils ont voté

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 12 avril…

"L'histoire ne nous dira sans doute pas ce qu'il faut faire, mais elle nous aidera peut être à le trouver. « Fustel de Coulanges »

Alors rappelons-nous :

  • le 12 avril : saints du jour français ou en France.
    • St Constantin, évêque de Gap († après le 517)

À Gap en Provence, saint Constantin, évêque.

  • St Alfier (Alferio), abbé en Campanie († 1050)

Au monastère de Cava en Campanie, l'an 1050, saint Alfier, fondateur et premier abbé de ce monastère. Auparavant conseiller de Guimard, duc de Salerne, il devint à Cluny disciple de saint Odilon et apprit avec exactitude l'observance de la vie monastique.

  • le 12 avril 352: décès de Jules Ier, 35e pape.

Voir la chronique du 6 février.

  • le 12 avril 1204 : la quatrième croisade s'empare de Constantinople.

Lancée de Venise en 1202, elle a pour but initial de reconquérir les lieux Saints. Mais les croisés n'arrivent pas à réunir la somme demandée par Venise pour les transporter. Finalement, Dandolo, le Doge, accepte de reporter la dette, en échange de la conquête du port de Zara, ancienne possession vénitienne en Dalmatie. Le doge de Venise prend donc la tête de l'armée.

Bien qu'elle soit catholique, les croisés assiègent quand même la ville de Zara, et la prennent. Les Vénitiens et les croisés sont immédiatement excommuniés pour cet acte, par le pape Innocent III. Poussés par les Vénitiens les croisés se dirigent ensuite vers Constantinople.

Bien qu'Innocent III demande encore de ne pas attaquer, les croisés mettent le siège et la ville tombe le 12

Lire la suite de l'article