Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Simulacres d’ordination pour 16 femmes

Chaque année l’association Femmes et hommes en Eglise (FHE) apporte bien tristement son lot d’absurdités. Cette année, elles sont seize, de toutes nationalités à organiser ce qu’elles croient être leur ordination diaconale ou sacerdotale. L’année dernière, c’était une Française qui avait ainsi provoqué la réaction de monseigneur Barbarin.

Laissons la parole à Jean Paul II, qui s’exprimait en Allemagne, pays d’origine de l’association qui regroupe ces femmes qui croient pouvoir devenir prêtres. Le défunt pape disait en 1999 :

"beaucoup revendiquent le droit de
construire l’Église comme s’il s’agissait d’une sorte de ‘multinationale’,
gouvernée par des hommes plus ou moins intelligents (…)
L’Église n’a aucun pouvoir pour conférer la consécration sacerdotale aux
femmes et tous les fidèles de l’Église sont obligés de se conformer sans
discuter à cette décision
" qui a "le caractère de l’infaillibilité liée au
Magistère ordinaire et universel de l’Église (…)
Nous devons soutenir ceux qui n’arrivent pas à comprendre ou accepter
l’enseignement de l’Église, afin qu’ils puissent ouvrir leur coeur et leur
intelligence au défi que la foi leur impose
".

Pour l’aspect canonique, on pourra lire ce monitum (admonestation) daté de 2002 et signé du cardinal Ratzinger au sujet de pseudo-ordinations de femmes qui s’étaient déroulées en Allemagne. Ce monitum précise les cas d’excommunication. Extraits :

"Les ordinations en question ne sont qu’un simulacre de sacrements et de ce fait se rendent invalides et nulles :  en outre elles représentent une faute grave contre l’Institution divine de l’Église.
Enfin cette affaire fait du tort à la promotion de la femme, qui, au
sein de l’Église ainsi qu’au sein de la Société, occupe une place
spécifique et irremplaçable".

Lahire

Partager cet article

3 commentaires

  1. Ces femmes ont-elles été formellement excommuniées par l’évêque ou le Pape ? Si non, pourquoi ?

  2. La suite donnée n’est pas forcément publique. Dans ce cas, il s’agit d’excommunication “ferendae sententiae”, c’est à dire qu’elles sont signifiées directement et individuellement par le Pape. Alors quid de ces femmes? Se sont-elles soumises aux conditions du Monitum? Je n’en sais rien…

  3. “le caractère de l’infaillibilité liée au Magistère ordinaire et universel de l’Église”
    Cela veut-il dire que l’église ne se trompe jamais ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]