Archives par étiquette : agression

L’islamisme radical est une agression directe sur notre civilisation. Cependant, il y a aussi un autre adversaire

Mardi 14 novembre se déroule à Paris un colloque intitulé « L’esprit de défense en Île-de-France », organisé à l’initiative du groupe Front national au conseil régional d’Île-de-France. Le philosophe et écrivain Thibaud Collin intervient à ce colloque. Il répond aux questions de Boulevard Voltaire.

DOnZfuHXcAU6rn-"L’islamisme radical est une agression directe sur notre civilisation. Cependant, il y a aussi un autre adversaire. C’est un adversaire peut-être plus diffus, mais non moins important parce qu’il est plus intérieur. Marcel Gauchet parle de « l’individu total ». Il y a eu le totalitarisme de l’État total : le communisme et le nazisme. Aujourd’hui, nous faisons face à une forme plus sournoise du totalitarisme, peut-être moins violente au premier abord, et aux caractéristiques bien différentes. Il s’agit de cet « individu total » auquel tout devrait être dû, et qui refuse de recevoir comme un don tout ce qui a été accumulé et travaillé par les générations précédentes. D’ailleurs, bien souvent, il refuse d’assumer cette fonction de transmission et d’enrichissement de ce patrimoine. Ce patrimoine ne se réduit pas simplement à des monuments.

Cet individualisme est une forme de nihilisme et d’hédonisme. Il empêche de mobiliser en nous l’esprit de défense. Cet esprit de défense implique de se défendre contre cet adversaire qui nous traverse chacun. L’hédoniste, ce n’est pas simplement mon voisin, c’est moi sous un certain rapport qui peut, à un moment, se dire « à quoi bon ? », « pourquoi pas ? » Toutes ces questions me mettent sur la pente d’une forme de nihilisme où je n’ai plus rien à transmettre. J’aime

Lire la suite de l'article

Un policier devient amnésique après une agression

Victime du vivre-ensemble dans la France orange mécanique :

"À la suite d’une violente agression, un policier a presque entièrement perdu la mémoire, fin mai en Seine-Saint-Denis. Cyril aurait perdu 39 ans de souvenirs de sa vie : «Il sait au fond de lui qu’il est policier mais il ne se souvient de rien, il n’a reconnu que sa sœur», a expliqué au «Parisien»Christophe, un ami de Cyril. L’agresseur présumé a été arrêté mardi pour «violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique» ayant entraîné une infirmité permanente.

Le 30 mai dernier, la situation a dégénéré entre deux agents de la Brigade de Sécurité des Quartier et six jeunes d’une vingtaine d’années. Lors d’un simple contrôle d’identité près d’un square, les deux agents ont été encerclés par les individus, avant d’être caillassés, jetés à terre et roués de coups. «Leur bombe lacrymogène n’a pas fonctionné», a indiqué une source proche de l’affaire au «Parisien». Christophe a ajouté que «Cyril avait gardé sur le visage des empreintes de semelle pendant une semaine». Une fois les renforts arrivés, les agresseurs ont pris la fuite.

L’homme le plus touché des deux agressés a depuis presque tout oublié, mais quelques signes redonnent espoirs à ses proches : Cyril sait lire, écrire et conduire. Son amnésie devrait être réévaluée cet été."

Deux hommes ont été arrêtés les jours qui ont suivi, mais ils ont finalement été mis hors de cause. Il n’existait pas de charges suffisantes contre eux.

Lire la suite de l'article

Agression ultra-violente contre un policier : François Hollande se déplacera-t-il ?

Un policier en civil s'est violemment fait agresser gare de Lyon à Paris, vendredi. L'auteur des coups, qui avait été placé en garde à vue et déféré, a été laissé libre, sous contrôle judiciaire. Yvan Assioma, secrétaire régional Paris d'Alliance Police Nationale regrette que « le magistrat ait décidé de laisser libre le mis en cause ». Il devra s'expliquer devant la justice prochainement pour ces « violences sur personne dépositaire de l'ordre public ».

Les faits remontent à lundi. Le policier, 30 ans, petit gabarit, serait intervenu lors d'une bousculade sur un escalator de la gare afin de calmer un homme énervé et aurait sorti sa carte police. Là, tout aurait dégénéré. Les deux hommes se seraient retrouvés en surface, côté rue de Bercy. Plusieurs témoins qui ont tenté d'intervenir parlent de « passage à tabac », d'insultes « sale flic », « enc… de flic tu fais moins le malin là », de « coups de pied à la tête ». Tabassé par un colosse de 110 kg, « la tête tapée contre une grille », le policier est « tombé au sol comme un poids mort », le visage en sang et une triple fracture de la mâchoire. Hospitalisé et opéré, il n'a pu être entendu par les enquêteurs. 

