Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Selon François Fillon, Hollande ne manque pas aux devoirs de son mandat

François Fillon refuse de soutenir la proposition de loi organique portant sur l’application de l’article 68 de la Constitution, déposée ce lundi 3 février sur le bureau de l’Assemblée :

"L'article 68 de la constitution définit les conditions de destitution du président de la République et les modalités de la procédure devant la Haute Cour. La destitution n'intervient qu'en cas de manquement du président à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat. Malgré les erreurs du Président, malgré l'échec de sa politique, nous n'en sommes pas là.

Comme vous, je suis bien sûr inquiet de la situation de notre pays. Pour autant, je crois à la nécessaire stabilité de nos institutions. Notre combat démocratique doit être sans complaisance mais responsable."

A suivre ici.

Partager cet article

45 commentaires

  1. “Il faut arracher l’État aux partis”
    http://www.youtube.com/watch?v=1fukipsK0oo&feature=player_embedded

  2. Aucunement surpris de la position de M. Fillon je constate simplement que le manque de courage reste de mise chez ceux qui ont la prétention de gouverner notre patrie.
    Mais c’est normal, car M. Fillon est représentatif de cette pseudo opposition qui ne compte aucun opposant.
    M. Fillon entre vous et vos amis du PS, nulle différence.
    Même formation, mêmes écoles, mêmes idées, même idéologie, même mensonges, mêmes intérêts et même mépris de votre peuple et de votre pays
    Par conséquent MÊME CONSTAT ET MÊME SANCTION: DÉGAGEZ, ON NE VEUT PLUS DE VOUS!

  3. Oui mais sa femme Peny se présente à sa place à Solesmes pour maintenir le train de vie alors les considérations de Fillon ne nous intéressent pas.

  4. Il est temps que les personnes dites de droite (UMP…), qui ne s’opposent pas au gouvernement et ne font pas de propositions défendants l’intêret général de l’enfant, le mariage naturel entre un homme et une femme, la famille, le travail et prônent un interventionnisme forcené de l’état, soutiennent la propagande minoritaire LGBT-avortiste et “euthanaziste”, ne se voilent plus la face et disent clairement au pays qu’ils sont de gauche !!
    N’est-ce pas messieurs Fillon, Copé, Juppé, Bachelot, Raffarin and Co ?
    Soyez cohérent avec votre pensée et prenez votre carte au PS !!!

  5. Courage, Fillon!
    14ème prise…..

  6. Si ça, ce n’est du flagrant délit de collusion et de complicité…
    Lorsque l’UMP reviendra, si elle revient, elle appliquera les mêmes méthodes que Valls contre la révolte des Français.

  7. On ne demande pas à Monsieur Fillon de prendre parti ni de nous donner son avis.
    On lui propose de permettre à une loi (article 68) d’être opérationnel si nécessaire.
    Vraiment, je trouve ce Monsieur très imbus de ses jugements propres et très incapable comme il l’a déjà bien montré.

  8. Comme coi ils mangent tous dans la même écuelle.

  9. c’est courage fuyons mais pas courage fillon ; il est du coté fuyons.
    ces gens du système ne sont pas sur la même longueur d’onde du pays réel.

  10. Un vrai catholique de Goche ce Fillon.

  11. C’est beau les pros de la politique, le dessus du panier qui s”échine pour le bien commun, quel exemple.

  12. Lamentable: on attend cette loi organique depuis 56 ans et lui il chipote dans son écuelle! Ecoeurant.

  13. Dixit Fillon : “Notre combat démocratique doit être sans complaisance mais responsable.”
    Parce qu’il combat Fillon ???
    Il est où ??
    Très loin des premières lignes en tout cas.

  14. Alors François, c’était si bon d’inaugurer la caserne musulmane dite mosquée d’Argenteuil. La Ferrari au Mans c’est mieux.
    Puissiez-vous ne jamais revenir aux affaires!

