Saint Valentin, avant tout défenseur du mariage

Malgré les interdictions du gouvernement de l'époque, le saint évêque, qui ne craignait pas pour sa vie, continuait de célébrer des mariages, témoignant ainsi le peu de cas que l'on doit faire des injonctions contraires à la loi naturelle.

Toute relation avec des évènements contemporains et français n'est pas forfuite. 

4 réflexions au sujet de « Saint Valentin, avant tout défenseur du mariage »

  1. C.B.

    Aux États-Unis, la fête de la Saint Valentin (Valentine’s Day) a même pris de l’ampleur en une Semaine Nationale Américaine du Mariage (National Marriage Week USA) dans le but d’aider le mariage (réduire le divorce, encourager au mariage plutôt qu’à la cohabitation, assurer la promotion du mariage avant la conception des enfants, favoriser un meilleur accueil des enfants et réduire la pauvreté). Cette semaine est, entre autres, l’occasion de “cours de mariage” (marriage classes), de conférences (une étude du Brookings Institution montre que le taux de pauvreté aux É.-U. serait de 25% inférieur à ce qu’il est actuellement si la proportion de mariages était aujourd’hui au niveau de 1970).
    Une initiative à acclimater en France.
    Plus d’information ici:
    http://www.NationalMarriageWeekUSA.org.

  2. Jean Theis

    Je ne sais si les jeunes du SB savent que cette mode n’est venue qu’à la Libération avec les Américains. La fête existait bien, mais la mode d’envoyer des cartes postales avec des coeurs, puis des fleurs, puis des cadeaux entre époux (au début cela ne concernait que les célibataires) ne s’est installée que peu à peu grâce aux commerces des fleuristes et divers.
    Aujourd’hui mon quartier est dénaturé par d’horribles ballons rouges en forme de coeurs !

Laisser un commentaire