Archives par étiquette : aimer

Aimer en grand ne devrait pas faire peur, mais au contraire attirer

Homélie de Dom Courau, père abbé de Notre-Dame de Triors, en cette Solennité de La Translation des reliques de saint Benoît à l’abbaye de Fleury (Saint-Benoît sur Loire) :

Ob_984fdc_saint-benoit-de-nursie-patron-de-l-e"S. Pierre interroge le Seigneur sans arrière pensée ni inquiétude. Il souhaite plutôt donner un sens au bel effort moral qu’il s’est joyeusement proposé en suivant Jésus (Mt. 19,27s) : son tempérament est ardent, on ne trouve chez lui aucune trace de l’indolence plaintive du jeune homme riche trop enraciné dans le matériel : ce dernier venait de quitter Jésus tout triste (Mt 19,22). De son côté, Pierre avait sûrement été heureux d’entendre le Seigneur dire naguère de ne pas regarder en arrière une fois qu’on a mis la main à la charrue (Luc 9,62). Aller de l’avant est un signe de bonne santé morale, même si, dans un second temps, la crainte de la désillusion peut menacer la persévérance. Il en va ainsi en tout projet un peu conséquent, a fortiori en tout ce qui engage la vie entière.

Par sa Vie comme dans sa Règle, S. Benoît a connu cela : constatant comment les étudiants de son âge s’éparpillaient dans des mœurs marécageuses, il a pris ses distances à leur égard, pour vivre en vérité devant Dieu et devant lui-même (Vita introd.1 & 3,5). Puis il engage ceux qui viennent à lui à aimer la vie : Beaucoup, attirés par lui, se rassemblèrent en ce lieu en vue de servir le Dieu Tout-puissant (id° 3,13). Dans sa Règle (Prologue),

Lire la suite de l'article

Le Pape invite à aimer la vie de sa conception à sa mort naturelle

Cq5dam.thumbnail.cropped.750.422Dimanche midi, lors de la prière du Regina Coeli, le Pape a commenté l’Evangile du jour en exhortant à prendre soin des personnes âgées, des malades, des enfants à naître :

«En définitive, la vie est toujours à protéger et à aimer de sa conception à sa mort naturelle».

L’Amour du Christ n’est pas un sentiment superficiel, mais un comportement fondamental du cœur qui se manifeste dans le fait de vivre selon son souhait. Les catholiques doivent ainsi suivre les enseignements de Jésus, et en particulier celui-ci «Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé». Il faut également passer à l’action, les paroles ne suffisent pas et ainsi le Pape rappelle que «l’amour s’accomplit  dans la vie de tous les jours, dans nos comportements, nos actions, sinon c’est seulement quelque chose d’illusoire».

Comment partager avec autrui cet amour qui vient de Dieu ? Là encore, il faut des faits, comme l’a indiqué Jésus plus d’une fois. Avec qui le partager ? Avec

«celui que je rencontre sur ma route qui, avec son visage et son histoire, m’interpelle ; celui qui du seul fait de sa présence me pousse à abandonner mes intérêts et mon confort ; celui qui est en demande de ma disponibilité pour l’écouter et faire un morceau du chemin ensemble».

Le Pape exhorte à se montrer disponible envers chacun, «peu importe qui il est et dans quelle situation il se trouve». Et il faut commencer par ceux qui sont proches, la famille, les collègues ou

Lire la suite de l'article

Aimer la France est une condition non écrite pour devenir officier

Belle tribune de Georges Michel, officier de carrière à la retraite, suite à l'article du JDD. Extraits :

"Deux jours après qu’un officier français a fait le sacrifice de sa vie pour sauver une mère de famille prise en otage par un terroriste islamiste, issu de cette fameuse « diversité », le JDD de ce dimanche sort un long papier intitulé « Armée : pourquoi les généraux résistent à la diversité ». Un papier du journaliste François Clemenceau dont l’incise sonne un peu comme un procès à charge : « Révélations – Dix ans après l’adoption par le ministère de la Défense d’un Plan d’égalité des chances visant à favoriser l’ascension vers la haute hiérarchie militaire de jeunes issus de l’immigration, des outre-mer et des milieux défavorisés, le bilan est à l’inertie. » Et l’article de pointer du doigt « une culture prégnante de l’entre-soi au sommet de la hiérarchie ». En clair, le système barrerait la route d’accès à la haute hiérarchie aux officiers issus de la diversité.

