SOS Homophobie tente de museler les sénateurs

L'association groupusculaire (Samuel Laurent du Monde écrirait que c'est une coquille vide) demande aux sénateurs de signer un engagement pour le débat sur la loi Taubira, engagement qui revient à valider les actes contre-nature :

"[…] Je sais
que l’homosexualité n’est ni une pathologie, ni une déviance, ni un trouble psychique, ni une affection :
c’est une orientation sexuelle respectable, comme l’est l’hétérosexualité.
[…] je sais que les règles d'une religion ne peuvent être invoquées pour s'opposer ou
se soustraire aux règles de la République. Étant élu-e pour représenter et voter les lois d’une République
laïque, je ne ferait [sic] pas primer un dogme religieux sur l’action politique.

Je condamnerai fermement toute dévalorisation des personnes LGBT et de leur entourage, tout propos
insultant, dégradant, blessant et tout amalgame entre homosexualité et pédophilie, zoophilie, polygamie,
inceste ou tout autre crime ou délit. […]"

Les adeptes de la religion LGBT, eux, ont droit d'invoquer leurs dogmes malséants.