Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Solution trouvée à Rennes

Lu sur Breizh-info :

"La mobilisation des fidèles de la chapelle Saint-François de Rennes aura payé. Selon les dernières nouvelles la communauté traditionnelle, menacée de disparition par l’archevêque Mgr d’Ornellas, sera maintenue à la rentrée. Mieux : l’archevêque a accepté la nomination par l’ICRSP d’un successeur au chanoine Cristofoli, qui dessert actuellement la chapelle, et dont il avait exigé le départ.

La communauté traditionnelle de la chapelle Saint-François existe dans cette chapelle, qui appartient au diocèse, depuis 1988 ; elle est desservie par l’ICRSP (Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre depuis 2002. Le 12 juin dernier, en annonçant que le départ du desservant actuel, le chanoine Cristofoli installé à Rennes depuis 2008, était exigé, que la convention avec l’ICRSP ne sera pas reconduite et la chapelle vendue, l’archevêché de Rennes a mis le feu aux poudres.

Déterminée à ne pas disparaître, la communauté traditionnelle a organisé la riposte, en créant une page sur les réseaux sociaux – près de 1800 «likes» en deux semaines, le double de la page officielle de l’archevêché, plus de 2000 aujourd’hui – mais aussi en organisant une réunion publique dans la chapelle, le 22 juin, puis un chapelet devant la cathédrale le 29. Depuis une dizaine de jours, une dizaine de fidèles – une vingtaine le week-end – s’installaient en « sentinelles » devant l’évêché entre 13h145 et 14h45, à l’heure du mouvement des employés. Les « sentinelles », nées  de La Manif pour Tous s’installaient devant les lieux emblématiques pour dénoncer le « mariage » pour tous (Loi Taubira). Désormais, c’est le diocèse de Rennes qui était dans leur viseur.

Loin de tenter d’apaiser la situation, alors que les fidèles de la chapelle se mobilisaient largement, et que l’affaire commençait à créer un important tollé dans et à l’extérieur du diocèse, celui-ci s’enfermait dans le double discours et s’y tenait  en multipliant les occasions  de double langage. […]

Finalement, cette mobilisation fera évoluer la position du diocèse. Le 17 juillet, une nouvelle lettre de l’archevêque Mgr d’Ornellas a été lue  avant la messe. C’était d’ailleurs la première pour un chanoine de l’ICRSP tout juste ordonné, l’abbé Pinoteau ; en 2016, l’ICRSP a eu 11 prêtres ordonnés, dont 8 français, parmi lesquels deux sont bretons. L’archevêque y écrit qu’il a discuté avec Mgr Schmitz, provincial de France de l’ICRSP, qu’il a reçu ce chanoine, lui a fait rencontrer d’autres prêtres, et a accepté sa nomination. Il attend donc que l’ICRSP l’envoie officiellement en mission à Rennes. La nomination sera officialisée dans la seconde quinzaine du mois d’août.

L’actuel desservant de la chapelle, le chanoine Cristofoli nous précise ce qu’il en est : « Il y a eu des échanges par mails, le 10 et le 11 juillet, entre l’archevêque Mgr d’Ornellas et Mgr Schmitz. L’archevêque a reçu le 15 juillet un chanoine de l’ICRSP pressenti pour venir à Rennes, et cet entretien s’est très bien passé. Il lui a fait rencontrer un prêtre qui fera le lien entre la communauté Saint-François et l’archevêché – ce n’est pas un lien hiérarchique – et ensuite deux autres prêtres, les pères Lemoine et Lagneau, qui lui ont parlé de la mission de la chapelle dans le diocèse. Ces entretiens se sont bien passés ». C’est donc la garde rapprochée de l’évêque qui a reçu ce chanoine, actuellement en poste dans un autre diocèse français.

« Après cela l’archevêque Mgr d’Ornellas a accepté que ce chanoine vienne à Rennes, et écrit à Mgr Schmitz pour qu’il l’envoie en mission, ce qui a été fait. Des écrits ont été échangés, la succession est donc assurée, puisque Mgr d’Ornellas n’a pas l’habitude de revenir sur ses engagements écrits. Elle sera officialisée après le 15 août ». Le chanoine Cristofoli partira donc l’esprit tranquille, la communauté étant sauvée. Mieux, « il y aura une convention pour trois ans entre l’ICRSP et le diocèse », alors que la convention était jusqu’alors annuelle, et la communauté en situation de précarité permanente."

À tous les lecteurs du Salon Beige en France, j’irai droit au but : pour poursuivre son travail le Salon Beige a besoin de vos dons. Le combat culturel que nous menons est violent et nos opposants disposent de moyens infiniment plus importants que les nôtres. Nous sommes en permanence ciblés par des personnes et des groupes qui savent utiliser l’argent, les médias et … la justice pour nous combattre et nous détruire.

Oui, notre existence dépend de vos dons. Nos besoins ne sont pourtant pas immenses, loin de là !
Il suffirait que chaque année 3 000 personnes fassent un don ponctuel de 50 € ou bien que 1 250 fassent chaque mois un don de 10 € pour que l’existence du Salon Beige soit assurée !

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule.
S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services