Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Sommes-nous encore en démocratie ?

Cet article passe la France actuelle au crible des cinq critères de Raymond Aron qui permettent, selon lui, d'identifier un régime autoritaire.

"Le premier est le monopole de l’activité politique par un parti. Nous en sommes très proche, le Parti Socialiste détenant aujourd’hui la totalité des leviers de commande du pays (…)

Le second critère est le rôle de vérité officielle, d’Etat, de l’idéologie du parti monopolistique. Nous en sommes là aujourd’hui. Bien que gouvernant avec une faible part des voix des citoyens, voix souvent données plus par rejet de leurs adversaires que par adhésion à leurs idées, les socialistes entendent régner sur les esprits. Le régime, via les programmes scolaires, essaye de faire pénétrer de force l’idéologie officielle dès le plus jeune âge, avec la complicité active de professeurs fonctionnarisés. Partout, les moyens publics sont utilisés comme outils de propagande idéologique.

Le troisième critères est la mainmise de l’Etat sur les moyens de communication pour propager l’idéologie officielle. C’est là aussi chose faite, avec plus de 90% des journalistes aux ordres, répandant la bonne parole et procédant consciencieusement au lynchage public des âmes rebelles (…)

Le quatrième critère est la main-mise de l’Etat sur l’économie du pays. Et c’est bien ce que le régime socialiste a mis en place. Le secteur public prend des proportions bolcheviques, tandis que la création d’emploi passe désormais uniquement par lui (…)

Le dernier critère est la terreur policière. Une fois que l’idéologie de l’Etat est la seule acceptable, toute déviation est un crime contre l’Etat. Nous y sommes! Un nombre sans cesse grandissant d’opinions contraires à ce que professe le régime sont désormais pénalisées… Au pays de Voltaire!".

Et il conclut sans oublier d'égratigner à son juste rang, la droite de Sarkozy, dont un rejet total de l'actuel socialisme ne doit pas nous faire oublier les méfaits : 

"La main-mise du régime sur le pays est telle, sa foi en sa capacité à terroriser et dominer les masses tellement grande, qu’il ne fait désormais même plus semblant, ne se donnant plus la peine de mimer la démocratie. Qu’un référendum donne des résultats inattendu et il est alors validé malgré tout par le Parlement, contre la volonté exprimée par les français. Qu’une pétition remplisse tous les critères de saisie d’un organe de l’Etat, et celle-ci est purement et simplement ignorée, au mépris des lois et de la Constitution, sans que personne ne s’en émeuve plus. Chaque jour, les membres du régime expriment leur mépris pour le peuple. Ils lui demandent des efforts mais s’autorisent des déplacements à New-York pour des sommes mirobolantes, comme François Hollande l’a fait encore il y a quelques jours.

Mais ce que le régime oublie c’est que les français, en temps ordinaire doux et tolérants, sont aussi les champions du monde des révolutions et des guerres civiles. Nous sentons tous, autour de nous, l’exaspération monter, la colère enfler, le désespoir saisir les âmes. Que ce régime autiste ne s’y trompe pas : les révolutions sont toujours des phénomènes imprévus, des déflagrations soudaines, de proportions bibliques. Est-il encore temps pour la caste qui nous gouverne d’ouvrir les yeux, sortir de ses palais et faire machine arrière ?"

Partager cet article

19 commentaires

  1. Le peuple de France privé de démocratie
    “Alors quoi, va-t-on revenir aux heures sombres des persécutions du début du XXe siècle, contre une majorité de la population, pour donner raison à une extrême minorité (et ici) gesticulante à qui l’on croit devoir son élection ? La conscience avec laquelle le président Hollande paraît déterminé à tenir cette promesse contraste avec tant d’autres passées à l’encan. Il faut être perdu de folie pour en arriver à s’obstiner à ce point et il faudra affronter un jour l’histoire pour avoir dit: « Moi, président, j’ai refusé le droit de vote à 60 millions de Français. »”
    http://www.lesobservateurs.ch/2013/01/14/le-peuple-de-france-prive-de-democratie/

  2. “les français, en temps ordinaire doux et tolérants, sont aussi les champions du monde des révolutions et des guerres civiles”.
    Je doute fort que les Français apathiques d’aujourd’hui soient en état de renverser le moindre pouvoir tyrannique ! De toutes les façons, si ce pouvoir est devenu tyrannique, celui-ci a tous les moyens législatifs et judiciaires pour étouffer dans l’œuf la moindre velléité “révolutionnaire” (loi martiale), sans compter les appuis économiques et financiers de l’extérieur (oligarchies bancaires internationales, Bruxelles, FMI, Washington…). Tout pouvoir arrivé par la force serait inévitablement défait par les attaques de la grande finance.
    Si soulèvement il y a, il émanera des populations immigrées lorsque celles-ci se sentiront assez fortes démographiquement pour imposer leur civilisation et leur culture.

