Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Solidarité : une stratégie assumée

Axel de Boer, Président de Solidarité France et tête de liste en Ile-de-France pour les élections européennes, est interrogé par e-deo :

"Nous suivons une stratégie à trois étages, dont chacun est une raison suffisante d’avancer. Nous voulons en premier lieu donner un témoignage public, aller vers les gens. Lors d’un tractage, une jeune fille m’a dit avec candeur: "je ne savais pas que l’on pouvait être contre l’avortement". Cette parole montre l’échec de stratégie de communication basée sur le seul média internet, qui finalement ne touche que nos amis. Ce qui est vrai pour l’avortement l’est bien plus pour tous les autres aspects de la culture de vie. Combien de personnes ont conscience qu’il s’agit des clefs pour bâtir un avenir plus humain et plus juste ? Malgré nos faibles moyens, peut-être 1 million de personne verront une affiche (et même deux) qui parle de la culture de Vie. Lorsque nous le pourront financièrement, ils seront des millions à recevoir une circulaire qui parle de la culture de Vie et de la DSE : aucun média accessible ne touche autant de monde !

Nous voulons ensuite montrer l’unité de tous les combats sectoriels qui défendent la Vie, dans tous les domaines, et les unifier en une seule force.

Notre troisième étage est ambitieux : nous voulons forger pour le XXIème siècle une démocratie chrétienne qui réponde aux défis de notre temps. Il y a un siècle, un petit groupe de personnes ont pensés et formés la démocratie chrétienne qui a ensuite dominé l’Europe pour 50 ans avant de tomber sur ses contradictions. Avec les nouveaux défis, et les nouveaux textes de l’Eglise, il apparaît clairement que le temps est mûr pour une nouvelle aventure politique. Nous avons pu constater que ce projet intéresse aussi bien l’Eglise que les fidèles.

Alors, en terme de résultat électoral, je ne sais pas ce que nous pouvons espérer parce que nous n’avons pas les moyens de « faire le plein » de notre électorat naturel qui est assez important et surtout très large. Cela, parce que les médias en particulier chrétiens sont réticents envers toute forme d’engagement à caractère prophétique, même modéré. C’est une vieille maladie de toute institution, il faut rassurer avant tout. De toute façon, cette participation électorale va nous permettre d’avancer."

Addendum 10h45 : Axel de Boer et Matthieu Chauvin, tous les deux têtes de liste Solidarité, le premier en Ile-de-France, le second dans le Sud-Est, seront les invités du Forum Catholique ce soir de 19h à 22h.

Partager cet article

6 commentaires

  1. Le discours est assurément sympathique mais il manque comme un goût d’achèvement…
    Pro-vie mais surtout sans engagement religieux… Pro-vie mais sans engagement politique… Pro-vie mais sans vision de l’avenir…
    Bref, une bonne idée mais cela manque assurément d’une force directrice principale.
    Ça manque d’un pourquoi assumé franchement…
    « N’ayez pas peur… »

  2. ça ne manque pas de courage et de charité en tout cas, et on ne peut que féliciter ces personnes braves de rappeler prioritairement l’essentiel de l’objet politique: la protection effective de la personne humaine.
    Et, j’ajouterai, qu’à Dieu ne plaise ,et quand bien même l’expérience politique pourrait leur faire défaut ici ou là*, leur entreprise ne sera pas nécessairement plus vaine que celle des autres listes en principe proches dans l’esprit, mais manifestement obligées (ou tentées par ) à des contorsions sémantiques et tactiques parfois bien déroutantes.
    *mais qui saurait prétendre parmi toutes les listes “avoir l’expérience” qui convient pour cette “crise” qui est d’abord une crise du sens , ce qui ne figure sur aucun des argumentaires envoyés aux électeurs.
    Comme s’il devait être admis par tous , que l’homme se réduit à sa dimension économique et sociale, alors même que c’est justement cette vision réductrice héritée des “philosophie matérialistes” qui a conduit le monde à la déconfiture que l’on connaît aujourd’hui.

  3. @ pk : lisez la totalité de l’entretien sur e-deo et vous verrez si Axel de Boer n’a pas d’engagement religieux… MDR !

  4. On ne fait pas un programme politique sur une seule idée.
    D’autres partis portent déjà ces questions, peut-être de manière moins insistante, mais ils ont le mérite de défendre la Vie, et d’être déjà implantés dans le paysage politique. J’ai peur que ce genre d’initiatives divisent les votes pour les partis déjà en place et qui défendent nos idées. Pourquoi ne pas plutôt aller renforcer ces partis ?

  5. Il y a un siècle la démocratie chrétienne, dit Axel de BOER.
    Elle fut condamnée sous sa forme de l’époque, le SILLONISME de Marc SANGNIER, par Pie X.
    Après la première guerre mondiale Pie XI fit le rêve absurde d’une Europe démocrate chrétienne, sous l’égide de la Société des Nations, et poussa les catholiques à s’y rallier, particulièrement en Allemange et en Autriche, choisissant pour la France de condamner l’Action Française qui gênait ce rêve. Car MAURRAS avait déjà montré les tares congénitales de la démocratie chrétienne, et sa démonstration, qui fut confirmée par les faits, devait être interdite à tout prix, y compris par l’excommunication. Cette démocratie chrétienne fut ainsi livrée à une vision pacifiste et déjà relativiste. Et si elle fut prégnante dans un certain nombre de pays européens, elle n’empêcha ni la montée du nazisme, ni le totalitarisme social du fascisme.
    Après la seconde guerre mondiale, ses ailes gauches se firent ”progressistes” sur le plan politique, et prirent le pouvoir en interne. L’interprétation d’ouverture au monde issu du Concile Vatican 2 fit de la démocratie chrétienne des partis de gouvernement toujours puissants, mais ayant renoncé à leurs références chrétiennes. On peut même dire que c’est sous majorités démocrates-chrétiennes, ou avec l’approbation d’une grande partie des élus démo-chrétiens, que l’Europe du traité de Rome, non chrétienne, négatrice de la DSE, matérialiste et tchnocratique fut votée, comme plus tard les lois en faveur de l’avortement, que ce soit en Italie, Allemagne, Autriche, Belgique, etc….
    Voilà pourquoi vouloir recréer une démocratie chrétienne européenne exige des critères politiques autres que la simple référence à l’Evangile : : cela exige aussi une analyse de la démocratie sous l’angle de la DSE, et du fonctionnement de l’économie, de l’Etat, du fait national au sein de cette Europe avec constitution chrétienne, etc….
    On peut d’ailleurs appliquer cela en un sens aux partis de la droite nationale.
    Car le fait de se réclamer de l’Evangile ne suffit pas à faire une bonne politique.

  6. @ F-Marie,
    J’ai parcouru leur site internet et ce n’est pas clairement explicite dessus (mais je peux me tromper)…
    Comme c’est leur vitrine officielle, je demande donc à voir : c’est tout.
    Une interview, c’est autre chose… il suffit d’écouter toutes celles de nos candidats nationalistes en direction des catholiques : en général, le discours est fortement adapté aux interlocuteurs…
    Ceci dit, cela ne leur enlève en rien d’avoir le courage de dire tout haut ce que les « grands » partis n’osent pas assumer…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services