  15. Avant de donner un avis il faudrait peut être ouvrir le débat…
    Monsieur Hollande se comporte comme un chef de parti, semant la division et le désordre.
    Il n’écoute pas le peuple, le méprise, minimise ses actions.
    Ce sont des faits !
    Je n’ai aucune, mais vraiment AUCUNE sympathie pour François Mitterrand mais au moins lui se comportait à peu près en chef d’État et connaissait ses devoirs.
    Je suis persuadé que Mitterrand lui même condamnerait fermement l’ensemble de l’attitude de François Hollande et je n’exclus pas qu’il aurait été favorable à ce qu’une telle procédure soit mise en œuvre, quitte à ensuite voter contre…

  16. Le début du mandat de FH aura au moins eu le mérite de faire sortir le loup du bois.
    Une bonne partie de l’UMP démontre finalement, jour après jour, qu’elle n’est pas différente du PS, qu’elle ne s’oppose en rien au gouvernement, qu’elle est donc inutile et, plus grave, qu’elle trahi ses électeurs.
    Les yeux s’ouvrent, les consciences se réveillent.
    Les Français haïssent presqu’autant l’UMP que le PS. À chaque élection à venir, il faut voter en masse pour en virer le plus possible et garder les rares qui défendent encore les valeurs de la France (et je ne parle pas de celles de la république bien entendu).

  17. Evidemment les loups mêmes édentés ne se mangent pas entre eux, et Fillon comme les autres, savent très bien que le bon supplétif Hollande suit la feuille de route qui lui a été donné par des donneurs d’ordres qui n’ont rien à voir avec la France et ses intérêts.
    Mais c’est très bien que Fillon s’exprime ainsi, tout cela contribue peut-être à “déniaiser” ceux qui croient encore en la vraie opposition UMP – PS au lieu de comprendre que depuis des années, ils se refilent les bonnes places.
    Evidemment les municipales approchent et nous n’aurons peut-être pas beaucoup de choix mais au moins la signature de la charte peut-être un élément de distinction entre les mauvais et ceux qui le sont un peu moins.

  18. Fillon n’a rien compris à cette proposition de loi: elle n’est pas destinée à engager le processus de destitution. Elle est nécessaire pour que l’article 68 puisse être mis en œuvre.
    Cela veut dire:
    1. Qu’il ne connait pas la constitution
    2. Que l’article 68, qu’il a voté lors de la réforme constitutionnelle Chirac/Sarkosy, soit invalide ne le dérange pas.
    3. Que l’état de droit n’est qu’un mot dans leurs bouches d’incompétents.
    Car, à la différence de ce que Jour de colère affirme, l’article 68 actuel ne date pas de 1958, mais d’une réforme de 2006 pour effacer la haute trahison, et pour éliminer toute condamnation pénale de la Haute cour à l’encontre du chef de l’état. C’est une dépénalisation de la fonction qui a été mise en place.
    Et comme l’article 68 est précédé de l’article 67 qui exonère le président de toute accusation pénale dans quelque domaine que ce soit, on voit qu’en fait la Constitution a organisé l’impunité du chef de l’état.

  19. Marion Maréchal Lepen a plus de maturité, de valeurs et de force de conviction, avec toute sa jeunesse et son inexpérience que ce pitoyable Peillon pour lequel j’eus un temps avoir pu envisagé de voter …
    Ce sera au moins l’avantage de ce gouvernement aux idéologies obscures : mettre en lumière aux côtés de fanatiques de l’individualisme, la couardise de nombreux hypocrites carrièristes…

  20. Ils sont vraiment bien tous du même parti unique ; ça ne vous rappelle rien ? Allons, cherchez un peu… Dans un conglomérat né en 1917 et renversé en 1992 ? Non, toujours pas ?
    Bienvenue en URSS made in France !

  21. Nous n’oublions pas non plus que la Loi qui autorise le “génocide ” a l’origine de la terreur et de la déportation des juifs n’a pas ete abrogee par la droite!

  22. L’avis de Fillon ne présente absolument aucun intérêt.
    On le connait, on a vu ce qu’il a donné quand il avait les manettes. Maintenant qu’il se taise à jamais, vu l’état dans lequel il a transmis le pays à son successeur non moins inapte à la gouvernance.

  23. Fillon est un âne et un incapable, c’est un mou en politique ! qu’attend-il pour rejoindre le centre ? bien sûr qu’il n’en veut pas … trop peur qu’un jour ça s’adresse à lui !!!

