Bannière Salon Beige

Partager cet article

Environnement / Homosexualité : revendication du lobby gay

Sida : Mgr Léonard jette un pavé dans la mare en rappelant la loi naturelle

Dans un ouvrage paru ce matin en néerlandais, le chef de l'Eglise catholique belge, Mgr André Léonard, écrit à propos du sida :

L "tout au plus, il verrait dans cette épidémie une sorte de justice immanente, pas du tout une punition".

"Quand on malmène l'environnement, il finit par nous malmener à son tour. Et quand on malmène l'amour humain, peut-être finit-il par se venger, sans qu'il faille y faire intervenir une cause transcendante".

"Malmener la nature profonde de l'amour humain finit toujours par engendrer des catastrophes à tous niveaux".

Evidemment, les tenants de la libération sexuelle s'offusquent, alors que ce sont les mêmes à dénoncer le rôle de l'homme dans les désastres écologiques. Bravo la cohérence. Par exemple, le parti vert francophone Ecolo a déclaré :

"Lire ou entendre des propos aussi stupides que discriminatoires peut avoir un impact particulièrement dévastateur sur la formation de l'identité d'adulte des jeunes gays et lesbiennes".

Ce n'est pas pour rien que l'Eglise enseigne que les actes homosexuels sont contre nature. L'écologie sexuelle, voilà ce qui devrait inspirer ceux qui veulent respecter l'environnement.

Addendum 13h50 : Lire le commentaire d'un agrégé en Sciences religieuses sur la justice immanente :

"La justice immanente n’est pas la justice divine. Elle n’est même pas la justice humaine. Le mot ‘justice’, dans une structure mentale formée par la philosophie qui a cours dans l’Église, signifie ‘ajustement’. […] La nature a par elle-même un comportement logique conformément aux lois naturelles. Il appartient à l’homme de prendre connaissance du fonctionnement de la nature afin d’éviter ce qui serait dommageable et d’exploiter ce qui est profitable. […] Si le nécessaire pour avoir un comportement responsable est négligé, il faudra s’attendre à subir les désordres dont le virus est l’agent. Le sens de la faculté qu’est la raison est d’ajuster le comportement avec nos connaissances afin d’éviter les désagréments. […] S’il y a une dimension morale à ce propos elle réside dans le devoir envers nous-mêmes de chercher notre bien avant de nous aventurer dans des comportements à risque. Sans ce bon sens, on dira que la ‘justice’ immanente à la nature nous mettra cruellement face à nos responsabilités."

Partager cet article

18 commentaires

  1. Merci Monseigneur, de défendre et d’affirmer haut et clair la morale naturelle,sans peur du “médiatiquement et politiquement correct”.
    Au-delà des seuls catholiques, votre courage est un exemple pour les hommes de bonne volonté qui font simplement leur devoir d’état, sans bruit, sans éclat, donc sans reconnaissance des médias. (…)

  2. Denoncer les dangers de l’obésité a-t-il un effet dévastateur sur la construction de l’identité des personnes en surpoids ?
    Les gens acceptent les conseils d’ordre médical, s’enquiquinent à courir le week-end, arretent de fumer, ne boivent plus d’alcool et ne cuisinent plus au beurre, mais n’acceptent pas la moindre remaraue d’ordre moral ! Difficile de ne pas y voir une manipulation des esprits…

  3. C’est un certain acte sexuel qui est particulièrement susceptible d’entrainer le sida. Les statistiques parlent d’elles-mêmes et sans vouloir parer de vertu les dames, c’est plutôt côté Sodome que Lesbos que les chiffres sont les plus importants.
    Bravo à Mgr Léonard pour sa logique au niveau des moeurs (car sa phrase est bien par rapport aux moeurs et non pas à pas pour les premières victimes de l’inoculation dénoncée par certains du virus du sida en Afrique par des expérimentations douteuses de vaccination dans l’ex-belge avec le concours d’entreprise et chercheurs nord-américains. Même si la aussi la nature a été violée)
    Par ailleurs, pourquoi des gens qui ne sont pas a priori particulièrement catholiques s’énervent contre un prélat. Si un hindouiste disait que ces pratiques allaient entraîner leur réincarnation en animal impur, hurleraient-ils de la même façon. Pensent-ils finalement que leur comportement est péché et que c’est pour cela qu’il ne faut pas le dire…Ou bien que le commerce du sexe puisse aussi souffrir de la crise parce que un évêque rappelle les principes de l’Église…

  4. Sed contra : la Providence divine mène toutes choses.
    Mgr L. devrait s’en souvenir. Rien n’échappe à la providence divine, ni la maladie, ni la pluie, ni le moustique qui tourne en ce moment devant mon ordinateur. Et ni le sida !
    Mgr L. évoque la justice immanente. Et la justice divine ? c’est pourtant un des grands thèmes des Ecritures Sacrées !
    En rejettant la causalité divine sur toute chose, Mgr L, très curieusement, reprend ce qu’il dénie à Dieu pour l’attribuer à une réalité naturelle ! C’est lui-même qui dit que l’amour humain finit par se VENGER, alors que, dans les Ecritures, ce mot est attribué à Dieu (et non pas à la nature).

