Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

“Summorum Pontificum” pour comprendre la forme ordinaire de la messe

Monseigneur Canizares, préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, a adressé une lettre à l'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre à l'occasion d'un colloque sur le motu prorpio "Summorum Pontificum". Il y apporte une précision de première importance :

"Le Motu Proprio "Summorum Pontificum" doit se comprendre dans cette vision d’ensemble de l’enseignement et des actes du Saint Père, et jamais comme quelque chose d’isolé ou de simplement anecdotique destiné à quelques-uns pour des situations particulières. Favoriser l’accès à la forme liturgique officielle du le Rite Romain jusqu’à la réforme souhaitée par le Concile Vatican II, n’est pas une concession à la nostalgie ou à l’intégrisme, c’est plutôt, un pas pour favoriser la Communion Ecclésiale et une aide pour orienter et mieux comprendre l’actuelle "forme ordinaire" de la Liturgie Romaine selon une « herméneutique de la continuité » (…)

Il est évident que ces initiatives pastorales de notre Saint-Père le Pape Benoît XVI, pour être fructueuses, doivent être accompagnées d’une intense activité de formation, et d’un approfondisse théologique, historique, pastoral, juridique et spirituel, à la lumière du trésor de la Liturgie Catholique et des enseignements des Pères et des Saints Pasteurs de l’Eglise tout au long des siècles".

Le message est clair. "Trop pour être entendu?" comme me l'écrivait MC que je remercie pour le lien?

Partager cet article

19 commentaires

  1. Est-ce à dire que cet institut (“rattaché à Rome”) devra ( on prépare les esprits) dire aussi la messe de Paul VI ?

  2. Louis,
    En auriez-vous un jour douté?

  3. Voici la confirmation flagrante que le Motu proprio est un piège pour prendre les traditionalistes dans le filet de Vatican II.
    [Le motui proprio est avant tout une directive à exécuter. Content ou pas.
    Ensuite, si vous en êtes à entretenir des guerres intestines, alors que l’unité ecclésiale est le fondement de la Tradition de l’Eglise… Lahire]
    Je suis heureux que vous commenciez à ouvrir les yeux, car il y a quelques mois, j’ai été censuré pour avoir énoncé cette évidence.
    [Evidemment. Quand le Chef de l’Eglise offre des solutions d’apaisement, dans l’Eglise, ça ne peut être un piège. C’est avant tout directif et exigent d’humilité. Et c’est dur… Lahire]

  4. Personnellement je ne vois pas bien la richesse qu’il y a dans le rite ordinnaire si ce n’est que l’on tutoie Dieu, que l’on profane le Notre Père en demandant au Père qu’Il ne nous soumette pas à la tentation et que les temps de prière consistent à beaucoup chanter (souvent des niaiseries), à communier debout et dans la main !
    [Elevons le débat et partons sur les vraies bases : tout cela est ridicule si on fait référence aux textes de base en latin et tel qu’écrit par Rome. Lahire]
    Si le Saint Père à comme but ce que cet évêque prétend…nous allons sortir d’une crise pour retomber dans une autre !
    [Si on n’élève pas le débat, peut-être, même si je ne me permettrais pas de penser à la place du Pape. Lahire]

  5. “”Est-ce à dire que cet institut (“rattaché à Rome”) devra ( on prépare les esprits) dire aussi la messe de Paul VI ?””
    Cher Louis, le prieur Général a déjà répondu à votre question dans l’homme nouveau il y a plus d’un an: OUI ils célèbrent déjà dans le nouveau rite.

  6. Quelqu’un dit :
    “le prieur Général a déjà répondu à votre question dans l’homme nouveau il y a plus d’un an: OUI ils célèbrent déjà dans le nouveau rite”.
    Je lui répond :
    “Dites-moi SVP, où, quand et quel prêtre de l’ICRSP célèbre ainsi? Ainsi je croirais ce qui a été dit il y a plusieurs mois et prendrais ce voeux séduisant pour Rome et pour une certaine frange de leurs obligés pour une réalité devenue…”

  7. à envoyer d’urgence à tous nos évêques. Spamons-les avec cela!

  8. @ Un Autre :
    Les prêtres de l’ICRSP concélèbrent bien les messes chrismales des diocèses où ils sont envoyés ; alors pourquoi douter a priori de la bonne foi de Mgr Wach ?

  9. @”quelqu’un”
    Vous n’avez pas bien compris ce que disait Mgr Wach. Il faisait seulement référence à la concélébration lors de la messe chrismale.
    Les prêtres de l’ICRSP ne célèbrent pas selon le nouveau rite.

  10. Entre concélébrer et célébrer, il y a une marge. Et concélébrer avec l’évêque est une obligation pour quiconque est en communion avec l’Église. Cela ne veut absolument pas dire que les prêtres de l’ICRSP célèbrent la messe selon la forme ordinaire. Et il n’est question pour personne de jouer sur les mots.
    Je ne me méfie a priori de personne, mais les faits valent plus que les paroles. Et de fait en cette matière, je n’en connais pas, mais demande à en connaître bien volontiers. Alors je repose ma question : qui, où, quand?

  11. Monseigneur CANIZARES parle du motu proprio d’abord, s’adresse à l’Institut car il y a colloque mais sa lettre s’adresse t-elle aux uniques prêtres de l’Institut ou à l’Eglise ? Il ne dit pas : vous les prêtres de l’Institut. A partir de là, je ne comprend pas le premier commentaire ou plutôt que je le comprend comme une attaque (moquerie …) récurrente contre l’Institut
    Curieux comme l’ICRSP cristalise les frustrations des internautes ! laisse-le (l’Institut) donc faire son oeuvre et accomplir sa mission, si vous souhaitez en parler, donnez vous la peine de rencontrer ses prêtres, de discuter avec ses supérieurs, de retraiter chez ses soeurs … Il est trop facile de réagir sur le net sans rien y connaitre … et nous savons trop comment ce moyen de communication peut être un magnifique moyen de division du diable !

