Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique / Pays : International

Soft putsch en Suède: une préfiguration de ce qui nous attend en 2017 ?

Ou comment l'oligarchie perpétue sa mainmise contre le pays réel. Lu ici. Extraits, mais tout est à lire. On admirera au passage l'art consommé de la désinformation d'un "grand" quotidien vespéral français.

"La nouvelle n’a pas fait la « une » des médias, et c’est pourtant un des événements les plus inquiétants de ce début de siècle. Le dernier masque de la démocratie représentative, dans sa version postmoderne et corrompue, vient en effet de tomber. (…)

Les faits sont simples dans leur crudité cynique. Les dernières élections ont vu surgir un parti disons atypique, le mot « populiste » étant, en Suède comme ailleurs, un mot dépourvu de sens (tous les partis courtisent le peuple !). Avec ses 12%, le SD ne pouvait qu’être un parti d’opposition, mais lorsqu’un autre s’est joint à lui pour rejeter le budget, le gouvernement a été mis en minorité, et son budget invalidé : situation classique de « crise gouvernementale ». Dans toute démocratie, cela entraîne la démission du gouvernement, et chez nous ce serait un des cas où la dissolution s’imposerait. C’est si évident que dans un premier temps, le chef du gouvernement suédois, Stefan Löfven, a décidé, et annoncé pour le 22 mars 2015, la tenue de nouvelles élections.(…)

Mais voilà : les sondages se sont mis à dessiner une forte hausse du SD, l’amenant à des niveaux tels que ni l’alliance socialistes-verts, ni le centre-droit, ne puissent espérer gouverner. Craignant de perdre, avec leurs dernières plumes, les places qu’ils occupaient chacun leur tour dans une aimable alternance, ces partis ont décidé de se répartir les postes non plus alternativement mais simultanément, et pour toujours. En tout cas jusqu’en 2022, première date de révision de leur accord.

Stefan Löfven vient donc de revenir sur sa décision : les élections prévues pour 2015 n’auront pas lieu, et le résultat de celles de 2019 est d’avance neutralisé puisque l’entente des sortants, ou plutôt de ceux qui ne veulent pas sortir, est organisée jusqu’en 2022. La Suède aura donc la « chance » d’être la première démocratie du monde à connaître la composition de son gouvernement avant les élections, et à savoir qu’il restera en place indépendamment de leur résultat. C’est sûr que ça renouvelle le concept de démocratie, tellement même qu’il faudrait trouver un nouveau nom. (…)

(…) un « grand journal du soir », le même qui avait applaudi l’entrée des Khmers Rouges dans Phnom-Penh (décidément, on ne se refait pas), n’en a parlé que pour en faire un modèle : « Une fois de plus, la Suède donne l’exemple. Confrontés à la perspective d’une crise politique prolongée, les partis politiques traditionnels, de gauche à droite, ont décidé de s’unir pour permettre au gouvernement de fonctionner en neutralisant la capacité de nuisance parlementaire du parti populiste. » On admirera incidemment un des plus beaux exemples de langue de bois jamais énoncés dans la presse française. Des élus d’opposition qui votent contre le gouvernement, rejettent ses projets de loi, déposent des amendements, bref, des opposants qui s’opposent ? De la « nuisance parlementaire ». Vite, le parti unique, seule garantie d’un parlement sans nuisance !"

Partager cet article

11 commentaires

  1. Bof… Ils n’ont rien inventé..
    Le découpage électorale du territoire en fonction des votes du peuple est une spécialité bien de chez nous… Ça ne choque personne.
    Pire : la cohabitation (si bien nommée). N’importe quel président désavoué avec une once d’honneur démissionnerait… Chez nous, non : on continue à s’amuser ensemble comme si de rien n’était…
    Bref, la tartufferie française n’a rien à envier aux hérauts nordiques…
    Cela fait belle lurette qu’on est en tyrannie… C’est moins visible qu’au temps de Staline ou d’Hitler mais ça ne change pas grand chose dans les faits…
    Aujourd’hui, dire « je suis Kouachi » peut mener en prison… En France… en 2015. Pays des droits de l’homme…
    Il doit y avoir un petit bogue quelque part… Mais le gros, l’énorme bogue, c’est que tous les Français trouvent cela normal…
    Nos chers républicains ont réussi un coup énorme : prendre les gens pour des cons, leur dire que ce sont des cons et tous les cons aiment cela et en redemandent…
    Par moment, on se demande où est passé le bon sens gaulois…

  2. Un peu comme Vladimir Poutine en Russie, donc. Vladimir Poutine qui a, lui aussi, triché avec sa Constitution, pris Medvedev comme homme de paille à la présidence, truqué les élections, muselé les médias, emprisonné ses rivaux et fabriqué une opposition à sa botte pour rester au pouvoir depuis seize ans maintenant… sans aucune perspective de départ annoncé, bien au contraire.
    Deux poids, deux mesures : quand ce sont les partis suédois qui le font, c’est mal. Mais quand c’est Poutine qui le fait, on voit en lui le sauveur de l’Europe et de la civilisation chrétienne !

  3. @ Marchenoir
    Bien vu pour POUTINE.
    Mais la Russie n’a jamais connu la démocratie, donc le comportement de Wladimir P. peut s’expliquer, à défaut d’être justifiable.
    Tandis que LE MONDE nous annonce la grande entente maçonnique organisée par le Grand Orient contre le FN.
    L’UMP est partie prenante : dans le Nord P de Calais ce sera BERTRAND qui sera président de la Région, avec un adjoint de Martine Aubry sur Lille comme vice-président la fusion des listes PS et UMP au second tour viserait à empêcher M Le Pen de devenir présidente de cette région.
    Comment Sens Commun pourra accepter cela ?

  4. oui c’est bien cela la liberté d’expression !!

  5. Robert Marchenoir,
    La comparaison avec la Russie de Poutine ne paraît pas très pertinente. Et que voulez-vous démontrer ?
    Du coté des entourloupes et magouilles pour se maintenir au pouvoir, la différence ne saute pas aux yeux. C’est bonnet blanc et blanc bonnet.
    Mais la grande différence entre la Russie et nos démocraties occidentales, c’est que la Russie ne fait pas l’apologie de l’homosexualité et qu’elle n’est pas (ou pas encore) noyautée par la franc-maçonnerie.

  6. Les Suédois institutionnalisent le concept « UMPS » préfiguration de ce qu’on nous prépare en France pour 2017.

  7. Il reste au peuple Suédois à se soulever pour reprendre son destin en main.

  8. Les Suédois sont dans l’imaginaire populaire, une solide référence démocratique n’est-ce pas. Leur exemple, que l’Europe se gardera bien de critiquer, sera suivi dans tous les pays européens.
    Qu’en dit Marine?

  9. Vu son histoire récente, la Suède ne peut être un exemple de démocratie.
    Favorable à toutes les avancées sociétales les plus pourries, elle n’est que le symbole vivant de le décadence la plus nauséabonde.

  10. soft putsch ? Qu’est-ce que ce vocabulaire de journaleux à la con ?

  11. En Corée du Nord aussi il y a des élections. La Suède n’a donc rien inventé.

Publier une réponse