Archives par étiquette : Américains

Les évêques américains félicitent le gouvernement Trump

Lu dans Christianophobie hebdo :

Unknown-5"La décision prise ce jour [6 octobre] d’étendre le champ d’application de la dérogation au dé­cret du ministère de la Santé [HHS Mandate, janvier 2012], est « un retour au bon sens, à une pratique fédérale de longue date et à la co­existence pacifique entre l’Église et l’État », selon la Conférence des évêques catholiques des États­Unis [USCCB].

Le cardinal Daniel N. DiNardo, archevêque de Galveston­-Hou­ston et président de l’USCCB, et l’archevêque William M. Lori de Baltimore, président de la commis­sion ad hoc pour la liberté religieuse de l’USCCB, saluent l’annonce faite par le gouvernement Trump d’accorder une large dérogation religieuse et morale aux disposi­tions du décret qui exigent le rem­boursement de la stérilisation, de la contraception et des médicaments ou dispositifs susceptibles de pro­voquer des avortements, dans la couverture de l’assurance maladie. Le Cardinal DiNardo et l’archevêque Lori ont présenté, en réponse, la déclaration conjointe suivante :

«La décision du gouvernement d’accorder une large déroga­tion religieuse et morale au HHS Mandate, constitue la reconnais­sance que l’éventail complet des organisations confessionnelles et poursuivant une mission, et aussi les personnes qui les dirigent, ont des croyances religieuses et morales profondes que la loi doit respecter. Une telle dérogation n’est pas une nouveauté, mais elle est plutôt un retour au bon sens, à une pratique fédérale de longue date et à la coexistence pacifique entre l’Église et l’État. Elle corrige une défail­lance anormale de la réglementation fédérale qui n’aurait jamais dû se produire et qui ne

Lire la suite de l'article

Les Américains s’installent en Syrie

En écho à la question que nous posions sur les intérêts recherchés par les américains en Syrie, cette nouvelle analyse d'Antoine de Lacoste nous éclairent sur les raisons d'un interventionnisme inattendu de la part de Donald Trump :

Depuis quelques semaines les Américains sont passés à la vitesse supérieure en Syrie.

Jusqu'au siège d'Alep et à son heureuse conclusion, leur présence était assez discrète. Des avions stationnés au Qatar ou en Turquie venaient bombarder des positions de l'Etat islamique autour de Raqqa, ou du Front al Nosra dans la Province d'Idlib. Des drones étaient envoyés pour éliminer quelques figures islamistes. Et des membres des forces spéciales étaient discrètement présents pour aider à la coordination de tout cela mais aussi pour encadrer leurs alliés kurdes et éviter toute attaque des Turcs.

Cependant le gros de l'effort se portait en Irak et la Russie semblait avoir les mains libres en Syrie.

Tout a changé avec le siège de Mossoul en Irak. De nombreux djihadistes ont alors fui vers l'ouest syrien pour rejoindre Der es Zor et ses environs, encore tenus par Daech. Un peu plus loin, toujours vers l'ouest, il y a Raqqa, capitale de l'Etat islamique.

L'Etat-major américain a alors décidé de lancer une offensive contre Raqqa. Sans mandat de l'ONU bien sûr (personne n'en a d'ailleurs) et sans l'accord de l'Etat syrien, contrairement aux Russes et aux Iraniens qui sont intervenus à sa demande. Mais quand on a la mission sacrée de défendre et promouvoir la démocratie universelle, on

Lire la suite de l'article

Que cherchent les Américains en Syrie ?

Voici une question à laquelle Antoine de Lacoste apporte des éléments de réponse pour le Salon Beige :

 

La situation militaire en Syrie s'améliore de semaine en semaine.

Autour de Damas, l'étau se desserre lentement mais sûrement. Plusieurs banlieues de l'est ont été libérées et les combattants islamistes évacués avec leurs armes légères et leurs familles.

Beaucoup se sont demandés pourquoi le régime syrien laissait ainsi partir sains et saufs des adversaires résolus, prêts à combattre à nouveau dès que possible. La réponse est simple : tout d'abord c'est une volonté des Russes, désireux d'accélérer le processus de libération du territoire syrien et de ne pas s'embourber dans un conflit sans fin, ce que l'Amérique leur avait prédit.

Ensuite, réduire des poches de résistances urbaines tenues par mille ou deux mille combattants aguerris peuvent être très coûteuses en hommes et l'armée syrienne n'en a guère les moyens.

