Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Institutions internationales

Sauvons l’objection de conscience

A A J-7 du vote d’un texte visant à «réglementer le droit à l’objection de conscience» dans le domaine médical par le Conseil de l’Europe le 7 octobre 2010, l’Alliance pour les Droits de la Vie lance l’Appel européen « Sauvons l’objection de conscience ».

Le texte et les signatures seront remis officiellement aux Parlementaires le 7 octobre, avant la session. Pour le docteur Xavier Mirabel, président de l’Alliance pour les Droits de la Vie :

«Le droit à l’objection de conscience est un droit fondamental de la personne humaine, qui figure heureusement dans la Charte européenne des droits fondamentaux, la Convention européenne des Droits de l’homme, et dans la Constitution française. Il rejoint la liberté de conscience, qui est l’un des piliers de nos démocraties. Se mobiliser pour défendre cette liberté est un enjeu essentiel. Ne nous y trompons pas : l’intention des promoteurs de cette résolution est d’obliger des médecins à pratiquer l’avortement, la stérilisation ou l’euthanasie contre leur gré

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

4 commentaires

  1. SOS Il en va de l’avenir de tous.VOTEZ pour la Vie.Signez en masse.Alertez l’opinion.Demain, il sera trop tard…Merci

  2. Une anecdote : ce matin dans le bus, je vois une femme (50 ans) portant un gros badge « Vivisection, dissection, objection ».
    Je l’aborde et lui demande, d’un air ingénu : « Madame, êtes-vous contre toutes les formes de vivisection ? ».
    Elle répond : « oui ».
    Je dis : « Donc, vous êtes contre la vivisection de l’enfant dans le ventre de sa mère, n’est-ce pas ? »
    Elle , agacée : « euh … Je ne m’occupe que des animaux, pas des humains ! Oh, si vous cherchez la polémique, je ne suis pas votre cliente ».
    Moi, en riant : « Cliente ? dans tous les sens du terme ? ».
    ****
    Ceci pour montrer toute l’hypocrisie qu’il y a partout : on se donne bonne conscience en protégeant les animaux.

  3. Sous réserve d’un alinéa qui m’aurait échappé, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (à ne pas confondre avec le Parlement européen, institution de l’Union Européenne, qui n’a rien à voir avec le Conseil de l’Europe) n’a aucun pouvoir normatif, c’est à dire qu’elle n’a pas le pouvoir de voter des “textes de loi” produisant des effets juridiques (contrairement aux Parlements français ou européen), ayant simplement le pouvoir de voter des résolutions et des rapports qui s’imposent autant à la République française que les délibérations du Comité d’Administration de l’Amicale des Boulistes de Palavas-les-Flots. Justement pour cette raison, les textes votés par cette Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) ont une nette tendance à être d’un extrémisme terrifiant ou à être simplement ridicule (interdiction de la fessée, etc) : un député français à l’Assemblée nationale va tout de même (on espère…) se demander 30 secondes si la loi qu’il va voter aura des conséquences négatives pour les français ; un Parlementaire de l’APCE n’a pas à s’interroger sur les conséquences de la résolution qu’il vote ou propose, vu qu’il y a de très fortes chances pour que cette résolution n’ait aucune conséquence. Ce que l’APCE peut faire qui se rapproche le plus d’un pouvoir normatif c’est *proposer* une Convention européenne qui doit ensuite être ratifié par un Etat pour pouvoir entrer en vigueur dans cet Etat.
    Ce fait rassurant à moitié (l’APCE n’a pas le pouvoir, simplement en votant cette proposition d’imposer aux 47 Etats membres du Conseil de l’Europe, dont la France, de reconnaître l’obligation pour les médecins d’exterminer les bébés et les vieux ; mais il est à craindre que si une Convention sur l’obligation pour les médecins d’exterminer les bébés, les vieux et autres Untermenschen est un jour ouverte à ratification, la France ne s’empresse de la ratifier) n’enlève rien à la monstruosité de cette proposition (qui montre, lumière dans les ténèbres, à quel point les pro-morts, partisans de l’extermination des bébés, des vieux et des autres Untermenschen sont terrifiés par le fait que de moins en moins de médecins et autres professionnels de santé souhaitent jouer le rôle de bourreau).
    J’ai donc signé cette pétition, évidemment.
    [Pour compléter votre propos, je vous renvoie à ce qu’a écrit J. Smits :
    “En faisant voter un rapport par une Assemblée parlementaire qui réunit certes les représentants de 47 pays de la « région » (au sens très large !) européenne, on ne change pas les droits nationaux du jour au lendemain. La résolution qui peut en sortir n’a pas une véritable force contraignante, assortie de sanctions ou de menaces d’intervention armée (!).
    En revanche, un tel acte joue un rôle indiscutable pour façonner le droit, et ce doublement. D’une part, dans la pratique, on s’aperçoit que les recommandations et autres résolutions de ces instances supra-nationales induisent des propositions conformes de la part des équipes politiques au pouvoir dans les Etats membres, propositions qui sont à court ou à moyen termes intégrées dans le droit national. Les exemples de la lutte contre l’homophobie ou contre toute forme de discrimination en sont des exemples très clairs ; la pression dans ces domaines se constate aussi bien en Europe qu’aux Amériques où l’on tente d’imposer des « lois d’égalité » toujours plus ubuesques, avec des variantes mais toujours sur le même socle que l’on a pu voir affirmé dans telle ou telle assemblée internationale. Dans les faits, donc, on peut parler d’une action efficace d’une assemblée comme l’APCE lorsqu’elle entérine des projets de cette sorte, elle les rend « acceptables » voire « souhaitables » au niveau international.
    D’autre part, une forme de contrôle a posteriori existe bel et bien. Pour le Conseil de l’Europe, par le biais du contrôle du respect de la Convention européenne des droits de l’homme, la Cour européenne des droits de l’homme est régulièrement saisie d’affaires de ce type et il est certain que les « décisions » de l’APCE sont des éléments pris en compte par les juges, même si par miracle ils ne statuent pas toujours dans le sens le plus mauvais. Ce qui façonne à son tour la jurisprudence nationale dans les Etats membres. Cela ne va pas très vite. Mais sûrement…
    http://leblogdejeannesmits.blogspot.com/
    MJ]

  4. D’accord avec senex.
    J’avais déja eu vent de cette histoire par le blog de P. de Plunket.
    Ce projet de loi absolument délirant sorti de la cervelle malade d’une passionaria pro-avortement relève d’un pur totalitarisme et requiert à son encontre une mobilisation massive.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services