  24. Il faut peut-être préciser certaines choses…
    L’article 68 de la Constitution dans sa rédaction actuelle résulte de la révision constitutionnelle de 2007.
    Il est donc faux de dire, comme le fait le site sur lequel renvoie votre lien, que depuis 1958 il n’y a jamais eu de loi organique permettant la mise en oeuvre de la destitution du président de la république.
    C’est même la première chose qui, à l’époque, a été faite puisque c’est l’objet de l’ordonnance organique n° 59-1 du 2 janvier 1959.
    Ensuite, un projet de loi organique visant à permettre l’application de l’article 68 dans sa rédaction résultant de 2007 a été adoptée le 24 janvier 2012 par l’Assemblée nationale.
    Le texte adopté est à peu de choses près celui qui est repris par la proposition de loi de Monsieur BOMPARD.
    Il a été déposé au Sénat le 24 janvier 2012 et renvoyé, comme il se doit, à la commission des lois où il se trouve toujours à l’heure actuelle.
    Il faut ajouter à cela que compte-tenu de la manière dont est organisée l’ordre du jour à l’Assemblée nationale, il est peu probable que la proposition de loi de Monsieur BOMPARD parvienne un jour en séance.
    A supposer que ce soit le cas, nous aurons une situation ubuesque où l’Assemblée nationale serait invitée à voter sur un texte quasi-similaire à un texte qu’elle a déjà adopté et qui traîne au Sénat…
    Supposons cependant que la proposition parvienne en séance et soit adoptée, elle sera transmise au Sénat qui, à n’en pas douter, se fera un devoir de la laisser traîner (avec la complicité du gouvernement qui a, il faut le rappeler, son mot à dire sur l’ordre du jour des assemblées).
    Supposons encore que, franchissant miraculeusement ce parcours du combattant, la proposition devienne loi organique, penchons-nous sur son contenu.
    Que prévoit-elle ?
    Qu’une résolution motivée tendant à réunir la Haute Cour de Justice doit être adoptée dans les mêmes termes par les deux assemblées, à la majorité des 2/3 puisque c’est ce que prévoit l’article 68 de la Constitution.
    De là, voyons la composition desdites assemblées, ce qui permet de conclure que l’adoption d’une telle résolution est hautement improbable.
    Supposons encore, cependant…
    La Haute Cour de Justice va, au terme de la procédure, voter sur la destitution du Président de la République.
    Or, la Haute Cour est composée des l’ensemble des députés et des sénateurs, et la majorité des 2/3 est là encore requise.
    Dans ces conditions, et en prenant bien soin de préciser que je n’ai aucune sympathie pour l’actuel Président de la République, toute cette histoire de destitution de François Hollande n’est ni plus ni moins qu’une vaste blague.
    Libre à chacun d’espérer, naturellement. Mais il me semble plus honnête au préalable d’expliquer les choses de manière complète.

