Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

Saint Jean XXIII, le pape du missel de 1962

La dernière lettre de Paix Liturgique est consacrée au nouveau saint oaoe Jean XXIII. Extraits :

R La mémoire de Jean XXIII est un véritable enjeu » a écrit Jean Mercier dans La Vie, le 22 avril 2014. Et le journaliste de poursuivre : « Qualifier Jean XXIII de pape "progressiste" relève de la simplification à outrance. Né en 1881 dans une famille pauvre de la région de Bergame, dans le nord de l’Italie, Angelo Roncalli est héritier d’une vision hypertraditionnelle de la foi qu’il conservera jusqu’à la fin de sa vie. Son modèle était même Pie X, connu pour sa virulence antimoderniste. Dans son journal intime, Roncalli s’épanche selon les valeurs du concile de Trente, exaltant les mortifications et les sacrifices. À la veille de mourir, il s’offre à Dieu selon une conception expiatoire très courante à l’époque. "L’autel veut une victime, me voici prêt !" On peut s’amuser à imaginer ses réactions s’il avait connu les remises en cause de l’autorité au sein de l’Église après 1968, ou certaines expérimentations avant-gardistes des années 1970 en matière de catéchèse ou de liturgie… ».

Dans le quotidien italien Libero, Andrea Morigi insiste plus encore que Jean Mercier et consacre un article à « ce Jean XXIII qui plaît aux traditionalistes ». Il y rapporte un épisode de la vie de Jean XXIII, extrait de son journal lorsqu'il était nonce à Paris : « J'ai assisté à la Messe à Saint-Séverin. J'y ai pris froid. La musique s'est bien améliorée mais la Messe face au peuple est une grave entorse aux lois liturgiques. Le Canon est lu à voix haute et non en secret comme le prescrit le missel. […] J'ai averti le curé de la gravité de cet abus et je crois qu'il cessera. Oh, que de difficultés j'ai avec ces têtes chaudes et un peu farfelues ! » Si l'on songe que cette anecdote date de 1951, il y a là matière à réflexion sur la qualité de la formation liturgique avant le Concile et sur l'état d'esprit du futur pape quant à un éventuel aggiornamento liturgique.

[…] Dans son article, Andrea Morigi rappelle qu'en 1959 Jean XXIII tint à célébrer la Semaine Sainte selon les livres liturgiques d'avant la réforme permise par son prédécesseur, Pie XII. Quand on sait que cette réforme était déjà due au futur auteur de la réforme de Paul VI, Annibale Bugnini, on peut en effet s'interroger, comme le fait Jean Mercier, sur ce que Jean XXIII aurait pensé de la liturgie des années 70 !

Jean XXIII était en outre très attaché à l’habit ecclésiastique (même si c’est sous son règne que se répandit l’usage, en France, de l’habit de clergyman). L’effacement du sacerdoce qui résultait de l’expérience des prêtres-ouvriers lui paraissait incompréhensible : c’est lui, et non Pie XII, qui décida de l’arrêt complet de l’expérience des prêtres ouvriers, en juillet 1959. De même, c’est lui, et non Pie XII, qui condamna les fumeuses rêveries du Père Teilhard de Chardin par son monitum du 30 juin 1962. C'est aussi lui qui prit prétexte des 70 ans de Rerum Novarum pour rappeler les fondements de la doctrine sociale de l'Église dans l'encyclique Mater et Magistra.

Avec les excellents latinistes de son entourage, Mgr Felici ou son ami le cardinal Antonio Bacci, il s’employa à une restauration du latin propre à l’Église, notamment de ce magnifique latin forgé dans l’Antiquité tardive pour devenir la langue liturgique de l’Église de Rome, distinct du latin cicéronien. Il signa ainsi avec beaucoup d’éclat la constitution Veterum Sapientia, du 22 février 1962, jour de la Chaire de Saint-Pierre, non pas comme on signe d'habitude les encycliques dans le bureau du Pape, mais sur le tombeau de saint Pierre, en présence de tous les cardinaux, archevêques et évêques présents à Rome, tout comme une cérémonie de promulgation d’un dogme. Cette constitution rappelait la place du latin, sa dignité, son caractère devenu sacré dans l’usage de l’Église de Rome. Jean XXIII allait jusqu’à décider qu’on devait user à nouveau du latin comme langue d’enseignement ecclésiastique, non seulement dans les universités romaines, mais dans les cours donnés dans les séminaires du monde. Une mesure hélas destinée à être emportée par la tempête conciliaire et dont le manque se fait dramatiquement sentir aujourd'hui. […]

Surtout, il est revenu à Jean XXIII de publier une nouvelle « édition typique » (édition étalon) du Missel tridentin de saint Pie V (1570), et du Bréviaire tridentin du même saint Pie V (1569). […]"

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]