L'agresseur, 19 ans, « corpulence athlétique, tête rasée », déjà connu des services de police alors qu'il était mineur, pour des faits de rébellion, trafic de stupéfiant, vol de voiture, s'est ensuite enfui. Il a

Lire la suite de l'article

La théorie du genre est au minimum une agression psychologique qui concerne le sexe

Peut-être vous souvenez-vous de cette affaire qui avait vu l'intervention à Joué-lès-Tours de Farida Belghoul et Dalila Hassan (vidéo) dans le cadre de la Journée de Retrait de l'Ecole (JRE), après qu'un enfant de 3 ans ait été traumatisé par des "travaux pratiques" en lien avec la théorie du genre.

Toujours est-il que la maman qui avait porté plainte a retiré sa plainte (sous la pression sans doute), et Farida Belghoul et Dalila Hassan se sont retrouvées face à un procès et des amendes très lourdes. Ci-dessous, l'intervention de Patrick Bray, Président de Rivage, sous les fenêtres de la mairie :

 

Patrick Bray écrivait le 27 mai 2016 :

"Farida Belghoul a eu raison, mille fois raison, malgré la tempête judiciaire qui s’abat actuellement sur elle et sur Dalila Hassan. Farida a eu raison lorsqu’elle s’est déplacée, sans attendre, prenant de son temps personnel en tant que porte-parole de la JRE, pour se porter au secours de familles désemparées à Joué-lès-Tours, face au mur de l’Education Nationale. Le parti-pris idéologique du tribunal de Tours, qui n’hésite pas à prétendre que « la théorie du genre n’est pas une agression sexuelle » est tout autant scandaleux que les peines exorbitantes prononcées à l’encontre des deux prévenues.

La théorie du genre EST au minimum une agression psychologique, et une agression psychologique qui concerne le sexe. C’est donc bien une agression sexuelle. Chercher à faire croire à des élèves, qui plus est en bas âge, que leur identité sexuelle n’est pas en rapport

Lire la suite de l'article

Agression sexuelle à Paris le jour de l’an

Il faut lire la presse britannique pour l'apprendre. Une adolescente britannique, Kaludia Fior, a révélé comment elle a été agressée sexuellement le jour de l’an à Paris :

« Il y avait un tas d’hommes derrière nous qui faufilaient leurs mains entre la foule pour nous toucher. »

A un moment Mlle Fior a été poussée à terre et agressée sexuellement par un groupe d’hommes qui lui ont arraché ses vêtements.

« En un quart de seconde, un homme m’a tripoté les fesses je me suis retournée pour voir qui c’était pour lui dire d’arrêter, c’est à ce moment que les hommes m’ont attaquée et m’ont fait tomber à terre. » « Ils ont attrapé mes vêtements et les ont déchiré. J’étais assise les fesses nues sur le sol. J’avais un body alors quand ils en ont déchiré une partie tout le reste s’est déchiré. » « Ensuite ils m’ont tripotée le corps, ils ont cassé mes colliers et c’est à partir de là qu’ils m’ont pénétrée avec leurs mains. » « J’étais complètement sous le choc. » « J’ai essayé plusieurs fois de me relever mais à chaque fois on me jetait à terre. » « Ca a duré deux ou trois minutes au total mais c’était une éternité. Je me sentais impuissante, comme si il n’y avait rien à faire pour me sortir de là. » « J’ai crié et mon amie Kamali a essayé de se faufiler pour m’aider mais c’était difficile. Non seulement il

Lire la suite de l'article

Volley-ball : un joueur interpellé pour agression

Unknown-8Earvin Ngapeth, le réceptionneur-attaquant de l'équipe de France, a été interpellé  mardi matin à Paris. Il est accusé d'avoir agressé un contrôleur d'un TGV Paris-Bordeaux à la gare Montparnasse. La SNCF a indiqué qu'elle avait déposé plainte.

Il s'agit du joueur qui a refusé de chanter l'hymne national lors d'un match récent de l'équipe de France.

Commentaires (8)

Encore une chance pour la France dont on se passerait bien.

Kaillera.

Rédigé par : simon | 23 juil 2015 07:47:58
____________________________________

Et bien changeons d'hymne national!

Rédigé par : Pasta | 23 juil 2015 08:32:51
____________________________________

Ce type de dérapages chez des sportifs de haut niveau est il du uniquement à son éducation familiale ou les dopages fréquents dans ce milieu influent ils sur son comportement? peut-être les deux.