  25. MAGNIFIQUE TEXTE DE THIERRY DESJARDINS SUR LA HOLLANDIE, QUI NOUS CONDUIT AU DÉSASTRE LE PLUS TOTAL !
    On en vient à regretter la IV ème !
    07/02/14
    Depuis quarante ans, l’un des drames de la droite française a souvent été, dès qu’elle était au pouvoir, de vouloir séduire la gauche. On se souvient de Giscard qui rêvait de réunir sous son panache blanc « 2 Français sur 3 » et personne n’a oublié Sarkozy qui, à peine élu, a tenté de jouer « l’ouverture » en débauchant puis en embauchant des personnages comme Kouchner, Bockel, Besson ou Fadela Amara.
    Or, s’il y a une loi formelle en démocratie c’est bien celle-ci : faire la politique de son adversaire ne permet jamais de récupérer une seule voix du camp d’en face mais en fait perdre immanquablement dans le sien où ceux qui ont voté pour vous estiment –à juste titre- que vous les trahissez. Giscard et Sarkozy ont d’ailleurs payé cher leurs acrobaties impudiques.
    Aujourd’hui, c’est un homme de gauche, il est vrai aux abois, François Hollande, qui se lance dans une politique de droite que certains qualifient déjà de « néo-libérale ». Il voulait massacrer la finance (et avec elle les patrons), il se met à faire la danse des voiles et du ventre devant les chefs d’entreprise et les investisseurs. Il voulait faire exploser notre société et notamment la famille. Il jure maintenant ses Grands Dieux qu’il n’a jamais eu l’intention d’instaurer la PMA ou la GPA ou de faire la promotion de la Théorie du genre. Là, il retourne sa veste, ici, il baisse son pantalon. C’est n’importe quoi et cela devient même indécent…
    Naturellement, à droite, personne ne le croit un seul instant, ni les patrons ni les défenseurs de la famille. Son pseudo virage au social-libéralisme sent l’entourloupe à plein nez et son « pacte de responsabilité » n’est qu’une usine à gaz qui va exploser avant longtemps. Quant au retrait précipité du grand projet sur la famille, il n’est de toute évidence qu’une manoeuvre électoraliste, Ayrault ayant d’ailleurs déjà annoncé que ce texte allait revenir en pièces détachées devant le parlement avant longtemps.
    Naturellement, à gauche, on l’accuse d’avoir cédé piteusement devant le Medef et d’avoir capitulé lamentablement devant des manifestants qu’on compare (un peu vite) aux ligues de 1934.
    Hollande a donc perdu sur les deux fronts et sur tous les tableaux.
    Mais avait-il le choix ? Non. Contrairement à Giscard ou à Sarkozy que rien n’obligeait à jouer « les gauchos de salon », Hollande était acculé si ce n’est au désespoir du moins à la trahison de son idéologie, de ses promesses, de son électorat.
    Sur le plan économique, après un an et demi de socialisme et l’échec patent de toutes ses tentatives pour inverser la courbe du chômage, il ne pouvait que faire volte-face et reconnaitre –enfin- que seules les entreprises pouvaient créer des emplois. On ne crée pas des emplois sans croissance et ce ne sont pas les emplois « aidés » qui crée la croissance. Sur le plan « sociétal » l’ampleur des manifestations de rue ne pouvait que l’obliger à freiner des quatre fers. On ne change pas une société contre « la volonté du peuple »… même avec la force des baïonnettes.
    Sous la IVème République, un président du Conseil, désavoué ainsi par les faits et par la rue, aurait évidemment été renversé depuis belle lurette. Mais nos institutions d’aujourd’hui font qu’un président qui rate tout ce qu’il entreprend, qui se désavoue jusqu’au ridicule à coup de reculades et de volte-face, qui déshonore sa fonction avec sa vie de patachon et qui, selon le sondage Sofres/ Figaro-magazine du jour, n’a plus la confiance que de… 19% des Français peut (en principe) dormir sur ses deux oreilles jusqu’à la fin de son quinquennat.
    On en vient à regretter la IVème ! Certes, en 1958, Michel Debré et ceux qui écrivirent le texte de la Constitution de la Vème République pensaient à de Gaulle et n’auraient jamais pu imaginer qu’on finirait par se retrouver avec un Hollande. Mais on en est là.
    « Putain, encore trois ans et demi ! » se disent- bien des Français. La situation du pays va se dégrader inexorablement de plus en plus, les fermetures d’entreprise et les licenciements vont continuer, tous les déficits et les prélèvements en tous genres vont encore augmenter, la précarité va encore s’aggraver et Hollande qui, à force de changer de pied ne sait plus sur quel pied danser, va être totalement tétanisé et parfaitement incapable de mener la moindre politique qu’elle soit ultra-libérale, néo-libérale, libérale, social-libérale, social-démocrate, ou socialiste.
    79% des Français ne lui font « pas confiance » (51% « absolument pas confiance ») et il continue à dégringoler dans l’opinion. Qu’il change de politique, ou de maitresse, qu’il fasse volte-face ou qu’il capitule, rien n’y fait. Il est fini, vitrifié, carbonisé, même aux yeux d’une grande partie de l’électorat de gauche. Mais il lui reste trois ans et demi… « de bon ».
    La situation est totalement bloquée, on ne sait plus où est la légitimité. Mais la Constitution de la Vème République n’avait pas prévu une telle situation de blocage. Il est vrai qu’il était difficile d’imaginer que la France se retrouverait avec de tels dirigeants…

  26. Monsieur Fillon, comment peut-on être « responsable » sans être responsable devant le peuple ?
    Comment peut-on être « sans complaisance » si l’on n’a pas arrêté d’être complaisant avec l’UE, l’OTAN, la LGBT et les coteries de toutes sortes, les USA, l’oligarchie mondiale, les grands médias et la pensée unique ?
    Hollande, Ayrault, Fillon, … Nous avons l’impression à n’avoir à faire qu’à des mous.
    Pourquoi Fillon, avec Sarkozy, ont pu et su modifier la constitution pour trahir le peuple Français (Traité de Lisbonne voté de façon légale mais illégitime car contraire au vote du peuple Français souverain lors d’un référendum, ce vote étant supérieur à celui des élus et ne pouvant être annulé par lui).
    Ce traité illégitime, il faudra l’annuler. Vous y engagez-vous, Monsieur Fillon, vous qui tenez tant à la « stabilité de nos institutions » alors que vous avez contribué à la bafouer ?

  27. M. FILLON, malgré ses allures de clerc de notaire stagiaire de province, n’est ni bête, ni incapable…Comme il l’a plusieurs fois démontré, il n’existe que pour lui-même et en la circonstance il défend la gamelle des autres uniquement parce qu’il l’espère pour lui un jour. Point final !

