Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Simplifier la fiscalité

De Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités :

"La dernière lubie de « notre » gouvernement est donc, tout simplement, une « remise à plat de la fiscalité ». […]

Mais, après tout, profitons de l’occasion qui nous est ainsi offerte pour poser les principes d’une réelle remise à plat de la fiscalité – en espérant que 2017 nous offre la possibilité de chasser le pouvoir socialiste et d’appliquer une vraie réforme fiscale. Selon moi, une réforme fiscale doit reposer sur deux principes clairs pour être légitime. Tout d’abord, elle doit être simple. Ensuite, elle doit être au service de l’intérêt général. Aujourd’hui, la fiscalité est au service du clientélisme et d’une complexité terrifiante. Pour la simplicité, il est clair qu’il serait bon d’en finir avec les « niches fiscales ». Mais, pour que cela soit défendable, il faut aussi en finir avec l’État qui s’occupe de tout – qui s’intéresse pêle-mêle à la politique du logement, à la vie associative ou à l’emploi à domicile. Cet impôt simple et léger existe : c’est ce que les Américains appellent la flat tax, un impôt proportionnel sur le revenu, qui a été expérimenté avec succès dans nombre de pays. J’entends d’ici le choeur des pleureuses nous dire qu’un impôt proportionnel serait une catastrophe sociale. À cela, je réponds que la progressivité est une invention récente ; qu’elle a des conséquences désastreuses sur l’investissement et l’esprit d’entreprise (car, enfin, on peut le regretter, mais ce sont toujours les « riches » qui investissent !) ; et qu’en plus, elle est fondamentalement injuste. En outre, ce n’est pas parce que nous aurions une flat tax que nous laisserions mourir de faim les malheureux. Simplement, nous ne multiplierions plus les allocations – qui font souvent qu’il est plus intéressant d’être assisté que de travailler et qui représentent des gaspillages prodigieux. Il suffirait de prévoir que cette flat tax soit doublée d’un impôt négatif (c’est-à-dire que toute personne percevant moins de telle somme par mois, au lieu de payer un impôt, recevrait une somme du fisc). Cela nous éviterait de jeter l’argent de la « redistribution » dans le tonneau des Danaïdes. […]

À côté de cette flat tax, il faudrait natuellement un impôt sur la consommation, qui existe déjà : c’est l’actuelle TVA. Mais il conviendrait d’en augmenter le taux de quelques points pour supprimer l’ensemble des charges sociales dont meurent nos entreprises. Et je crois que l’on pourrait sans crainte supprimer tous les autres impôts, plus archaïques les uns que les autres."

Partager cet article

16 commentaires

  1. Oui ne conserver que 2 impôts serait amplement suffisants.
    Il manque une résolution importante 10 coups de fouets en place publique chaque semaine pour chaque euro d’argent publique gaspillé.
    Plus 20 ans de prison ferme pour toute tentative d’emprunt.

  2. Les études, très sérieuses, ont déjà été faites.
    Certaines mettent en avant une flat tax à 17% pour subvenir aux besoins de l’état. (critères à retrouver)
    Noter que l’impôt proportionnel sur les gains/revenus est le seul juste. La seule discussion acceptable porte sur le fait de taxer plus le capital que les revenus, ce qui délimite l’approche ‘sociale’ (verre à moitié vide, pauvres pauvres) de l’approche ‘libérale’ (verre à moitié plein, l’argent appelle l’argent, plus un pays a de riches plus il est riche).

  3. Se méfier des simplifications au niveau de la fiscalité !
    Un certain Pompidou, avec sa loi du 3 janvier 1973 nous avait déjà tendu le même piège ! .Sa loi fut curieusement introduite au Sénat comme une loi de « rationalisation administrative ». Pour les parlementaires ou journalistes naïfs, cela n’avait pour but que d’éclaircir ou simplifier les textes. Pour d’autres, tels que Michel Rocard ou les communistes, elle s’inscrivait dans une logique de soumission croissante à la finance privée.
    http://www.youtube.com/watch?v=PH7W6ddx8V4
    Mais les médias vendus au capital, firent semblant de l’ignorer, alors qu’elle allait nous mener directement à l’euro. Le collet était bien tendu : on commença d’abord par limiter le montant que l’état pouvait emprunter sans intérêt, pour peu à peu le réduire, puis le supprimer.
    Pour la suite : http://effondrements.wordpress.com/2013/11/23/la-haute-trahison-de-lelite-francaise-ou-loi-du-3-janvier-1973/

  4. Impossible ! Que ferait-on des fonctionnaires qui s’activent à tous ces calculs ?

  5. Attendez, bougez pas. Flanby veut taxer les propriétés traversées par un cours d’eau.
    Ce sera 50 centimes le mètre linéaire.
    Si, si, ce n’est pas une blague!
    http://fr.news.yahoo.com/encore-coup-jumeau-mal%C3%A9fique-fran%C3%A7ois-hollande-gouvernement-d%C3%A9cide-105755999–finance.html
    L’imagination de Bercy n’a pas de limites, sauf en matière de réduction des dépenses, bien sûr.

