S’il veut gagner, le Front national doit envisager des alliances

IMG_6093Karim Ouchikh, président du parti Souveraineté, Identité et Liberté (SIEL), conseiller régional Rassemblement Bleu Marine d'Ile-de-France, chargé de la famille, estime que le Front national doit envisager des alliances. Il affirme vouloir «être utile» au FN et se place en situation d'influence vis-à-vis du Front en occupant le «créneau des valeurs».

«Je ne cesse de dire à Marine Le Pen qu'il faut envoyer des signaux forts à ce bloc villiériste, cette droite souverainiste, conservatrice et éprise de liberté».

«Lors du séminaire à Etiolles, elle m'a souhaité bon courage. C'est une façon polie de botter en touche. Mais pour l'emporter en 2017, il lui faut une réserve de voix et cette réserve existe à droite, là où se trouve la marge de progression électorale. Après avoir fait le plein de voix à gauche, si l'on ne donne pas de signaux forts à cet électorat -il nous reste douze mois pour le faire- cela risque d'être compliqué».

IMG_6046Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien démocrate (PCD) et seul député des Républicains présent, a confié au Figaro:

«Il est en train de se jouer des choses ici. Certains collègues LR m'ont dit que j'avais raison d'y être, pour moi, pour le PCD et pour la recomposition de la droite qui se profile

Quand on lui demande si ces d'échanges ne risquait pas de se transformer en dialogue fermé, entre gens partageant les mêmes idées:

«Vous savez, la politique ça commence comme ça. Parler est très important. On a omis de parler sur des sujets absolument fondamentaux sur lesquels la droite et le centre ont renoncé sans cesse, du Tafta à la politique familiale en passant par l'Europe et les sujets de société. Alors que ces sujets constituent leur socle idéologique».

Laisser un commentaire