Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Benoît XVI / Valeurs chrétiennes : Famille

Se marier pour toujours

Lors de la soirée de témoignages samedi, un couple de fiancés de Madagascar a dit au Saint-Père qu'il y a un mot qui plus que tout autre attire et en même temps effraie: le «pour toujours» … Réponse du Pape :

B"Vous avez parlé de plusieurs types de mariage: nous connaissons le «mariage coutumier»  de l'Afrique et le mariage occidental. En Europe aussi, pour dire la vérité, jusqu'au dix-neuvième siècle, il y avait un autre modèle dominant du mariage : souvent le mariage était en fait un contrat entre clans, où l'on essayait de conserver le clan, d'ouvrir le futur, de défendre la propriété, et ainsi de suite. On cherchait l'un pour l'autre de la part du clan, en espérant qu'ils seraient appropriés l'un à l'autre. C'était aussi en partie comme cela dans nos pays. Je me souviens que dans un petit village, où je suis allé à l'école, c'était encore largement le cas. Mais alors, depuis le dix-neuvième siècle, a suivi l'émancipation de l'individu, la liberté de la personne, et le mariage n'est plus fondé sur la volonté des autres, mais sur son propre choix; d'abord on tombe amoureux, puis viennent les fiançailles et ensuite le mariage. A ce moment, nous étions tous convaincus que c'était le seul modèle juste et que l'amour en lui-même garantirait le «pour toujours», parce que l'amour est absolu, il veut tout et donc la totalité du temps: il est «pour toujours».

Malheureusement, la réalité n'était pas ainsi: on voit que tomber amoureux est beau, mais peut-être pas perpétuel, tout comme l'est le sentiment; il ne reste pas éternellement. Donc, on voit que le passage du «tomber amoureux» aux fiançailles puis au mariage exige plusieurs décisions, expériences intérieures.

Comme je l'ai dit, ce sentiment d'amour est beau, mais il doit être purifié, il doit suivre un processus de discernement, c'est-à-dire que doivent également entrer la raison et la volonté; doivent s'unir raison, sentiment et volonté. Dans le rite du mariage, l'Église ne dit pas: «Es-tu amoureux?», mais «Tu veux», «Tu es décidé». Autrement dit: tomber amoureux doit devenir véritable amour impliquant la volonté et la raison dans un chemin, qui est celui des fiançailles, de purification, de plus grande profondeur, de sorte que vraiment l'homme tout entier, avec toutes ses capacités, avec le discernement de la raison, la force de la volonté, dise: «Oui, c'est ma vie».

Je pense souvent aux noces de Cana. Le premier vin est très beau: c'est quand on tombe amoureux. Mais il ne dure pas jusqu'à la fin: doit venir le second vin, c'est-à-dire qu'il doit fermenter, grandir et mûrir. Un amour définitif qui devient vraiment «second vin» est plus beau, meilleur que le premier vin. Et celui-là, nous devons le chercher. Et là, il est aussi important que le «je» ne soit pas isolé, le «je» et le «tu», mais que soient également impliqués la communauté de la paroisse, l'Église, les amis. Tout cela, la juste personnalisation, la communion de vie avec les autres, avec les familles qui se soutiennent mutuellement, est très important et seulement ainsi, dans cette implication de la communauté, des amis, de l'Église, de la foi, de Dieu lui-même, se développe un vin qui dure indéfiniment."

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services