  3. Non “ils” ne reviendrons pas en arrière car ce régime détesté par la majorité des français c’est l’annonce désormais réelle de l’installation de l’anti Christ dans nos murs. Rappelons nous la Parole de Jésus dans saint Jean” Je suis venu au nom de Mon Père et vous ne me recevez pas.Si un autre vient en son propre nom vous le recevrez “OUI l’anti christ il est arrivé on le découvre un peu plus tous les jours à travers les décisions qui sont prises par nos gouvernants.

  4. Je crois plutôt que les Français d’aujourd’hui sont mous et incultes historiquement, qu’is ne pensent qu’à leur estomac, leur sexe, leurs W.E et leurs vacances, leurs programmes de télé et leurs films débiles; en plus, ils sont colonisés par les Africains et les musulmans… Je voudrais bien me tromper.

  5. L’analyse selon R. Aron est excellente.
    Mais l’auteur conclut avec une naïveté sidérante…
    Ne sait-il pas que le peuple français vient d’élire Hollande ? Quand on en arrive là, on peut s’attendre à toutes les lâchetés mais certes pas à un réflexe de santé.
    Et qu’on ne prétende pas que la chute de popularité de Flanby aurait changé la donne … Les français sont un peuple de plus en plus immature qui brûle vite ce qu’il a adoré, au prétexte que l’élu n’a pas satisfait de suite le fatras des intérêts particuliers… Tout élu subira cette loi !
    L’auteur n’a-t-il jamais saisi combien les “français sont des veaux” ? Aujourd’hui “mi veaux mi porcs ” ?
    L’auteur ne voit-il pas que les français plébiscitent la consommation et la dérision ? qu’une moitié se vautre dans un ressentiment mécanique contre l’Eglise, et que l’autre baisse la tête ?
    Franchement, on ne sait qui est le plus autiste !
    Les français dont il est ici question sont la grande majorité du peuple français, pas tous certes mais si nombreux…
    La manif-pour-tous du 13 janvier a été un sursaut magnifique et inespéré mais il s’agit encore d’une minorité, d’une minorité calme et civilisée. Ce n’est pas avec cela qu’on fait des révolutions !
    Bref je suis peut-être un peu pessimiste mais n’est-ce pas 100 fois plus réaliste que le rêve éveillé de l’auteur ?

  6. Je ne puis que répondre ” On juge les autres bien souvent par soit même”

  7. Sans être aussi négatif sur le peuple français, force est de reconnaître que déjà sous la Vème République, et de manière alternée, nous en sommes à la 4 ème période politique où un parti détient tous les leviers de commande : l’époque gaulliste puis giscardienne, l’époque mitterrandienne, l’époque chiraquo-sarkoziste, et la nouvelle et actuelle, celle de Hollande depuis peu.
    Mais si on fait le total depuis 1958, la droite a eu en 55 ans, 39 ans de pouvoir absolu ou solitaire (pouvoir présidentiel et autres), tandis que que la gauche ne l’a eu qu’à peine 16 ans, et encore en ne comptant pas les cohabitations de Chirac et Balladur comme premiers ministres (7 ans) supérieures à celle de Jospin (5 ans), et la semi cohabitation de SARKOZY avec F. Mitterrand, Kouchner et qq autres.
    Or qu’a fait la droite chaque fois pour nous éviter le pire pouvoir de la gauche, celui sur l’école, la culture, et les médias ? RIEN, strictement rien, si ce n’est aller de concessions en concessions, quand ce n’est pas d’abandons en abandons. Que ce soit face à la gauche communiste et socialiste rognant nos libertés, ou face à la technocratie bruxelloise rognant notre souveraineté.
    Voilà pourquoi il faudrait enfin que les gens de droite comprennent, ceux qui votent UMP ou ceux qui votent FN, qu’il y a une technostructure française, que l’ENA incarne très bien (un héritage de la droite gaulliste en 1945), et que là se situe avec le Grand Orient et qq autres lobbys d’argent et financiers, dont ceux des monopoles d’Etat ou oligopoles privés, le verrou à faire sauter.
    Quand on voit Marine Le Pen laisser l’énarque PHILIPOT faire l’éloge de CHAVEZ, on comprend que nous ne sommes pas tirés d’affaire : la droite confond toujours Etat et société, comme la gauche.
    Là est la tare française, que les principes de la DSE contredisent totalement.