Enfin, il faut voir où ces combattants sont envoyés : dans la province d'Idlib, dernier territoire important tenu par la rébellion, au nord-ouest du pays. Or, dans cette province, des milliers de combattants islamistes sont éparpillés, avec des intérêts antagonistes, et donc des règlements de compte réguliers qui font le bonheur de tous…

Il faut d'ailleurs souligner à ce propos que si l'évacuation de plusieurs banlieues de Damas a été possible, c'est aussi parce que plusieurs factions rebelles se sont joyeusement exterminées grâce notamment aux attaques répétées de Fatah el Cham (l'ex front al Nosra) contre ses concurrents légèrement moins islamistes qu'eux.

Lire la suite de l'article

Syrie : Nicolas Dhuicq redoute que Donald Trump ne soit manipulé par les services américains

Le député de l’Aube Nicolas Dhuicq réagit au micro de Boulevard Voltaire après les frappes aériennes en Syrie décidées par le président Trump. Il redoute que ce dernier ne soit manipulé par les services américains (CIA, NSA)…

Par ailleurs, Nicolas Dhuicq insiste sur la nécessité de maintenir l’intégrité de la Syrie car sa partition signerait la guerre éternelle.


Nicolas Dhuicq : "Je redoute que ce soit les… par bvoltaire

Lire la suite de l'article

Donald Trump à la Conférence des Conservateurs américains

C5cNL5XWQAQAvfcLa CPAC, Conservative Political Action Conference, est un grand rendez-vous politique, organisé par les conservateurs américains, se déroulant chaque année dans la ville de Washington DC, aux États-Unis. S'y retrouvent les personnalités les plus en vue des différents courants du mouvement conservateur américain, élus, militants ou dirigeants d'organisation, journalistes… Une sorte de rendez-vous de Béziers mais au format américain… 

Donald Trump s'y est rendu. C'est le premier président à s'y rendre depuis Reagan.

Il a cité notre bonne ville de Paris… :

"La sécurité nationale commence par la sécurité aux frontières. Les terroristes étrangers ne pourront pas frapper l'Amérique s'ils ne peuvent entrer dans notre pays". "Regardez ce qui se passe en Europe! Regardez ce qui passe en Europe!"

"J'ai un ami, c'est quelqu'un de très très important. Il adore la Ville lumière. Pendant des années, tous les étés, il allait à Paris, avec sa femme et sa famille".

"Je ne l'avais pas vu depuis longtemps et j'ai dit 'Jim, comment va Paris ?'; 'Je n'y vais plus. Paris n'est plus Paris'". "Il n'aurait jamais raté une occasion. Aujourd'hui, il n'envisage même plus d'y aller".

Lire la suite de l'article

“Nous sommes les vassaux des américains, de l’Arabie Saoudite et du Qatar”

Marc Fromager, directeur de l’Aide à l’Eglise en Détresse, présente son livre “Guerre, Pétrole et radicalisme. Les Chrétiens d’Orient pris en étau”. L’AED soutient les chrétiens dans le monde, là où ils sont confrontés à des difficultés matérielles ou à des persécutions. L’association estime que environ 200 millions de chrétiens ne peuvent pas vivre leur foi librement. Elle finance plus de 6000 projets par an dans 140 pays à travers le monde. L’Aide à l’Eglise en Détresse a aussi pour mission de défendre la liberté religieuse dans le monde. L’AED est un observateur privilégié des enjeux géopolitiques de ces pays. Elle mène un travail de collecte d’informations, de contacts, d’observation et d’analyse de ces situations.

Marc Fromager revient sur la situation dramatique des Chrétiens d’Orient présents en Syrie mais également en Irak. Il explique comment les chrétiens réussissent à résister à l’emprise de l’Etat Islamique, le rôle qu’ils jouent pour entretenir une entente entre les chiites et les sunnites, sans oublier leur façon de pratiquer la religion chrétienne. Enfin, selon Marc Fromager, la situation des chrétiens d’orient n’est pas désespérée et l’espoir de paix est toujours permis dans cette région du monde.

Lire la suite de l'article

Les 3/4 des Américains veulent restreindre l’avortement

Lu sur Famille chrétienne :

"Près de trois Américains sur quatre (74 %), dont une majorité de militants prochoice (54 %), sont favorables à la mise en place de restrictions significatives de l’avortement, selon un sondage réalisé par le Marist Poll, un institut de sondage situé au collège des maristes à New York, pour les Chevaliers de Colomb, dont les résultats ont été publiés en janvier dernier. 22 % des Américains souhaitent limiter l’avortement aux trois premiers mois de la grossesse et 30 % au seul cas de viol, d’inceste ou pour sauver la vie de la mère. Près de six Américains sur dix appuient l’interdiction des avortements après vingt semaines de grossesse (59 % contre 53 % en avril).

