Bannière Salon Beige

Partager cet article

Liberté d'expression

Stop Homophobie contre Renaissance catholique : relaxe requise

Stop Homophobie contre Renaissance catholique : relaxe requise

Jean-Pierre Maugendre a donc comparu, ce 18 octobre, comme directeur de publication du site Internet de Renaissance catholique devant la XVIIème chambre du Tribunal correctionnel de Paris. Rappelons que cette comparution faisait suite à une plainte avec constitution de partie civile, déposée par trois associations : Stop homophobie, Mousse et ADHEOS. Cette poursuite a eu lieu au motif de « provocation à la discrimination à l’égard d’un groupe de personnes à raison de leur orientation sexuelle ».

Il était reproché à Renaissance catholique d’avoir publié sur son site, le 13 juin 2019, un article intitulé : L’Eglise du Dieu vivant : la colonne et l’appui de la vérité (1 Tim 3 ,15). Dans cet article, les propos incriminés étaient les suivants :

« Les autorités civiles ne doivent pas établir d´unions civiles ou légales entre deux personnes du même sexe, qui clairement imitent l´union du mariage, même si de telles unions ne reçoivent pas le nom de mariage, puisque de telles unions encourageraient le péché grave pour les personnes concernées et seraient cause d´un grave scandale pour d´autres (cf. Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Considérations à propos des projets de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles, 3 juin 2003) ».

Ce texte était signé des cardinaux Burke, patron de l’Ordre de Malte, Pujats, archevêque émérite de Riga, et des évêques Peta, archevêque de Sainte-Marie en Astana, Lenga, archevêque émérite de Karaganda et Schneider évêque auxiliaire de Sainte-Marie en Astana.

L’audience s’est déroulée dans un climat de grande sérénité et d’écoute, les seuls membres du public étant, manifestement, des amis ou membres de l’association. Il y a les associations subventionnées par les pouvoirs publics et celles qui ont encore des militants… Jean-Pierre Maugendre a commencé sa déclaration en rappelant ce qu’était la loi naturelle selon Sophocle, Aristote et Cicéron. Stoppé dans son élan par les juges, sans doute un peu surpris de tels développements et désireux de poser des questions, il n’a pu développer son propos qui aurait fait intervenir Saint Augustin, Saint Thomas d’Aquin, Jean Bodin, Montesquieu, etc. Immense frustration, bien compréhensible, de certains, mais aussi, certainement soulagement d’autres un peu perdus entre La République de Platon et celle de Cicéron.

Madame le procureur a demandé la relaxe arguant, à juste titre, que les propos incriminés étaient l’expression d’une doctrine, et qu’à ce titre ils relevaient de l’usage de la liberté de religion. Contrairement aux allégations de la partie adverse il ne s’agissait, donc, pas là d’un appel aux maires à violer la loi sur le mariage homosexuel. L’avocat des parties civiles tint un petit discours convenu, sans flamme ni relief. Enfin, Jérôme Triomphe vint. Sa plaidoirie fut superbe, pleine de feu et d’ardeur, mêlant humour et bon sens, considérations doctrinales et rappels juridiques. Voilà un homme qui nous ferait un excellent Garde des sceaux dans un gouvernement de redressement national à venir.

Le jugement sera rendu le 23 novembre prochain. Continuons à bien prier.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services