  8. Merci à chronophage : il met le doigt sur un “mal français” d’autant plus méconnu que dominant tout l’éventail politique.
    C’est l’alliage entre un jacobinisme (atavique à l’esprit français depuis la Révolution) et la déroute idéologique de la “droite”, qui a adopté le logiciel de la gauche sur tous les grandes questions de société (et ne s’en distingue que par ses capacités de gestion et son goût des libertés civiles).
    Comme vous le dites : “nous ne sommes pas tirés d’affaire” car la société française s’appuie sur des principes souvent en contradiction avec ceux de la DSE.
    Est-il envisageable que cela change ? On peut l’espérer de toutes ses forces mais rien (ou presque, car internet a quand même desserré un baillon mortel pour l’information) ne laisse augurer d’un possible redressement.

  9. La République française n’est pas un système politique calqué sur les républiques antiques mais une invention idéologique de gauche. Par conséquent, droite ou gauche n’a aucun sens. Les ligues de l’Entre-deux-guerres l’avaient bien compris. Depuis le 6 février 1934, il n’y a plus aucune ambiguïté sur la nature profonde de ce type de régime. S’il se maintient encore aujourd’hui, c’est parce qu’il maintient l’illusion de la démocratie bipolaire, faisant croire aux Français, qu’en dehors de ce système il n’y a point de salut. C’est un sacré coup de poker qui a réussi grâce à des relais bien huilés, comme par exemple l’Education Nationale, dont l’endoctrinement idéologique jacobino-socialo-communiste n’est plus a prouver.

  10. @ chronophage
    La droite, depuis Giscard d’Estaing, n’a jamais eu un pouvoir aussi “absolu ou solitaire” que la gauche. En outre, la plupart des syndicats, toujours à gauche, ne se sont jamais gêner pour déclencher des grèves empêchant la moindre réforme, dans l’Éducation nationale par exemple.
    En plus, la droite a souvent été divisée, affaiblie (rivalités de chefs entre RPR et UDF, puis au sein de l’UMP…) ce dont a profité évidemment la gauche. La droite a aussi connu des périodes de cohabitations l’empêchant de cumuler alors la totalité de l’exécutif, etc.
    Quand à la gauche, à l’époque où Mitterrand ou Jospin gouvernaient, le Sénat était à droite, et la droite conservait un certain nombre de grandes villes, de départements et de régions.
    A l’époque de Sarkozy, pourtant dépeint comme un dictateur par les médias de gauche, la gauche tenait (et tient encore) la plupart des collectivités territoriales, etc.
    Jamais la gauche n’a été aussi absolutiste qu’à l’époque de Hollande puisqu’il n’y a plus, contre lui, le moindre pouvoir (national ou dans les collectivités territoriales) ni contre-pouvoir (les syndicats, toujours marqués à gauche, ont même appelé officiellement à voter pour lui). Aucune institution ne peut (ou ne veut pour le CESE) l’empêcher de gouverner “comme bon lui semble”, chance que n’avait même pas eu Mitterrand à l’époque.

  11. À tous ceux qui croient les Français mous et vaux…
    C’est vrai : ils le sont. Indubitablement. Ils l’ont prouvé cent fois.
    Mais les Français ont un autre trait de caractères : ils sont violents et passionnés. À tel point que les francs-maçons allemands qui ont posé les germes de la Révolution françaises ont voulu décourager les révolutionnaires français de lancer une révolution en France car les Français ne sont pas contrôlables… la suite a montré combien ils avaient eu raison.
    Il en va de même aujourd’hui. La bête dort mais bien « malin » qui pourra prédire quand elle se réveillera. Par contre, il est facile de prédire qu’elle sera violente à son réveil et que les pourris qui nous ont mis dans la m…. aujourd’hui en seront les premières victimes…
    On ne pleurera pas particulièrement sur ces premières victimes… Mais attention car lorsque les limites sont franchies, il est difficile de prédire où s’arrêtera la folie !

  12. Au pays de Voltaire ?
    Mais justement ce salopard a travaillé contre la patrie en luttant avec rage contre l’Eglise.
    Marion Sigaut en a fait la brillante démonstration dans une vidéo choc à ne pas manquer.

