Scandale de la pilule : fuite en avant du gouvernement

Alors que les plaintes s'accumulent contre les fabricants de pilules contraceptives, le service de presse  de Marisol Touraine, ministre de
la Santé, indique qu'à compter de juin prochain un système de surveillance
mensuelle des interruptions volontaires de grossesse  sera opérationnel :

« Une méthode a été mise au point qui repose sur la Drees, pour assurer un suivi mensuel des IVG. C’est un outil ad hoc
qui est mis en place car la Drees organise habituellement le traitement
et la publication dans un délai de plusieurs mois Nous serons prêts en
juin. »

Or, hier, est paru au Journal officiel l'arrêté du 4 février 2013 modifiant l'arrêté du 12 octobre 2011
fixant la liste des médicaments que peuvent prescrire les sages-femmes, parmi lesquels les

"Contraceptifs sous toutes leurs formes et voies d'administration"

Il apparaît évident qu'un beau jour, le ministre sera poursuivi par la justice. Ce n'est qu'une question de temps.

9 réflexions au sujet de « Scandale de la pilule : fuite en avant du gouvernement »

  1. jejomau

    Qu’on la mette en taule. C’est tout ce que mérite les socialistes.
    Mais est-ce que quelqu’un a porté plainte contre le planning familial français ? Cet organisme donne des médicaments comme des bonbons aux mineures :
    – sans l’autorisation des parents
    – sans avertir qu’il s’agit d’un médicament
    – sans qu’aucun médecin ne prescrive les petites bonbons en question

  2. Eiream

    Sachant que les sages-femmes sont beaucoup plus à l’écoute que les gynécos, et surtout moins visitées par les laboratoires pharmaceutiques, je trouve que c’est un moindre mal, au sens où les SF auront à coeur(enfin toutes celles que je connais et les autres je l’espère) de prescrire un moyen de contraception adapté, avec un vrai questionnaire sur les antécédents médicaux et de vrais éléments d’information sur les effets secondaires.
    Si tous les médecins faisaient leur travail correctement, peut-être que les femmes sous contraceptif seraient moins aveuglées et que les IVG sous contraceptif diminueraient.
    Je n’en reste pas moins persuadée, je rassure les lecteurs qui seront choqués, que la contraception n’est pas un Bien.

  3. esprit libre

    Sujet capital traité ici : merci !
    Nous avons là, nous le sentons, un incendie qui est en train de se propager et qui, c’est indéniable, est hors contrôle : or, les pouvoirs publics, loin de le combattre, s’enferment dans leur fuite en avant par idéologie.
    De ce point de vue, le fait que plusieurs membres du gouvernement soient prisonniers d’un fanatisme libertaire les entraîne à la catastrophe.
    Oui, tout peut aller vite !

  4. une petite maman

    Ce serait une erreur de croire que les sage-femmes “de consultation” sont dans le même état d’esprit que les sage-femmes “d’accouchement”. Ce ne sont pas les mêmes personnalités. En général, celles qui font les consultations se retrouvent là parce qu’elles n’arrivent pas à assurer des accouchements. Et croyez moi, vous avez les mêmes réflexions qu’avec un gynéco. Enceinte du 2ème, j’ai eu droit au regard désapprobateur parce que je n’avais pas le dépistage pour la trisomie 21, enceinte du 3ème, on m’a conseillé les couches écolos parce que 3 enfants ça pollue et pour le 4ème, on m’a demandé si j’avais bien prévenu l’aîné !
    Jamais de sourires, d’encouragements ou de bienveillance et pourtant ce n’était jamais la même. En revanche, l’équipe des sage femmes pour les accouchements est nettement plus humaine.
    Tout ça pour dire qu’en consultation, elles délivreront des contraceptifs sans état d’âme.

  5. C.B.

    Eiream,
    “prescrire un moyen de contraception adapté”
    C’est mission impossible, sauf pour une monitrice Billings ou similaire.
    Mais évidemment, cette voie ne fait pas l’affaire de l’industrie pharmaceutique, ni celle des amateurs de “pas de contrainte, la maîtrise de soi c’est ringard”.

  6. dragases

    c’est un sujet très sensible.Si le gouvernement étend la prescription aux sage-femmes,c’est parce qu’il n’y a plus de gynécologues!…
    Il ne faudrait pas que les sages-femmes ayant un nouveau droit à la prescription se sentent “comme des Dieux”…Et d’oublier leur rôle!
    Quelle formation ont-elles sur la contraception?Qui les forment?
    Iront-elles jusqu’à prescrire l’IVG médicamenteuse?
    Comment généraliser la méthode Billings et autres comme contraception?

Laisser un commentaire