Il serait peut-être bon, tout d’abord, de rappeler que l’armée – ou plutôt les armées – est sans doute l’institution dans l’État où l’escalier social (…) fonctionne pleinement. Grosso modo, un sous-officier sur deux est un ancien militaire du rang et un officier sur deux a d’abord été sous-officier. Quel corps, dans l’État, peut en dire autant ? Ensuite, il n’est pas inutile de préciser que pour « fabriquer » un général, il faut une petite trentaine d’années. Les généraux d’aujourd’hui sont entrés à Saint-Cyr, à l’École navale,

Lire la suite de l'article

« S’aimer soi-même signifie aussi aimer notre pays, notre nation, notre famille, notre culture et notre civilisation. »

Orban_viktorExtrait du message de Noël de Viktor Orban :

« Le christianisme est une culture et une civilisation. Nous vivons dedans. Il ne s’agit pas de savoir combien de personnes vont à l’église ou combien prient honnêtement. La culture est la réalité de notre vie quotidienne … La culture chrétienne définit notre morale quotidienne ».

Orbán a visé les ennemis de sa politique, qui prétendent qu’il n’est pas chrétien s’il ne permet pas «à des millions d’extra-européenne à s’installer en Europe» selon le commandement «aime ton prochain comme toi-même» .

« Ils oublient la deuxième partie du commandement ». « S’aimer soi-même signifie aussi protéger tout ce que nous sommes et qui nous sommes. Nous aimer signifie que nous aimons notre pays, notre nation, notre famille, la culture hongroise et la civilisation européenne. »

« Les bases de la vie européenne sont maintenant attaquées ».« Nous ne voulons pas que nos marchés de Noël soient renommés, et nous ne voulons absolument pas nous retrancher derrière des blocs de béton. Nous ne voulons pas que nos rassemblements de Noël soient entourées de peur et de détresse. Nous ne voulons pas que nos femmes, nos filles soient agressées le soir du Nouvel An « 

« Ils veulent que nous arrêtions d’être ce que nous sommes. Ils veulent que nous devenions ceux que nous ne voulons pas être. Ils veulent que nous nous mélangions à des gens d’un autre monde ».

« Les nations libres d’Europe, les gouvernements nationaux élus par des citoyens libres, ont une nouvelle tâche: protéger notre culture

Lire la suite de l'article

Redécouvrez les très beaux textes de Simone Weil : “Aimer un être, c’est tout simplement reconnaître qu’il existe autant que vous”

PegLa pesanteur et la grâce.

"Tous les mouvements naturels de l'âme sont régis par des lois analogues à celles de la pesanteur matérielle. La grâce seule fait exception. Deux forces règnent sur l'univers : lumière et pesanteur".

"Une science qui ne nous approche pas de Dieu ne vaut rien. – Mais si elle nous en fait mal approcher, c'est-à-dire d'un Dieu imaginaire, c'est pire…"

"Dire que le monde ne vaut rien, que cette vie ne vaut rien, et donner pour preuve le mal, est absurde, car si cela ne vaut rien, de quoi le mal prive-t-il?"

Ou encore l'enracinement :

"Seul l'être humain a une destinée éternelle. Les collectivités humaines n'en ont pas. Aussi n'y a-t-il pas à leur égard d'obligations directes qui soient éternelles. Seul est éternel le devoir envers l'être humain comme tel".

"On pense aujourd'hui à la révolution, non comme à une solution des problèmes posés par l'actualité, mais comme à un miracle dispensant de résoudre les problèmes".

"L'unique source de salut et de grandeur pour la France, c'est de reprendre contact avec son génie au fond de son malheur"

"Il faut que la vie sociale soit corrompue jusqu'en son centre lorsque les ouvriers se sentent chez eux dans l'usine quand ils font grève, étrangers quand ils travaillent. Le contraire devrait être vrai".

Lire la suite de l'article

Pas de liberté en islam : une fille rouée de coups pour oser aimer un catholique

Agée de 23 ans, une infirmière musulmane était amoureuse d'un catholique.

Inacceptable pour son père, d'origine marocaine, qui l'aurait plusieurs fois menacée de mort. Et ses cousines auraient tenté de «la ramener à la raison» en la rouant de coups, jusqu'à lui faire perdre connaissance.