  5. La formation de l’identité (sous-entendu : du genre), quelle tarte à la crème ! Quel concept artificiel !!

  6. A Bergstein :
    Je suis entièrement d’accord avec vous; c’est inimaginable que Mgr. Léonard n’ose pas citer le nom de DIEU et le remplace par le mot “nature”.
    Mais malheureusement, cela fait partie des choses courantes : il n’est pas le seul homme d’Eglise à ne plus dire les choses qu’il DEVRAIT dire.

  7. Monseigneur Léonard était un brillant professeur. Je peux en témoigner. Ses cours sur Hegel, Balthasar et Thomas d’Aquin étaient aussi solides que subtils.
    Je ne vois pas quelle est la faille dans la déclaration en question, en dépit de ses relents hégéliens.
    Par contre, je suis étonné pas la faiblesse des arguments adverses.

  8. @ Bergstein et Véronique.
    Je comprends ce que vous voulez dire, mais:
    1°) Dieu est certes Tout-Puissant et rien ne lui échappe (cf “pas un seul de vos cheveux, etc.). Au demeurant Dieu ne veut pas agir partout et toujours de façon contraignante parce que:
    a) Cela est insignifiant, l’exemple des cheveux est évidemment allégorique de “ce qui nous arrive”, ce n’est pas un Père distrait indifférent aux “accidents” de notre vie et il peut évidemment souhaiter notre calvitie, ne serait-ce que pour diminuer un sex-appeal ravageur! mais que tel ou tel cheveu tombe en premier n’a aucun sens).
    b) Il a le souci d’une certaine discrétion, d’une non-évidence laquelle est nécessaire au mérite de la Foi qui doit outre passer ce qui est évident.
    c) Il respecte largement la liberté humaine; mais lorsqu’il l’enfreint (conversion sur le chemin de Damas)c’est toujours pour notre bien.
    2°) J’entends bien que l’on distingue philosophiquement la justice immanente de la justice exercée par la Transcendance divine. Mais si l’univers comporte certaines lois “naturelles”, certaines réalités de fait qui sont contraignantes, et qui constituent des feed-backs (~des retours de flamme) réprimant nos errances, c’est bien parce que Dieu à voulu et créé (éventuellement via “subsidiarité) ces lois naturelles et ces structures. Le Créateur n’a pas “découvert” que la muqueuse rectale est fragile et perméable, il l’assume de toute éternité. Ainsi ce qui advient par “justice immanente” n’échappe qu’en apparence à la “Justice transcendante”.
    3°) De plus, un minimum de prudence est de rigueur, je sais bien que trop de prélats sacrifient dans leurs déclarations à la “morale du contexte” et au mimétisme envers le politiquement correct. Mais si Mgr Léonard avait déclaré brutalement qu’il s’agissait de “Justice vengeresse divine”, il se mettait à dos tous les évêques francophones qui on justement (et bien imprudemment) dit le contraire dès le début de l’épidémie de sida, et pire il aurait accru chez bien des transgresseurs sexuels matérialistes une véritable haine de Dieu (beaucoup d’athées sont des anti-théistes qui prétendent ne pas croire en Dieu mais qui, en fait, le détestent au point de l’avoir condamné à la non-éxistence par surcroît!). En bref il faut dire la Vérité, mais ne pas l'”asséner” pour en faire une massue…Le but est de convertir, non de révolter.
    Quoi qu’il en soit le sida a bien une dimension non seulement punitive mais éducative ; je me souviens d’une première de couverture affichée sur un kiosque, voici une vingtaine d’année: ” A cause du sida, bientôt, n’y aura-t-il plus de films pornos, faute d’acteurs?” Hélas cette justice immanente fut insuffisante…