  6. C’est justement, à mon humble avis, la TVA qu’il faudrait réduire considérablement, voire supprimer carrément. Car c’est justement l’impôt qui touche aussi bien les particuliers que les professionnels (même si en définitive, c’est toujours le particulier -le consommateur pour reprendre un terme actuel- qui paye le plus la TVA, car les professionnels bénéficient de la récupération).

  7. En plus du salaire net, il faut rendre aux Français les cotisations salariales et patronales. L’ensemble forme le salaire complet.
    Et après on applique la flat tax.
    Cela sera plus simple pour les contribuables.

  8. Personne ne croit à la sincérité de ces fantoches, ils souillent tout ce qu’ils touchent !
    Donc cette xième réforme sera une nouvelle imposture !

  9. Je ne suis pas opposé à la flat tax mais je ne voit pas pour autant en quoi l’impôt progressif serait injuste. En effet quel que soit le salaire d’une personne les besoins sont à peu près les mêmes (se loger, se nourrir, se déplacer) Donc la part de l’argent disponible est plus élevé chez les personnes ayant un haut revenu que celles en ayant un bas il n’est donc pas scandaleux que le taux soit plus élevé.
    Ensuite si il est évident qu’il n’est pas bon de rendre plus rentable le chômage au travail il est faux de dire que c’est les allocations qui crée le chômage. Et enfin il est prouvé que plus les inégalités sont importantes plus l’économie est en crise ou inversement d’ailleurs il est difficile de dire qui de l’œuf ou de la poule était la le premier.

  10. Quand vous écrivez, Guillaume, “en espérant que 2017 nous offre la possibilité de chasser le pouvoir socialiste”, qui est-ce, le “nous” dont vous parlez ?
    Comme vous êtes assistant parlementaire de M Gaudin, j’espère que ce nous n’est pas l’UMP ?
    Car l’instabilité fiscale d’aujourd’hui est due à eux, Hollande n’a pas tout inventé !

  11. Et, pour finir, même si cette intention est aussi un coup de communication, je trouve très positif qu’elle soit posée.
    Ce que l’UMP n’a jamais fait.
    (Cela dit, n’imaginez pas que je sois “de gauche” ! Pas plus que “de droite”. Juste d’une culture classique.)

  12. Au lieu d’un impôt reposant sur l’intérêt général , ne pourrait-on pas parler de bien commun , beaucoup plus constructif . Ceci n’est pas qu’un effet de style linguistique mais repose sur une proposition beaucoup plus profonde
    Mln

  13. Un autre axe de progrès serait de mettre un peu à plat les marchés publics… À mon avis, c’est de loin le plus gros scandale depuis des décennies : tous ces marchés sont truqués avec des montants faramineux qui ne servent qu’à arroser les petits copains pour des résultats souvent calamiteux.

  14. Réforme fiscale ? Chiche ?
    Une référence indispensable (et préalable à tout débat sur ce sujet…):
    Pascal SALIN, “L’arbitraire fiscal, ou comment sortir de la crise”, éditions Slatkine, 1996, ISBN 2-05-101488-8
    Pascal SALIN, Professeur d’Economie à l’Université de Paris:
    http://www.dauphine.fr/CRJBS/presentation.html
    est également l’auteur d’un livre incontournable:
    “Macroéconomie”, PUF
    Ces lectures (de base) sont vivement conseillées, notamment aux hiérarques de l’entourage de l’UMPS…!
    A word to the wise…

  15. Pas d’accord avec une augmentation de la tva qui pénalise trop les modestes revenus .
    Un gouvernement raisonnable n’a pas à taxer outrancièrement les gens sur tout et n’importe quoi !
    Une tva à 5% devrait suffire sauf pour les produits de luxe à taxer à 1O% .
    Pas de redevance télé pour de la propagande gochiste mondialiste immigrationniste ,la porno et autres calamités pronant la vulgarité et l’antiracisme obligatoire afin de subtituer une population basanée qui se moque de la France mais vote ps !
    Une flat taxe ,c’est comme une tva aveugle pour tous ,non ?

  16. Etape N° UNE messieurs les théoriciens de la TVA : sortir de l’europe car c’est elle qui légifère en matière de TVA !

Publier une réponse