  13. @ G et Trophyme : juste une petite question : ne confondez vous pas le Français citadin et l’autre ?
    Je ne sais pas quelle couche de la population vous avez l’habitude de côtoyer (je vous dis ça sans ironie), mais, malgré tous les défauts du Français (très) moyen, je pense que vous ne pourriez pas avoir que de mauvaises surprises… l’avenir vous le dira…

  14. @ G
    Vous avez raison : mais la question n’est pas celle des faits, plutôt celle du pourquoi.
    En 1958 la Vème a été fondée par la droite, qui avait tous les pouvoirs, bien que De Gaulle en ait lâché beaucoup aux communistes en 1945. Qu’en a t elle fait 55 ans après ? Le coup des “syndicats bloquant toute réforme ne tient pas” : les Trade Union britanniques avaient une autre puissance sociale, politique et surtout financière que les syndicats français : M. THATCHER les a fait plier. Mais elle avait su dire pourquoi, comment et pour quoi : la droite ne sait jamais dire que la justice n’est pas de gauche. Et que l’Etat n’est pas la nation ou la société, bien au contraire.
    Donc la droite perd tout.
    Petite précision : au début de son quinquennat, SARKOZY avait toutes les institutions, la plupart des régions et départements. Qu’en a t il fait ? Il a ouvert à gauche dans son propre gouvernement, puis il a tout perdu progressivement.
    La droite française n’existe plus : l’alternance n’en est donc pas une. Pour qu’il y ait une droite en France, il faudrait une pensée de droite française : il n’y en a pas d’actuelle, claire et faisant l’objet d’un débat public, prise en compte par les politiques.
    D’où des enthousiasmes de substitution, comme -au risque de choquer- la Manif du 24, que certains espèrent voir déboucher illusoirement (avis perso discutable) sur une crise de régime, alors qu’au départ il s’agit de refuser la loi TAUBIRA. Pour faire quoi ensuite ? Remettre l’UMP au pouvoir ? Le FN se faisant Marchais public ? Pour quoi ? Quelles idées, quel programme, quelle vision, quelle conception de la société française réformée ?
    Ce n’est pas en promettant des baisses d’impôts ou une meilleures gestion de la Sécu et du socialisme jacobin que les droites réformeront la France.
    Le mariage gay n’est pas qu’une conséquence de l’idéologie de gauche, c’est surtout le résultat de 55 ans d’une droite française qui a suivi la gauche en tout et lui a tout lâché, dans un pays majoritairement de droite : il suffit d’additionner les voix non de gauche pour le comprendre.

  15. @ G
    Peur d’être mal compris : la Manif pour Tous est indispensable, mais elle ne pourra remplacer des droites et des idées de droite cohérentes, unies, majeures, intelligentes, ayant une stratégie politique au service d’un projet qui soit une espérance et une volonté collective.
    Le vote anti gauche prévisible en 2014 et 2015 ne pourra masquer le vide pour la suite.
    Sans quoi en 2017, on nous refera le coup du père François, AVEC une partie de la droite…..

  16. À bien réfléchir, je crois que l’analyse ici faite de pm est assez juste! Je n’avais que rarement vu les choses selon cette lecture, mais elle est assez conforme à ce que l’on regarde de l’histoire depuis 1789. Bravo, à développer !

  17. Je suis en grande parti ignorant de la politique en France ,mais je rejoins ceux qui dénoncent la politique de la droite coupable ,comme trahissant radicalement ses idéaux (la loi Weil sous Giscard ou les débuts du gender sous Sarkosy ,me suffisent pour retirer à cette droite tout crédit et toute considération.
    J’en arrive(par dépit ) à saluer au moins dans la gauche une certaine franchise dans son choix délibéré du mal!!! …

  18. @ chronophage
    Il faut éviter de juger l’histoire à partir d’aujourd’hui.
    De Gaulle avait réussi à désarmer les milices communistes en 1945 car le PC de cette époque avait une autre audience dans le pays que le nain communiste d’aujourd’hui.
    Il faut également éviter de calquer les exemples britanniques (ou allemands) sur la société française.
    Si vous appelez de vos vœux, l’arrivée au pouvoir d’une Mme THATCHER, alors là oui, les Français se soulèveront… contre la droite.
    Et n’oubliez pas que nous avons une population immigrée que n’avait pas de Gaulle à l’époque et que nous avons une intrusion permanente de l’extérieur comme l’Union européenne qui n’existait pas non plus à l’époque de de Gaulle.
    Quant à l’exemple de Mme THATCHER, je ne suis pas sûr qu’elle pourrait faire maintenant dans son pays ce qu’elle a fait à son époque.
    Mais évitons de faire des amalgames et de l’histoire fiction.
    2013 n’est pas 1958. Et le PS a un pouvoir absolu en France.

  19. Le sous-titre de ce billet est inexact car ce qui est exposé ne correspond pas à la description d’un régime autoritaire – ce qualificatif n’a rien de péjoratif, ni d’injurieux – mais plutôt à celle d’un régime totalitaire.
    Et c’est bien ce que nous vivons.
    Bien vu l’auteur !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services