Rédigé par : stephe | 23 juil 2015 09:11:06
____________________________________

Vous avez compté combien de ministres chantant la Marseillaise le 14 Juillet?

Rédigé par : châtelet+ | 23 juil 2015 09:38:42
____________________________________

La fin de l'article (très court) en lien est intéressante:
"Selon des sources syndicales, Earvin Ngapeth, qui était accompagné d'un proche, a demandé à un contrôleur s'il était possible de retarder le départ du TGV pour attendre une troisième personne. Le ton est monté quand le contrôleur lui a répondu que ça n'était pas possible. Un coup aurait été porté à l'agent SNCF, entraînant une blessure à l'arcade sourcilière et une interruption de travail de huit jours."
On ne va tout de même pas douter de l'exactitude de ces

Lire la suite de l'article

L’erreur de France Info sur une agression qui n’a jamais eu lieu

Déçue de n'avoir pas obtenu de Bobard d'or hier, la radio France Info a aussitôt montré qu'elle voulait concourir à l'édition de 2016.

France Info a envoyé une alerte sur les téléphones portables affirmant que le compagnon d'Enora Malagré (chroniqueuse et animatrice de télévision et de radio) avait appelé la police pour dire qu'il venait de poignarder la jeune femme.

Vingt minutes après, France Info en a envoyé un nouveau message avec cette mention

"Correctif. Agression de l'animatrice Enora Malagré : la police a été victime d'un canular".

La police a été victime… mais ni France Info, ni ceux qui ont reçu son message.

A croire que les responsables du bobard de l'AFP sur le décès prématuré de Martin Bouygues ont été embauchés par France Info.

Commentaires (1)

Non, en effet, les journalistes ne sont pas responsables dans cette affaire. Toute la faute incombe au policier qui, apparemment, a cru bon de donner cette information à la presse avant même d'avoir vérifié la matérialité des faits.

C'est cela qui est grave et c'est cela qu'il faut dénoncer — si effectivement tel a été le scénario, et je vois mal comment il aurait pu en être autrement. Je ne crois pas que l'AFP écoute les fréquences de la police pour faire ses dépêches.

Il faut arrêter de prétendre que la presse pourrait être infaillible, ou que les journalistes devraient avoir, à l'égard de leurs sources, les mêmes exigences que les historiens. Ce n'est pas le même métier.

Je sais bien

Lire la suite de l'article

Agression à la machette en France

On en parle parce que les victimes sont trois rugbymen internationaux de l'ASM Clermont-Auvergne.

4 "jeunes" connus des services de police ont été placés en garde à vue.

Commentaires (1)

Toujours la même question :
Peut-on connaître les noms des aggresseurs ?
à la machette comme des rwandais . . .

Rédigé par : JR | 20 juil 2014 23:02:50
____________________________________

Lire la suite de l'article

Agression de deux officiers du 2e REP à Calvi

Récemment, deux officiers du 2e REP (2e Régiment Etranger de Parachutistes) se sont fait agresser dans une rue de Calvi, agression relatée par le lieutenant-colonel Morel, officier supérieur adjoint du régiment :

"Après une soirée en ville, deux officiers du 2e Rep, en tenue, raccompagnaient une jeune femme amie du régiment à son domicile. Au niveau de la rue Clemenceau, ils croisent un groupe composé de quatre jeunes hommes et d'une jeune fille. À leur passage, l'un d'eux insulte la jeune femme, et lorsque les deux capitaines s'arrêtent et se retournent, un jeune du groupe s'excuse."

Agression verbale pour commencer, mais qui ne s'en tient pas là :

"Au moment de repartir, d'autres insultes sont proférées, à plusieurs reprises, dans un registre très virulent. L'un des officiers, médecin à l'hôpital de Calvi, leur fait remarquer, pour calmer le jeu, qu'il est régulièrement de service aux urgences et qu'il pourrait très bien être amené à soigner un de leurs proches, un jour ou l'autre. À ce moment, un des individus frappe par surprise l'officier le plus proche. Immédiatement rejoint par ses camarades ». S'ensuit un pugilat inégal. Dans leur élan violent, les jeunes agresseurs calvais, pour certains engagés auprès des pompiers volontaires, ont blessé les militaires et frappé la jeune femme. Projetée au sol, celle-ci a eu la cheville fracturée. Son certificat médical mentionnera 30 jours d'ITT."

"Dès le lendemain, les victimes ont déposé plainte auprès de la gendarmerie de Calvi. Actuellement l'enquête de flagrance se poursuit. On sait cependant que

Lire la suite de l'article