Oui, cette histoire se déroule en France.

Lire la suite de l'article

Pass contraception : que les jeunes apprennent à aimer avant d’apprendre à jouir

Anne Lorne, élue LR Sens Commun au conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes (et investie pour les législatives de 2017) se fait remarquer par son opposition au Pass contraception.  

Le 8 juillet, Anne Lorne explique sur son site :

"Ce jeudi 7 juillet en Assemblée plénière, nous avons voté le dispositif Carte Jeunes Auvergne-Rhône-Alpes. Il s’agissait là de voter le principe et non son contenu. Nous conviendrons d’un nouveau dispositif en lieu et place de ceux hérités des précédentes majorités socialistes.

Si je suis favorable au soutien de la région en matière d’aides à l’accès à la culture, aux loisirs, aux sports, à la santé, sans critères de ressources, je suis fermement opposée au Pass Contraception. En effet, je suis pour la liberté individuelle et la responsabilité. Or, la liberté ne peut s’exercer si l’État ou les collectivités territoriales se substituent aux parents dans l’éducation de leurs enfants. Je suis convaincue que l’école, et les lycées en ce qui me concerne, ne peuvent pas remplacer les parents ou leur faire concurrence. Famille et école sont complémentaires.

Il est donc nécessaire de les associer davantage dans les projets éducatifs, y compris sur les questions affectives et sexuelles. Le Pass contraception ignore cette nécessité puisqu’il viole la liberté éducative des parents et déresponsabilise les jeunes.

Par ailleurs, malgré ma ferme opposition à ce dispositif symbolique mis en place par la gauche (310 jeunes concernés sur 300 000 élèves en 2015 !), je pense que le supprimer ne résoudra pas le problème de fond sans la mise en

Lire la suite de l'article

Education affective par l’art à Paris et Lyon : quand l’image et la beauté nous font aimer le bel amour

Ichtus propose une formation d’une journée, destinée aux parents, enseignants, éducateurs, pour les aider à faire découvrir aux enfants et aux jeunes la richesse et la variété des sentiments humains.

A Paris : samedi 21 mai (9h30-16h30) 49, rue des Renaudes

A Lyon : samedi 4 juin (9h30-16h30) Maison des Familles 50-52 cours Charlemagne

Le contact avec les œuvres d’art est un puissant soutien à l’éducation : les images vues par les enfants et les jeunes imprègnent durablement leur mémoire, les aident à découvrir la beauté de l'amour.

Les enfants observent, en groupe, des œuvres d’art, mettant en scène des personnes et les sentiments qui les unissent, afin de les reconnaître et de les décrire. Les enfants sont invités à décrire les œuvres : cette contemplation ouvre leur cœur, et l’importance de la parole de chacun est reconnue. Ils prennent confiance dans leur jugement et sont nourris de la beauté des œuvres. Ils peuvent aller plus loin et découvrir la part de don et d’engagement que nécessite un amour vrai.

Les participants à la formation découvrent les parcours d’œuvres d’art et apprennent à les utiliser après des enfants et des jeunes. Au travers de représentations artistiques, amour filial, amour fraternel, amour conjugal, amour social, amour du métier, amour des plus pauvres deviennent des réalités visibles et identifiables. Ils découvrent comment les artistes ont pu représenter toutes les facettes de l’amour au travers des siècles. Ils peuvent ainsi aider les enfants à mettre des mots sur leurs propres sentiments et ceux des autres, alors même que la

Lire la suite de l'article

“Nous ne pouvons pas les obliger à nous aimer s’ils ne nous aiment pas. L’amour ne s’achète pas”

Utopia-sign-588x289Lu sur Polémia, cet article de Rigobert Grosdecoeur :

"Non, les attaques terroristes contre la Belgique ne sont pas des attaques contre la démocratie, l’Europe, l’Union européenne, la liberté.

Non l’Etat islamique ne s’en prend pas avant tout à un pouvoir politique, à un pouvoir économique, à un pouvoir financier, à un pouvoir géopolitique ou à une puissance qui les menacerait.

Trouver des fausses réponses pour alimenter le spectacle médiatique et rajouter des écrans de fumée à d’autres écrans de fumée, créer encore un peu plus d’illusion pour s’éloigner encore un peu plus de la source du problème ne nous fera évidemment pas avancer vers une solution mais au contraire nous plongera encore un peu plus dans le désarroi et dans la guerre.

