Archives par étiquette : Affaires

Le ministre autrichien des Affaires étrangères appelle Jean Raspail

pour lui souhaiter un bon anniversaire :

"Jean Raspail fêtait le 4 juillet son 93e anniversaire. Ce jour-là, il a eu la surprise de recevoir un coup de fil du… ministre autrichien des Affaires étrangères, Karin Kneissl, souhaitant un bon anniversaire à l’auteur du Camp des saints, le félicitant particulièrement pour sa préface à la réédition du roman, où il a créé le concept de « Big Other », l’Autre dominateur."

Lire la suite de l'article

“On ne compte plus les affaires entre producteurs et animateurs gays qui abusent de leurs jeunes stagiaires.”

Anaïs Maquiné-Denecker travaille depuis 17 ans dans le monde des médias et de la télévision. Interrogée par Public, l'ex-rédactrice en chef d'E=M6 a tenu à dire qu'il y avait également des Harvey Weinstein à la télévision française :

"On ne compte plus les affaires entre producteurs et animateurs gays qui abusent de leurs jeunes stagiaires."

Lire la suite de l'article

Avortement : le président de la Conférence des évêques du Canada écrit au ministre des Affaires étrangères

Bishop_Crosby_Plénière_2015Mgr Douglas Crosby, évêque de Hamilton et président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), a écrit à Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères, concernant son discours du 6 juin 2017 sur la politique étrangère canadienne. Dans son discours à la Chambre des communes, elle avait associé les droits des femmes au droit à l'avortement et aux « droits en matière de sexualité et de santé reproductive » en déclarant que « ces droits sont au cœur de notre politique étrangère ».

Dans sa lettre, Mgr Crosby exprime sa profonde inquiétude et son désaccord affirmant que cette déclaration est « erronée, troublante et malavisée ». Il rappelle que

"Premièrement, d’affirmer que l’avortement, entre autres, est « au cœur » de la politique étrangère du Canada est inexacte. Dans les faits, il n’existe aucun précédent pour appuyer une telle affirmation."

« plusieurs enjeux féminins qui auraient dû être soulevés parce qu'ils justifient un engagement international… ont été passés sous silence. Mentionnons entre autres les ententes économiques du Canada avec des pays où les fillettes sont tuées à la naissance parce qu'elles ne sont pas des garçons; où les femmes gagnent moins que les hommes pour le même travail ou ne peuvent bénéficier des mêmes privilèges de la loi, y compris le droit à l'éducation ou à la protection contre le viol, la violence physique, ou autre forme d'abus. »

"Deuxièmement, présenter l’avortement, entre autres, comme une valeur canadienne est également une erreur de principe."

Mgr Crosby fait ressortir

Lire la suite de l'article

Les “affaires” : une maladie congénitale de la république dite française

C'est la substance du remarquable éditorial du numéro d'avril de "Politique Magazine".

Jamais campagne électorale pour l’élection présidentielle n’aura plongé la France aussi bas. Les Français ont de quoi être écœurés. Il est vrai que la République a toujours fait bon ménage avec les scandales : son histoire depuis l’origine en est jalonnée.

Aussi nombreux que vite oubliés ! Qui se souvient encore du 6 février 1934 ? Le gouvernement de la République n’hésitait pas à faire tirer sur la foule qui s’était massée place de la Concorde en criant « à bas les voleurs » ! Aujourd’hui, dans ce qui reste du récit après la réécriture de l’histoire officielle, il n’est question que d’une tentative des « ligues » – factieuses et donc fascistes – de prendre le pouvoir. Prétexte en fut pris pour les dissoudre. La République était sauvée, l’histoire magnifiée ! Plus de « chéquards » comme au bon vieux temps de Panama, effacées les magouilles crapuleuses, « suicidé » l’escroc corrupteur Stavisky ; quant au conseiller Prince, fort proprement écrasé par un train, il ne parlerait plus.