  9. Cet “amour humain” qui se “venge”, indépendamment d’une cause transcendante (de Dieu, donc), c’est un peu comme le corps qui se venge d’un excès de table par une désagréable crise de foie. Sauf qu’il est plus facile d’imaginer une volonté du corps qu’une volonté de l’amour humain… Moi, ce qui me gêne, dans ce genre de propos, c’est qu’ils ont l’air de faire de la morale une question d’hygiène, comme si l’intérêt de faire le bien et d’éviter le mal était de vivre en bonne santé. Comme si un homme en bonne santé ne pouvait pas vivre dans le péché ou si un malade ne pouvait pas être agréable à Dieu. Et si l’on dit qu’ici, il n’est question ni de péché ni de sainteté, je demanderai, moi, de quoi alors il est question. Est-ce le rôle d’un évêque de donner des conseils pour garder la santé ? Et si les immoralités sexuelles étaient rendues moins faciles à cause de lois civiles dont l’objectif serait sanitaire, est-ce pour cela que les gens n’auraient pas le désir de les commettre ? Et que ce seul désir ne les leur ferait pas déjà commettre dans leur coeur ?
    [La loi mauvaise atrophie la conscience et à ce titre elle doit être changée, car la loi doit dire le droit et être soumise à la loi naturelle.
    Ce que dit Mgr Léonard, c’est qu’on ne bafoue pas impunément la loi naturelle, qui est divine puisqu’elle est issue de la Création du Bon Dieu. Le péché a des conséquences surnaturelles et naturelles. On ne peut pas séparer la nature et la grâce. Qui s’élève élève le monde, qui s’abaisse…
    MJ]

  10. Si on met la main dans le feu, on se brûle.
    Ce n’est pas une punition de Dieu. Je comprends parfaitement l’argumentation de mgr Léonard.

  11. @ MJ
    Que les consciences soient formées par les lois civiles, permettez-moi d’en douter. Si la conscience disait à un homme ce que l’Etat y avait imprimé par ses lois, comment pourrait-on encore invoquer le témoignage de la conscience pour prouver la vérité de la loi naturelle ? Une conscience mal formée par de mauvaises lois ferait voir des biens comme des maux et des maux comme des biens. Et en commettant le mal, les hommes à la conscience mal formée seraient mauvais en conscience, avec la conviction d’obéir à une loi naturelle. La loi naturelle, pour avoir un sens, doit être perçue par la conscience en dépit des mauvais principes qu’une autorité extérieure aurait cherché à lui inculquer. Dans le cas contraire, le bien moral serait toujours ce que veut un Etat.
    [Contrairement à ce que pense Rousseau, l’homme ne naît pas naturellement bon, mais atrophié par le péché original. C’est pourquoi il a besoin d’être éduqué. La loi entre dans ce cadre éducatif, destiné à définir le bien du mal, le juste de l’injuste.
    Aujourd’hui, le bien est appelé mal et le mal est appelé bien. Et la conscience de nos contemporains en est déboussolée.
    MJ]

  12. @Exupéry:
    Je ne pense pas du tout que l’exemple des cheveux qui tombent soit allégorique: nous sommes maintenus dans l’être par Dieu qui pense à tout, même à l’ordre dans lequel tombent nos cheveux.
    Il pense d’autant plus à une maladie qui tue des milliers de gens .
    Je suis d’accord avec vous: quand Il intervient directement dans une vie c’est toujours pour notre bien (c’est la Providence): le Sida n’est pas une vengeance de la nature! C’est bien un châtiment de Dieu pour pousser les hommes à se convertir, les dissuader de faire le mal et leur éviter l’enfer …
    Si seulement les évêques parlaient de Fatima plutôt:
    “Sacrifiez vous pour les pêcheurs. Beaucoup d’âmes vont en enfer parce que personne ne se sacrifient pour elles.”
    “N’offenser pas Dieu davantage, Il est déjà trop offensé.”
    “Si l’on fait ce que je vous dis, beaucoup d’âmes se sauveront”: réciter le chapelet tous les jours et pratiquer la dévotion réparatrice des 5 premiers samedis du mois pour consoler le Coeur Immaculé de Marie.
    CE N’EST QUAND MEME PAS BIEN COMPLIQUE!!!
    Mais non, ce qui est important c’est la nature et l’homme…

  13. @Exupéry:
    Je ne pense pas du tout que l’exemple des cheveux qui tombent soit allégorique: nous sommes maintenus dans l’être par Dieu qui pense à tout, même à l’ordre dans lequel tombent nos cheveux.
    Il pense d’autant plus à une maladie qui tue des milliers de gens .
    Je suis d’accord avec vous: quand Il intervient directement dans une vie c’est toujours pour notre bien (c’est la Providence): le Sida n’est pas une vengeance de la nature! C’est bien un châtiment de Dieu pour pousser les hommes à se convertir, les dissuader de faire le mal et leur éviter l’enfer …
    Si seulement les évêques parlaient de Fatima plutôt:
    “Sacrifiez vous pour les pêcheurs. Beaucoup d’âmes vont en enfer parce que personne ne se sacrifient pour elles.”
    “N’offenser pas Dieu davantage, Il est déjà trop offensé.”
    “Si l’on fait ce que je vous dis, beaucoup d’âmes se sauveront”: réciter le chapelet tous les jours et pratiquer la dévotion réparatrice des 5 premiers samedis du mois pour consoler le Coeur Immaculé de Marie.
    CE N’EST QUAND MEME PAS BIEN COMPLIQUE!!!
    Mais non, ce qui est important c’est la nature et l’homme…

