Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Si l’économie s’était améliorée proportionnellement à la quantité de rapports réalisés depuis 30 ans, alors la France serait le Paradis

De Nicolas Lecaussin sur l'IREF :

Unknown-26"Parmi les nombreux maux dont souffre la politique française figurent le come-back des politiques et la maladie des rapports et autres plans de relance. Il ne faut pas être un grand politologue pour remarquer que dans d’autres pays – comme l’Allemagne, le Royaume-Uni ou les Etats-Unis – il est très rare que les responsables politiques reviennent sur le devant de la scène, surtout après avoir perdu des élections.

Même les « sinécures » d’Etat (différents postes plus ou moins utiles financés avec l’argent des contribuables : ambassadeur au Pôle nord par exemple…) qu’on leur accorde sont loin d’être aussi fréquentes qu’en France. Le nombre de rapports à l’adresse du Premier ministre ou du Président sont aussi une vraie caractéristique française dont le but est le plus souvent de permettre à un « oublié » de la politique de faire son retour, éventuellement d’obtenir un poste, en tout cas, d’essayer de dépenser l’argent des contribuables. Si l’économie et la société française s’étaient améliorées proportionnellement à la quantité de rapports et de plans réalisés depuis environ 30 ans, alors la France serait à coup sûr le Paradis sur terre !

Jean-Louis Borloo, ancien maire et ministre déchu et qui a perdu sa fraîcheur et sa jeunesse, fait partie de ces politiques français. Après avoir dirigé une fondation pour l’électricité en Afrique, dont les résultats semblent plutôt contestés malgré les milliards (au moins 4 Mds d’euros par an) de subventions publiques investis, le revoici avec un nouveau (un énième) plan pour les banlieues françaises. M. Borloo devrait faire un effort de mémoire : depuis 1990, il y a eu : le plan Delebarre, le plan Tapie, le plan Raoult en 1995, le plan Sueur, le plan Bartolone en 1998 et le plan Borloo ( !) en 2004. Des milliards de francs et d’euros ont été déversés sur les « zones urbaines sensibles ». En pure perte, puisque la délinquance n’a cessé d’augmenter. En janvier 2008, le président Nicolas Sarkozy avait présenté un « plan Marshall en banlieue » (après le vote du budget par les députés). Et ainsi de suite…

Les propositions de l’ancien ministre de la Ville – il devrait donc savoir ce qui marche et ce qui ne marche pas – ressemblent énormément à ce qui a déjà été fait : des milliards et encore des milliards de dépenses. Au total, 48 Mds d’euros sur 5 ans. Leur objet : rénovation des quartiers, dédoublement des classes de CP et CE1, création de 30 000 places en crèche, « pass culture », ciblage de la formation professionnelle, création d’une « cour d’équité territoriale » et d’une académie des leaders (une sorte d’ENA des quartiers) … De l’interventionnisme et de l’étatisme. […]

Jean-Louis Borloo le sait parfaitement. En France, entre 2000 et 2015, on a distribué plus de 100 milliards d’euros dans les banlieues où 15 000 associations d’insertion ont été créées. Et pourtant, les violences n’ont pas cessé… Le chômage a continué à augmenter aussi. Les faits montrent que les banlieues n’ont pas besoin de plus d’Etat mais de moins d’Etat. Ou plutôt, que l’Etat se recentre sur sa mission essentielle qui est d’y faire régner l’ordre et le droit. […]

Ou pourquoi ne pas lire le sociologue français Christian Jelen qui avait montré (1999) qu’il n’existait pas de relation de cause à effet entre le chômage, la misère et les phénomènes d’insécurité et de violence. Après avoir enquêté sur place pendant plusieurs années, il avait rassemblé suffisamment de données pour affirmer que des zones moins touchées par le chômage que la moyenne nationale et mieux entretenues (la banlieue de Strasbourg, les Yvelines dans la région parisienne) subissaient un taux de violence beaucoup plus élevé que d’autres régions comme le Nord de la France (Roubaix et sa banlieue) frappées de plein fouet par la désindustrialisation et la misère. C’est donc bien le communautarisme et l’intégrisme qui poussent ces jeunes à la violence et pas la misère sociale."

Partager cet article

4 commentaires

  1. Vite un plan BAYROU !
    ou un plan JUPPÉ voire un plan BOURDIN …
    Mais toujours pas de plan B !

  2. l’integrisme et la violence sont des conséquences et non les causes, l’état a trop gâté ces populations qui sont devenues les “enfants gâtés” de la république avec toutes les dérives!
    arrêtons de les choyer et de tolérer les trafics si l’on veut rétablir de l’ordre

  3. C’est leur culture de la violence qui fait obstacle. Elle s’appuie sur une religion d’amour et de paix. Voilà l’obstacle ou l’ épreuve à surmonter.

  4. Notre zélite ripouxblicaine n’est composée que de pleutres incapables animés par le lucre et donc par le souci électoraliste de garder leur place bien confortable. Tout le reste, c’est du bla bla bla.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]