  28. L’UMP, dont je fus membre actif, jusqu’à l’an dernier, me “débilite” !
    Quand je pense que j’étais tout fiérot quand Monsieur François FILLON est venu me serrer la main, au Palais des Congrés de Nantes, alors que j’étais venu assister à son meeting, il y a quelques années !

  29. L’hypocrite Fillon ne tient pas à ce que le Peuple ait le moindre support parlementaire pour nous débarasser de Hollande et exiger de nouvelles élections .
    Il ne faut plus compter sur l’umps devenu un club de prébendiers antinationaux et anti-francais de souche .
    Il ne reste que le FN/RBM et le Parti de la France (Carl Lang)qui veulent les interets de la France d’abord et de son peuple réel d’origine chrétienne et paienne .
    On ne peut que remercier la vigilance de ces francais-là qui ont alerté les gens sur l’incroyable déviance du programme umps ,débutant avec le forcené mariage pour homos jusqu’aux tripotages sexuels manipulatoires de nos enfants dès l’école maternelle , en passant par la propagande du gender et autres lubies déviantes contre-nature dévoyées .
    Heureusement qu’ils ont compris de quoi il s’agissait ! Sinon les gens ignorants ce qui se tramaient avec ces tous pourris ,la pédophilie à l’école sera déjà obligatoire au nom de l’égalité des droits pour tous !
    Virons ces malfaisants qui refusent de nous débarasser de ce hollande et sa clique de pervers umps en refusant de voter pour eux .
    Et n’oubliez pas : plus nous aurons de maires fn et PdF ,RBM et autres se coalisant pour avoir ensuite encore plus de sénateurs ,nous pourrons abolir ces turpitudes et ces lois nuisibles à une société saine pour chacun .

  30. Ce sont des chiens fous avec un collier bien serré, une laisse courte et une gamelle bien remplie.

  31. Merci “OJC | 7 fév 2014 13:32:30” pour ces explications très détaillées, qui montrent que ceux qui ne voteront pas cette proposition de loi se positionneront résolument du côté du manche.

  32. Il aurait été beaucoup plus judicieux de déposer une proposition de loi instituant le référendum d’initiative populaire, sur le modèle suisse : dans ce pays, un référendum populaire peut y être lancé par tout citoyen ou citoyenne s’il récolte 50 000 signatures. Imaginez ce qu’auraient pu déclencher les 700 000 signatures recueillies pour la saisine du CESE !

  33. @ OJC
    Enfin quelqu’un de sensé !!
    Autre style d’enfumage cette demande du jour de colère concernant l’article 68

  34. Ne croyez pas Hollande accablé. Il attend les européennes, peut-être même septembre où l’Allemagne va le lâcher, où les taux d’emprunts pour financer la dette vont exploser et il annoncera gentiment une dissolution. Copé devra y aller et négocier les réformes impopulaires avec le FMI et la commission, et Hollande sera réélu en 2017 pour continuer ses galipettes tranquille.

  35. En relisant mon commentaire je m’aperçois que j’ai écris Peillon pour Fillon, à trois lettres près le lapsus porte en lui toute sa saveur : même faux frères !