  12. Primo, il n’y a pas de nouveau ni d’ancien rite. Le rite romain existe sous deux formes : ordinaire et extraordinaire. C’est over-lourd d’avoir à lire les raccourcis, les abus de langage et les imprécisions de la part de gens qui se prétendent experts en liturgie.
    Je me demande si ceux qui n’approuvent que la forme extraordinaire du rite romain reconnaissent la validité des messes célébrées par Benoît XVI… Cela en dirait beaucoup sur leur fidélité au Pape.
    Ras-le-bol de ces gueguerres de religion, où la forme ordinaire du rite romain est constamment dénigrée. Messieurs les intégristes, pourriez-vous nous faire la grâce d’un peu moins de sectarisme SVP ?
    La messe grégorienne est effectivement splendide ; mais la liturgie ordinaire est également très belle pour peu qu’on cesse de s’accorder des libertés abusives de nature à porter atteinte au culte.
    Signé : Un fidèle qui assiste à la messe extraordinaire, mais qui reconnaît la validité de la forme ordinaire.

  13. Non justement, le “message n’est pas clair” du tout.
    Quelle “continuité” trouve -t-on donc entre la messe dite ordinaire (de Paul VI) et la messe traditionnelle (de St Pie V)?
    C’est au contraire une rupture liturgique fondamentale qui modifie non seulement la forme mais surtout le sens profond de la messe catholique qu’a introduite la nouvelle messe.
    Je vous renvoie sur ce sujet à l’excellent et très éclairant opuscule des cardinaux Ottaviani et Bacci intitulé “bref examen critique du nouvel ordo missae” et republié par les éditions de Renaissance Catholiques.

  14. Xtophe ,
    En fouillant un peu sur Internet pour approfondir le sujet, je retrouve la Bulle Quo Primum tempore de St Pie V avec un passage intéressant :
    « Par Notre présente constitution, qui est valable à perpétuité, Nous avons décidé et Nous ordonnons, sous peine de Notre malédiction, que pour toutes les autres Eglises précitées l’usage de leurs missels propres soit retiré et absolument et totalement rejeté, et que jamais rien ne soit ajouté, retranché ou modifié à Notre missel, que nous venons d’éditer. »
    Le Missel de saint Pie V, qui ne fut jamais modifié dans son fond, a subi au cours des âges quelques très légères retouches de rubriques par les Brefs des Papes Clément VIII, Urbains VIII et Saint Pie X.
    Les mots que je retiens sont : « sous peine de Notre malédiction »
    Pour que le Pape en arrive à parler comme ça, vous imaginez bien l’importance du sujet !
    Et la malédiction depuis cinquante ans ne la vivons nous pas ?
    Et ne la voyez-vous pas arriver à grands pas dans toute sa plénitude ?

  15. Olivier,
    Faites un effort…
    Certaines messes “ordinaires” sont extraordinaires quand elles respectent scrupuleusement Vatican II. ( qui demande par exemple au prêtre de célébrer face à Dieu )
    Et cela n’enlève strictement rien aux magnifiques messes traditionnelles.

  16. Beaucoup de lecteurs se demandent pourquoi leurs commentaires ne sont pas validés. Inutile de m’écrire dix fois : le sujet du post est clair, une réflexion sur l’éclairage que Summorum Pontificum peut donner à la forme ordinaire. Point c’est tout! Ce qui est hors sujet n’est pas mis en ligne comme à chaque fois : la guéguerre sans fin entre les préférences d’un tel ou d’un autre sur telle ou telle forme de l’ordo, les critiques des deux formes, etc. ça lasse et ça ne fait rien avancer.
    Lahire

  17. “m”, je ne suis pas expert en grammaire latine mais “Pater Noster qui es in coelis”, ça n’est pas du tutoiement ?

  18. A Clema,
    C’est bien la deuxième personne du singulier qui est utilisée en latin. Mais il faut savoir que le vouvoiement de politesse ou de respect n’existe pas dans cette langue. On utilise le singulier quand on s’adresse à une seule personne, quel que soit son titre. Les Anglais ont réglé la question en ne différenciant pas le singulier du pluriel. En Français, ce n’est pas le cas ; il ne viendrait pas à notre esprit de tutoyer le Pape, alors pourquoi le ferait-on avec Dieu ?
    La question que je me pose les rares fois où j’assiste à une messe Paul VI est la suivante : Pourquoi les fidèles tutoient-ils Dieu dans toutes les prières alors qu’ils vouvoient le prêtre quand ils répondent “Et avec votre esprit” ?

  19. Je pense connaître l’ICRSP, mieux que beaucoup d’autres internautes.
    Contrairement à l’Institut du Bon Pasteur, l’ICRSP,canoniquement, n’est pas tenu à la forme extraordinaire de la messe. Mais pratiquement, à 99,99% c’est sa pratique habituelle.
    Pour être plus précis, au séminaire de Gricigliano (et entre soi) dans les lieux de messes desservis à travers le monde, la liturgie dans la forme extraordinaire est la seule pratiquée à 100%.
    J’espère, ainsi, que cesseront les mauvais procès de catholiques entre eux, se voulant à priori de bonne volonté et loyaux.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services