Fermer les yeux nous rapprochera de manière accélérée du précipice et ne servira que les dirigeants occidentaux qui ont intérêt à renforcer chaque jour leur dictature et à alimenter cet ennemi de l’intérieur.[…]

La majorité des populations extra-européennes d’identité musulmane ne sont pas, au jour d’aujourd’hui, sur le chemin du terrorisme ou du meurtre de l’infidèle.

Mais le problème n’est pas là. Pas pour l’instant.

Le problème est que la majorité de la population extra-européenne d’identité musulmane, quelque soit son degré de lecture, d’approche et d’investissement religieux, quelque soit son statut socioprofessionnel, quelque soit son niveau d’études, sa situation financière, sa génération, sa nationalité de papier, est hostile à la population autochtone à savoir les Français d’origine européenne.

Leur racisme est assumé profondément dans la communauté, dans

Lire la suite de l'article

Emigration : “Il faut faire aimer la France”

Quelques extraits d' une tribune de Marc Dubief, conseiller municipal de Bron :

"Près de dix mille «migrants » entrent en Europe chaque jour. Ainsi entre l’annonce d’une réunion européenne sur le sujet le 30 août et sa tenue le 14 septembre, quelques 150 000 migrants seront entrés en Europe. L’équivalent de la population de la ville de Dijon ou de Nîmes. Et même si c’était la moitié cela équivaut à la population de la ville de… Calais ![…]

On parle de s’organiser à Calais, en créant un camp de 1500 places, soit à la fin de l’itinéraire, alors que les digues cèdent en Macédoine, Hongrie, Grèce et peut-être même en Italie.[…]

Autre spécificité de cette vague migratoire, les zones de départ recouvrent, ou presque, les zones ou l’islam règne en maître : Libye, Syrie, Somalie, Afghanistan…  Les pays en guerre, aujourd’hui, sont des pays musulmans (et tous les pays musulmans ne sont pas en guerre…). Il faut préciser que l’occident n’a cessé de souhaiter distribuer la démocratie comme on distribue des boîtes de conserve, bouleversant le fragile équilibre des dictatures et des tribus. Les bonnes intentions et la morale républicaine ne font pas une bonne politique étrangère. Au contraire. Nous avons notre part de responsabilité dans cette situation.

L’occident n’est pas parfait, loin de là. Il a su toutefois, christianisme aidant, malgré les soubresauts qu’on connaît, poser les bases de sociétés efficaces, prospères, durables, créatives, élevant sans cesse la qualité de vie. Qu’ont proposé, depuis le XIIème siècle, depuis la

Lire la suite de l'article

La campagne nationale de DRAC « Aimer la France »

La DRAC (Droits du Religieux Ancien Combattant – Défense et Renouveau De l’Action Civique) a été créée en août 1924 par un groupe de supérieurs majeurs de différents ordres religieux et congrégations que le gouvernement Herriot (Cartel des Gauches) avait pris la décision de chasser à nouveau du territoire français après qu’ils aient offert leur vie pendant la Grande Guerre pour défendre leur patrie.

L’année 2014 a donc été celle de ses 90 ans, mais c’est le centenaire de la Grande Guerre qui prend le pas dans ses actions de commémoration. Le 15 novembre 2014, l’association a organisé à Paris un colloque sur ce thème, sous la présidence de Mgr Ravel, évêque aux armées, et avec le concours de sommités du monde religieux, universitaire et militaire. A cette occasion a été présenté officiellement le livre mémoriel La Grande Guerre des hommes de Dieu, dû à son vice-président, Alain Toulza, livre récompensé du Prix Robert-Christophe 2015 des Ecrivains Combattants et nominé pour le prix 2015 de La Plume et l’Epée.

A ce même colloque était inaugurée l’exposition itinérante de 12 panneaux, réalisée – textes et illustrations – à partir de cet ouvrage. Les panneaux de DRAC sont appelés à être exposés en tous lieux ouverts au public, à la demande des instances intéressées : mairies, églises, établissements scolaires privés, universités d’été ou colloques, etc.

Voici la programme dans le diocèse d'Aix en Provence :

Sans titre

Lire la suite de l'article