  36. Fillon soutient Hollande.
    Normal.
    Ils sont tous frères.

  37. La position de François Fillon est indéfendable, en tant qu’elle est empreinte de mauvaise foi en même temps qu’anti-démocratique.
    En effet, là est la mauvaise foi, cette position élude un point essentiel pour éclairer le débat, à savoir qu’il ne s’agit pas, dans un premier temps de la procédure, de statuer sur le cas particulier de Monsieur Hollande, mais de remettre de l’ordre dans les conditions générales d’application de la Constitution, sachant que l’article 68 de celle-ci est en attente d’une loi organique pour pouvoir recevoir une application si besoin (car il y a bien eu un projet de loi organique correspondant voté par l’assemblée et transmis au Sénat début 2012, mais le projet est depuis lors resté en panne au Sénat). Il y a là un désordre et un manque auxquels il faut remédier.
    De plus, c’est anti-démocratique à deux titres.
    D’abord à propos du cas particulier de Monsieur Hollande. L’adoption de la loi organique manquante permettrait d’avoir un débat à l’Assemblée sur le point de savoir si, oui ou non, Hollande manque à ses devoirs d’une manière telle qu’elle en devient incompatible avec l’exercice de son mandat. Fillon pense que non. Dont acte. Mais ce qui est inconvenant, c’est de considérer que ce jugement qui est le sien s’impose avec une évidence telle que personne, et notamment aucun député, n’aurait le droit d’avoir un avis différent.
    Là ça ne va pas du tout, car un avis différent du sien est plus que plaidable, car peut-on imaginer pire que ce qu’a fait Hollande ? Ce dernier à la fois détruit la civilisation de notre pays avec des réformes totalement absurdes, se permet de couvrir un gouvernement tyrannique, avec une police outrepassant ses droits, et (ce qui est moins grave que ce qui précède, mais quand même cela peut être noté) fait preuve sur tout le reste, notamment dans la gestion de l’économie, d’une incapacité conduisant à l’échec. Il est parfaitement possible de penser qu’on ne peut faire pire, et qu’il faut d’urgence changer de pilote. De quel droit ce Monsieur Fillon déclare-t-il « dans sa sagesse… » que cette manière de voir la situation serait à priori nulle et non avenue. Quelle atteinte à la démocratie!
    Mais l’atteinte à la démocratie se retrouve aussi sur le plan général des institutions. Car notre Constitution, dans son état actuel, est dangereuse, en ce qu’elle a été conçue du temps de de Gaulle, en se plaçant dans l’hypothèse implicite où le Président, auquel la Constitution confie des pouvoirs de fait considérables, serait nécessairement quelqu’un de convenable. On ne pouvait imaginer sans doute qu’un Hollande puisse parvenir à ce niveau de responsabilité. Rappelons-nous: Fabius lui-même, il y a peu, au moment de la campagne des présidentielles, ne l’imaginait pas, lui qui s’était écrié, à propos de l’hypothèse Hollande à la Présidence “Vous n’y pensez pas”. Notre constitution accorde de tels pouvoirs de fait au président que cela appelle impérativement des garde-fous. Dans cette situation, laisser se perpétuer ce désordre que nous avons décrit avec cet article 68 laissé inapplicable dans l’attente de sa loi organique d’application, c’est tout simplement faire preuve d’incurie, et d’incurie hautement coupable vue la gravité des risques qui en découlent pour notre pays.
    Ajoutons un mot à propos de ce que nous dit ci-dessus OJC sur le thème que la probabilité que le processus arrive à son terme est faible. Deux réponses ici: d’une part, la probabilité est peut-être faible, mais on ne peut préjuger qu’elle soit nulle, on ne sait jamais, le débat peut introduire des péripéties imprévisibles, dans l’hémicycle et dans le pays. D’autre part le débat en lui-même serait pour les parlementaires et pour le pays du plus haut intérêt car il ferait émerger les questions les plus élevées et les plus essentielles, en particulier, il serait l’occasion d’éclairer les consciences sur ce que cela veut dire de détruire une civilisation.

  38. Et si on légiférait sur le mensonge comme aux USA! Et hop, tous à la maison! ou en prison, non? Ce n’est pas défendable de dépénaliser le mensonge! C’est ce que la France expérimente chaque jour aux yeux ébahis des étrangers.

  39. Fillon est dans la même loge que calls
    La loge du siècle
    Fillon est une taupe dans la droite mole
    Un collabo

  40. Ce qui est bien avec cette proposition de loi, c’est qu’il n’y a plus de faux-semblant possible. Soit vous êtes pour la défense de la civilisation, et vous estimez que la politique doit servir le peuple (et vous votez pour), soit vous préférez défendre un système maffieux dont l’article 68 de la constitution n’est qu’un masque (et vous votez contre).

  41. La responsabilité selon Fillon: “j’étais contre la politique de Sarkozy, mais je suis resté son premier ministre pendant cinq ans”.
    J’était contre le genre, mais je l’ai introduit à l’école, etc, etc….

  42. Ce qui indéniable et catastrophique pour l’avenir immédiat du pays est qu’hollande à tellement déconsidéré la fonction présidentielle que je ne sais pas si nous retrouverons quelqu’un capable de lui redonner un peu de lustre avant longtemps !

  43. Bien joué Béatrice Bourges et François Billot de Lochner: objectif atteint, obliger Fillon à défendre Hollande.
    C’est fait!

  44. J’ai envoyé un email jeudi à 77 députés (dont 26 députés femmes) et j’ai bien eu la même réponse de Mr Fillon. C’est aussi le seul à m’avoir répondu pour l’instant. Les paris sont ouverts : lesquel(les) en auront le plus dans le pantalon ?

  45. Et ce triste sir veut se présenter en 2017…!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services