  14. “C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions avilissantes: leurs femmes ont échangé les rapports naturels pour des rapports contre nature; les hommes de même, abandonnant les rapports naturels avec la femme, se sont enflammés de désir les uns pour les autres, commettant l’infamie d’homme à homme et recevant en leur personne le juste salaire de leur égarement.” – Romains 1, 26-27

  15. Varennes, vous faites bien de rappeler les messages de la Vierge Marie à Fatima, à Lourdes, à la Salette, et dans de nombreux lieux en ces jours et à de nombreux prophètes.
    Tous ces hommes, tous ces êtres humains se croient dans une impunité totale, dans une absence complète de conséquences dans l’éternité, et comme ils sont majoritaires à le croire maintenant, ils érigent en Vérité des abominations très anciennes, anciennes comme le péché originel, et leur multitude les rassure et les a convaincus qu’ils sont dans le JUSTE…
    “Épître aux Romains de saint Paul
    Comment l’homme est-il justifié ?
    A. les païens et les juifs sous la colère de Dieu
    LES PAÏENS OBJET DE LA COLÈRE DE DIEUEn effet, la colère de Dieu se révèle du haut du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui tiennent la vérité captive dans l’injustice ; car ce qu’on peut connaître de Dieu est pour eux manifeste : Dieu en effet le leur a manifesté. Ce qu’il a d’invisible depuis la création du monde se laisse voir à l’intelligence à travers ses œuvres, son éternelle puissance et sa divinité, en sorte qu’ils sont inexcusables ; puisque, ayant connu Dieu, ils ne lui ont pas rendu comme à un Dieu gloire ou actions de grâce, mais ils ont perdu le sens dans leurs raisonnements et leur cœur inintelligent s’est enténébré : dans leur prétention à la sagesse, ils sont devenus fous et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible contre une représentation, simple image d’hommes corruptibles, d’oiseaux, de quadrupèdes, de reptiles.
    Aussi Dieu les a-t-il livrés selon les convoitises de leur cœur à une impureté où ils avilissent eux-mêmes leurs propres corps ; eux qui ont échangé la vérité de Dieu contre le mensonge, adoré et servi la créature de préférence au Créateur, qui est béni éternellement.
    Aussi Dieu les a-t-il livrés à des passions avilissantes : car leurs femmes ont échangé les rapports naturels pour des rapports contre nature ; pareillement les hommes, délaissant l’usage naturel de la femme, ont brûlé de désir les uns pour les autres, perpétrant l’infamie d’homme à homme et recevant en leur personne l’inévitable salaire de leur égarement.
    Et comme ils n’ont pas jugé bon de garder la vraie connaissance de Dieu, Dieu les a livrés à leur esprit sans jugement, pour faire ce qui ne convient pas : remplis de toute injustice, de perversité, de cupidité, de malice, ne respirant qu’envie, meurtre, dispute, fourberie, malignité ; diffamateurs, détracteurs, ennemis de Dieu, insulteurs, orgueilleux, fanfarons, ingénieux au mal, rebelles à leurs parents, insensés, déloyaux, sans cœur, sans pitié ; connaissant bien pourtant le verdict de Dieu qui déclare dignes de mort les auteurs de pareilles actions, non seulement ils les font, mais ils approuvent encore ceux qui les commettent.”

  16. OUI .Sur la Justice divine,il suffit de lire les prophètes d’Israël,EZéchiel,Jérémie, et les appels de la Reine des Prophètes la Mère de Dieu elle-même et appliquer ce qu”ils annoncent à la France infidèle et à ceux qui rompent l’Alliance avec Dieu pour idolâtrer “l’Homme”.La Justice divine doit être autant annoncée que Sa Miséricorde.Nous en voyons chaque jour les effets et nous n’en sommes qu’au petit début.Elle est terrible la Tendresse bafouée… On ne se moque pas d’un Dieu crucifié par amour.
    Merci aux commentateurs/trices lucides et courageux…

  17. Je comprends que Mgr Léonard utilise le mot «nature », puisqu’il s’agit d’une règle universelle : le respect de la loi naturelle qui s’applique à tous les hommes. Ce qui n’empêche qu’à l’origine de la loi naturelle se trouve Dieu.
    Lesbos est aussi à l’origine de maladies graves, même si elles ne sont pas mortelles comme le sida.

  18. Merci Monseigneur.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services