Modèle de toutes les « affaires » de la République, chef-d’œuvre d’exécution où les services de l’inspecteur Bonny, barbouze de la République et futur agent de la Gestapo, en connivence avec le Parquet, furent au niveau de l’exigence républicaine. Dame, on ne badine pas avec la vertu ! Comme chacun l’a appris avec Montesquieu, elle est le ressort essentiel de la République. La République,

Lire la suite de l'article

Le vice-ministre des affaires étrangères de Syrie persona non grata au Parlement européen

Marie-Christine Arnautu, député français au Parlement européen, dénonce :

CQEKBMiVAAAsn0X"Hier, au Parlement européen, devait se tenir une conférence sur la situation en Syrie à l’initiative du député espagnol Javier Couso Permuy qui, bien que de gauche, a une approche équilibrée sur la question, celui-ci étant favorable à une politique pragmatique à l’égard des autorités de Damas, similaire à celle du Front national. Lors de cet événement, le docteur Ayman Soussan, vice-ministre des affaires étrangères de Syrie, devait intervenir. La venue d’un membre officiel du gouvernement syrien au sein d’une institution qui se complaît dans des postures moralisatrices dictées par la doxa médiatique était inattendue et bienvenue. Au moins, cette invitation avait-elle le mérite de donner la parole aux autorités syriennes légitimes sans le prisme déformant de la presse occidentale qui, on le sait, a épousé, depuis 6 ans et sans aucun recul, le parti des rebelles « modérés » noyautés par des groupes islamistes depuis 2013.

Mais voilà, sous la pression conjuguée du journaliste Rami Jarrah, qui se présente lui-même comme un activiste militant, et de Mme Marietje Schaake, eurodéputé libéral, la présidence du Parlement, invoquant des motifs de « sécurité », a pris la décision regrettable d’annuler la conférence et d’interdire l’accès de ses locaux au représentant diplomatique syrien. Mme Schaake accuse ses collègues de prendre parti dans ce conflit atroce. Cette accusation est particulièrement malvenue de la part d’une personne qui, en décembre dernier, ne s’est pas embarrassée de ce genre de considérations pour ouvrir les portes du Parlement aux Casques

Lire la suite de l'article

Le ministre russe des Affaires étrangères compare l’UE à l’URSS

Lors d’une conférence de presse à Belgrade, le ministre russe des Affaires étrangères a comparé l’UE à l’URSS.

« L'Union européenne délivre des instructions par écrit à ses différents Etats membres, associés ou candidats, indiquant l'attitude à adopter et les déclarations à faire concernant la Russie. Il est exigé à chacun de ces pays de condamner "l'annexion de la Crimée'' ou ''l'occupation de l'Est ukrainien''»… C’est une « approche absurde » des relations internationales. Si le rapprochement de l’UE avec la Serbie ou le Monténégro ne sont motivés que par la volonté de s'opposer à la Russie, « c'est une impasse, une voie sans issue ». « Cette manière de privilégier les intérêts idéologiques sur les intérêts économiques ou essentiels des pays membres fait penser à l'Union soviétique. »

Lire la suite de l'article

Mais qui est le ministre des affaires étrangères en France ?

La spécialiste des relations étrangères du Parti travailliste au Royaume Uni ne le sait pas :

"En Angleterre, il existe ce qu'on appelle des "shadow cabinets", ou cabinets de l'ombre. Ce sont des équipes similaires à celles du gouvernement, que constituent systématiquement les partis d'opposition pour préparer un prochain passage au pouvoir. Ainsi, la spécialiste des relations étrangères et potentielle future occupante du Foreign Office aujourd'hui à ce poste dans le parti de Jeremy Corbyn est Emily Thornberry.

Dermot Murnaghan, présentateur de Sky News l'avait invitée à parler de sa spécialité, mais lui a joué un bien mauvais tour. Il lui a demandé qui était notre ministre des Affaires étrangères. 

Question piège. Mrs Thornberry n'ayant pas la réponse, elle est entrée dans une colère noire et a accusé son hôte de sexisme, comparant sa pratique du journalisme à un quiz de pub."

Lire la suite de l'article

Le ministre polonais des Affaires étrangères demande la démission de la Commission européenne

Witold Waszczykowski, ministre polonais des Affaires étrangères, a déclaré :

Unknown-17"D'ordinaire, en politique, en cas d'échec d'un projet politique, et ici, le projet politique est de préserver l'unité européenne, on doit changer les règles du jeu ou donner à d'autres personnalités politiques la possibilité d'améliorer ce projet…

Nous nous demandons si la direction de la Commission européenne, qui voici quelques mois appelait les dirigeants politiques à cesser d'écouter leur électorat (Jean-Claude Juncker, en mai dernier, dénonçait les dirigeants qui écoutent leur électorat au lieu de développer un sentiment commun européen), a le droit de rester en fonction… A notre avis, elle ne l'a pas. De nouvelles personnalités politiques, de nouveaux commissaires doivent se charger de cette tâche, et avant toute chose, nous devons accorder de nouvelles prérogatives au Conseil européen, parce qu’il est composé de représentants politiques qui ont un mandat démocratique (Contrairement à la Commission européenne. Mais dans le traité c’est bien la Commission qui est l’exécutif européen, pas le Conseil)."

