Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Le Vatican

S’il n’est pas possible aux chrétiens de changer les lois, la formation des consciences est très importante

Nouvelles de France a rencontré le Cardinal Franc Rodé, préfet émérite de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique depuis 2011. Extraits :

R "sur les questions de la législation sur la vie et la famille, on sait que la tendance est celle d’une société permissive et sans limite. Il faut se souvenir des chrétiens des premiers siècles. A l’époque où ils n’avaient pas les moyens de changer les lois, ils éduquaient les consciences, au respect de la Vie dès sa conception jusqu’à la mort naturelle ou encore à la dignité de la personne humaine. Aujourd’hui, c’est ce que l’Eglise peut faire. S’il n’est pas possible aux chrétiens de changer toutes ces lois qui ne sont pas en accord avec la doctrine chrétienne, la formation des consciences est, elle, très importante. Dans un second temps, on pourra peut-être changer la législation mais d’abord ce qui est possible aujourd’hui, c’est la formation des consciences. […]

Concernant le « mariage » homosexuel, je crois que l’on peut dire qu’il s’agit d’un abus de langage. Depuis le code d’Hammourabi jusqu’à maintenant, dans toute les sociétés, même en Grèce ou à Rome où l’homosexualité était très répandue, on distinguait bien l’amitié entre les hommes et le mariage entre un homme et une femme. Je crois qu’il ne faut pas les confondre. L’Eglise a une définition assez claire de ce qu’est le mariage : comme le dit la loi naturelle, l’union de l’homme et la femme en vue d’assurer à la nation, à la société, des enfants. Voilà ce qu’est le mariage. D’autres modes de connivences ne peuvent pas être appelés mariage. C’est une manière de légiférer de chaque Etat et selon les majorités qui s’y forment. Les Etats légifèrent de manière différente. Il y a par exemple dans les pays de tradition orthodoxe, où cela n’est pas d’actualité et qui regardent d’une manière très critique ces législations qui voudraient « équiparer » les relations entre homosexuels et la famille traditionnelle : ils n’en discutent pas. Je crois qu’il y a le mariage tel qu’il a toujours existé dans la société humaine et les manières de vivre ensemble des personnes du même sexe. Aujourd’hui, on observe une confusion tout à fait inacceptable. On ne peut pas considérer le « mariage » homosexuel comme un mariage, c’est autre chose. Je ne me prononce pas sur ces choix, qui sont différents, des personnes du même sexe. Je ne juge pas ces gens-là, l’Eglise ne les juge pas mais Elle insiste sur le fait qu’il ne s’agit ni d’un mariage ni d’une famille.

Est-ce qu’un chrétien peut voter pour un candidat qui promeut le « mariage » homosexuel ?

Un chrétien qui est logique avec sa foi ne peut pas promouvoir des « mariages » homosexuels, c’est sûr."

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]