[…] La moitié des Américains pensent que l’avortement a un impact négatif (50 %) à long terme sur la vie d’une femme, et près d’un sur cinq se dit incertain sur cet impact (19 %). Près de six Américains sur dix estiment que l’avortement est moralement mauvais (81 % de républicains, 40 % de démocrates).

Malgré ces résultats plutôt favorables au mouvement prolife, les Américains restent en majorité prochoice à 52 %, contre 42 % pour les prolife. 6 % des Américains sont sans avis sur la question. Mais les militants prolife sont plus attachés à leurs convictions : six Américains prolife sur dix s’identifient fortement à leur position, contre 52 % chez les prochoice

Lire la suite de l'article

L’avortement reste une des préoccupations majeures des Américains

Impensable en France où débattre au sujet de l'avortement est presque interdit :,

"Présidentielle américaine : l'immigration et l'avortement en tête des recherches sur Google (…) Les préoccupations des citoyens américains ne correspondent pas toujours aux thèmes de campagne les plus abordés par les candidats à la Maison Blanche. L'outil mis en place par Google News Lab et Pitch interactive permet de d'observer par exemple que l'avortement est régulièrement en première position ces dernières heures (…) 

Les thèmes les plus recherchés sont souvent les plus tranchés comme le suggère le graphique ci-dessous :

L'avortement fait partie des thèmes les plus polémiques entre les deux candidats. Hillary Clinton est une fervente partisane de ce droit. Elle avait déclaré que "nous avons besoin de protéger l'accès à un avortement légal et sûr, pas simplement dans les principes mais en pratique."  De son côté, Donald Trump est moins clair sur sa position mais il suit la ligne du parti républicain exprimée en juin dernier. "Nous affirmons l'aspect sacré de la vie humaine, et affirmons que l'enfant non né a un droit fondamental à la vie qui ne peut pas être enfreint."  Il serait contre l'avortement légal sauf en cas de viol ou d'inceste selon le Washington Post."

Image2

Lire la suite de l'article

Mercredi 28 septembre : Café Histoire de Toulon – “Guerres au Proche-Orient, russes et américains face à face ?”

Le Café Histoire de Toulon vous rappelle la prochaine causerie du mercredi 28 septembre 2016 devant les Amis du Pub Le Graal, au Pub associatif des Missionnaires de la Miséricorde -377 avenue de la République , Toulon. Cette septième causerie 2016, animée par Antoine de Lacoste, portera sur le thème : " Guerres au Proche-Orient, russes et américains face à face ? "

Au moment où les chrétiens d'Orient sont menacés de disparition par l'islamisme, cette nouvelle plaie du monde arabe, Antoine de Lacoste nous fera comprendre si Russes et Américains sont entrés dans une seconde guerre froide. Cette question ne peut laisser indifférents les catholiques français, héritiers de la traditionnelle politique capétienne de protection des populations chrétiennes du Levant.

De Lacoste

2) Vous pourrez compléter la causerie d'Antoine de Lacoste en participant à la conférence débat sur la Syrie organisée par SOS Chrétiens d'Orient , avec la journaliste-écrivain Annie Laurent et la responsable des missions Jordanie/Syrie Lucie Bouzard, le 30 septembre, à Gonfaron, à la salle polyvalente (renseignements téléphonique : 06 79 09 17).

3) Le texte de la causerie de Philippe Lallement du 29 juin 2016 sur : La mémoire disparue des catholiques du "Midi blanc " , vous sera communiqué par mail avec notre envoi du mois d'octobre 2016.

4) Nous vous rappelons également qu'il n'y aura pas de causerie le dernier mercredi du mois d'octobre 2016 en raison du pèlerinage du Jubilé de Miséricorde à Rome avec les Missionnaires de la Miséricorde, avec la présence de

Lire la suite de l'article

Pour les catholiques américains il est impensable de voter Clinton

Extrait d'un article de Hugues Lefèvre dans Famille chrétienne sur Hillary Clinton :

F"[…] Les opposants d’Hillary Clinton la qualifient de caméléon qui change de discours à mesure que l’opinion évolue. En 2002, alors qu’elle est sénatrice, elle confirme son opposition au mariage entre les personnes de même sexe. Deux ans plus tard, elle ajoute que le mariage « n’est pas seulement un engagement mais une union sacrée entre un homme et une femme ». Mais la candidate finit par apporter son soutien à la communauté LGBT et au mariage homosexuel, dans un clip en 2013. « Nous avons tous évolué », se défend-elle, en 2014.