Lire la suite de l'article

A propos des affaires touchant le diocèse de Lyon

Mon post d'hier a suscité un certain nombre de réactions. Et il est certain que la sortie de Manuel Valls appelant quasi-ouvertement le cardinal Barbarin à la démission n'avait pas arrangé les choses. Mais en matière de communication, il n'y a pas que le Premier ministre qui est fautif. On peut en effet s'étonner du communiqué de presse du cardinal Barbarin daté du 14 mars, commentant une plainte, qui n'a finalement été déposée que le 29 mars. Car il s'agit bien de la même affaire, et pas exactement pour le même motif. Le communiqué de l'archevêché évoque :

"une plainte avait été déposée à son encontre pour « mise en danger de la vie d’autrui et provocation au suicide »."

Or la plainte concerne «Mgr Barbarin» mais aussi «toute personne n'ayant pas pris les mesures nécessaires vis à vis de Jérôme Billioud». Et cette plainte concerne la « non-dénonciation » d’agressions sexuelles et « mise en danger de la vie d’autrui ». On peut se demander si la communication autour du cardinal n'a pas été un peu trop réactive, dans son souci de défendre Mgr Barbarin.

La défense légitime de l'Eglise dans un pays de plus en plus christianophobe ne doit pas nous masquer le fait qu'il existe, et pas seulement dans le diocèse de Lyon, de réels problèmes dans la gestion d'affaires scandaleuses impliquant des prêtres. Aujourd'hui encore, un autre prêtre lyonnais est soupçonné d'agressions sexuelles. Une autre affaire implique actuellement le diocèse du Mans.

Si

Lire la suite de l'article

Fin de vie : un débat verrouillé par la commission des affaires sociales

Xavier-breton_articleDéputé de l’Ain et président de l’Entente parlementaire pour la famille, Xavier Breton, interrogé par Famille chrétienne, regrette que le débat sur la fin de vie soit verrouillé par la commission des affaires sociales, qui refuse toute amélioration du texte.

"L’Assemblée nationale examine en seconde lecture, les 5 et 6 octobre, la proposition de loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie. La commission des affaires sociales a refusé toute amélioration du texte.[…]

Réunie jeudi 1er octobre, la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a rejeté tous les amendements visant à modifier la proposition de loi sur la fin de vie. Cela signifie-t-il que le débat est clos d’avance ?

Je trouve regrettable de ne pas profiter de la navette parlementaire, et des deux lectures, pour améliorer le texte. Car, au-delà des questions de principe, de nombreuses maladresses sont encore présentes dans sa rédaction, comme le fait de parler « de ne pas prolonger inutilement sa vie ». L’Assemblée doit travailler sur ces points et ne pas attendre la commission mixte paritaire pour faire le travail.

Malheureusement, la commission des affaires sociales a verrouillé tout débat. Nous sommes pourtant bien loin de l’unanimité de la loi Leonetti et du consensus voulu par François Hollande sur cette question. J’estime que le sujet est assez délicat pour que l’on profite de toutes les occasions pour choisir les bons termes et supprimer les dérives potentielles.[…]

Quels sont les risques si ce texte n’est pas modifié ?

Nos amendements portent sur deux points principalement : la sédation profonde et

Lire la suite de l'article

Allahïcité du Ministère des Affaires étrangères

Ce tweet date du 9 juillet :

Commentaires (2)

Fabius s'est donc converti à l'Islam. Ses "frères" seront ravis de l'apprendre….

Rédigé par : jejomau | 15 juil 2015 19:55:43
____________________________________

et c'est nous (les con-tribuables)qui régalons avec nos impots…..

Rédigé par : lavandin | 15 juil 2015 19:58:14
____________________________________

Lire la suite de l'article