[…] Mais, pour bon nombre de catholiques pratiquants, ses prises de position en matière d’éthique ne passent pas. Par exemple, l’avortement. Même si, par une pirouette oratoire, elle reconnaît que « le potentiel de vie commence à la conception », Hillary Clinton y reste favorable. « Je crois que l’on devrait faire confiance aux individus […] pour prendre ce genre de décision grave » explique-t-elle sur le plateau de CNN, en 2008. Dans son programme de 2016, la candidate s’engage donc à défendre « l’avortement légal et sécurisé, pas seulement en principe, mais dans la pratique ». En janvier, elle a reçu le soutien du Planning familial américain (Planned Parenthood), principale organisation pro choice aux États-Unis. Le New York Times rapportait alors que l’organisation verserait 20 millions de dollars pour l’aider dans sa campagne ainsi que dans celle des sénateurs qu’elle soutiendrait.

Lire la suite de l'article

Un évêque dénonce l’Organisation des Etats américains coupable de colonisation idéologique

L'Organisation des États américains, qui commence son assemblée annuelle en République dominicaine lundi, a été critiquée par Mgr Víctor Masalles, évêque auxiliaire de Santo Domingo, qui dénonce la volonté de cette organisation de promouvoir la dénaturation du mariage et l'avortement, en contradiction directe avec les traditions humanistes chrétiens d'Amérique latine, et en violation de sa propre charte.

Créée en 1948, l'OEA est le principal forum gouvernemental politique, juridique et social pour les 35 États indépendants des Amériques. Mais depuis le retour de la démocratie en Amérique latine dans les années 1990, la direction de l'OEA a été phagocytée par la gauche culturelle. Mgr Víctor Masalles déclare :

Unknown-5"Ce qui me préoccupe est que l'OEA est devenue le mécanisme d'une nouvelle ingérence étrangère, la promotion de ce que le Pape François appelle «colonisation idéologique». Nous ne sommes plus confrontés à une invasion en utilisant des armes, mais une invasion idéologique, qui ne tient pas compte et méprise même les valeurs traditionnelles dominicaines."

"La base de la société est la famille, et cela devrait être la priorité lorsque vous pensez à un développement vraiment durable. Il est une contradiction de se concentrer sur le renforcement des institutions tout en affaiblissant en même temps l'institution de la famille, qui fournit l'espace clé pour le développement complet d'un être humain. Le développement d'un pays ne peut pas se faire au détriment de ce qui est essentiel.

L'OEA cherche une plus grande égalité des droits pour les homosexuels. L'Eglise est engagée à surmonter une discrimination injuste contre

Lire la suite de l'article

La poussée populiste au sein des partis américains

Extrait d'un entretien d'Alain de Benoist à Breizh-info :

"Comment percevez-vous l’ascension de Donald Trump aux Etats-Unis ? Le traitement médiatique à charge qu’il subit en France n’est-il pas lié à une méconnaissance totale de la vie politique américaine et de son programme ?

J’ai déjà eu l’occasion de l’écrire : je suis extrêmement réservé sur Donald Trump, qui me fait l’effet d’un milliardaire paranoïaque, drogué à la téléréalité et mâtiné d’un docteur Folamour en puissance. Mais au-delà de Trump, il y a le phénomène Trump, sujet distinct et beaucoup plus intéressant. Si on le rapproche du phénomène Sanders, on s’aperçoit que c’est la première fois depuis longtemps qu’à l’intérieur des deux grands partis américains se manifeste une poussée populiste de cette ampleur. Il en restera nécessairement des traces, surtout si c’est l’abominable Hillary Clinton qui finit par l’emporter.

Quant aux critiques tous azimuts qu’on peut lire contre Trump dans les médias français, elles s’expliquent avant tout par le politiquement correct, même s’il est exact que les commentateurs français, mal informés des mœurs politiques américaines, comprennent rarement que l’élection présidentielle aux Etats-Unis est quelque chose de très différent de ce qu’elle est chez nous."

Lire la suite de l'article