Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Sacha Houlié : si la convention citoyenne dit « non » à l’euthanasie, le gouvernement légalisera quand même

Sacha Houlié : si la convention citoyenne dit « non » à l’euthanasie, le gouvernement légalisera quand même

Sacha Houlié, député Renaissance de la Vienne et président de la commission des lois, est interrogé dans La Croix à propos de la future légalisation de l’euthanasie et du pseudo débat sur la fin de vie qui doit la précéder. Il annonce clairement la couleur. Extraits :

[…] Dans la construction du droit à l’IVG (interruption volontaire de grossesse), des garanties ont été instaurées (délai légal de réflexion et de rétraction, information médicale obligatoire…). Cet encadrement a d’ailleurs été critiqué comme un frein dans l’accès à l’IVG, mais c’est ce qui permet l’authenticité de l’expression de la volonté, qui est d’ailleurs une notion très civiliste, une construction très contractuelle.

Précisément, sur l’IVG, tous les encadrements initiaux ont été assouplis au fil du temps. Pourquoi en irait-il autrement sur la fin de vie ?

Pour faire émerger un consensus fort, ces préventions initiales sont nécessaires. Mais quand on crée un droit nouveau, on ne peut pas prévoir avec certitudes ses évolutions futures. C’est l’usage d’un droit, l’expérience de la pratique qui permet d’en définir les évolutions possibles. Sur l’IVG, entre la création du droit en 1975 et l’allongement des délais légaux en 2022, il y a cinquante ans de pratique médicale et de spécialistes. J’entends ceux qui disent qu’on repousse sans cesse les limites de ce qui est éthiquement acceptable. Mais je crois que justement, notre force est d’avoir un état de droit suffisamment robuste pour accepter de nouvelles pratiques et en fixer les limites.

[…]

Quelle va être la liberté du Parlement par rapport aux conclusions de la convention citoyenne ?

Elle sera absolue, comme pour la Convention citoyenne pour le climat. L’article 27 de la Constitution précise bien que nous ne pouvons recevoir aucun mandat impératif. La démocratie participative sert à faire naître des consensus ou des propositions, mais c’est la démocratie représentative, avec ses élus, qui crée la norme de droit. Quand on crée une norme, il faut un responsable. Si la norme est créée par un individu X dans un cadre de démocratie participative, alors personne n’est responsable, ni juridiquement, ni politiquement devant les Français. C’est aussi pour cela que je ne crois pas qu’un référendum soit une bonne voie sur un sujet sociétal aussi grave, parce qu’il déresponsabilise par rapport au droit créé et à ses incidences.

Cela signifie-t-il que si la convention citoyenne dit « non » à la légalisation de l’aide à mourir, vous vous réservez le droit de le faire quand même ?

Ne préemptons pas les résultats de la convention. Mais si tel devait être le cas, alors oui nous pourrions quand même le faire. Il faudra bien sûr expliquer ce qui nous conduit à prendre une telle décision. Nous ne sommes pas liés par un débat national, qui vise d’abord à accroître les connaissances de la population. D’ailleurs, si la convention citoyenne conclut, par exemple, qu’il ne faut pas faire évoluer la loi car la priorité est de développer les soins palliatifs, cela signifiera qu’on aura réussi à éclairer sur ce sujet.

Partager cet article

11 commentaires

  1. La franc-maçonnerie transcende les clivages politiques majorité opposition.
    C’est la raison pour laquelle les questions sociétales ne sont jamais décidées par référendum mais toujours par le Parlement.
    Papy, tu prendras bien un coup de cigüe !

  2. Sous Macron régnant,la présidence de la commission des lois de l’AN est aux mains de bons petit(e)s larbin(e)s des frères 3 points dont les discours ne varient point selon les époques.
    Comme disait le juge du syndicat de la magistrature(gauchiste) Jean Pierre Michel disparu en 2021: “la loi c’est un rapport de forçe à un certain moment”
    En clair,tant que ce “moment” durera,les forces, dites de progrès, continueront leurs œuvres destructrices dans notre pays.

  3. C’est ça la “démocrassie” en France : tant que le Pouvoir sera dans les mains de la mafia maçonnique, il imposera sa dictature en vertu des “valeurs républicaines” mortifères et contre la volonté du Peuple.

  4. Sans blague.

  5. I.V.G. : Interruption d’une Vie Génante. Je peux citer un exemple; Il y a déjà plus de 10 ans, une jeune future mère s’est fait avorter pour pouvoir passer ses vacances au bord de la mer et ne pas paraitre enceinte. Aujourd’hui cela serait remboursé par la sécu comme une maladie. Mais où va-t-on?

  6. la mort , (avec la sodomie ,l’ avortement,) est une valeur fondamentale de la République .
    avec laquelle un vrai démocrate ne transige pas.
    les réacs peuvent pas comprendre.
    à bas la République !

  7. « Une notion très civiliste, une construction très contractuelle » : c’est limpide ! J’aime leur langue, si belle et si claire…Victor Hugo mon gars, te v’la enfoncé ! Pour réapprendre le français, adresse-toi à la République en Marche !

  8. Je ferais le rapprochement avec l’avertissement de deux femmes de l’église clandestine iranienne: (https://www.lifesitenews.com/news/iranian-christian-warn-recent-biden-speech-almost-identical-to-anti-christian-rhetoric/)
    En deux mots, le pdt américain tient un discours à peu près identique à celui des responsables iraniens contre l’église catholique, pourtant autorisée. Les opposants (aux US, les chrétiens conservateurs) sont accusés d’être une menace pour l’état (aux US, la démocratie), les lois, la société, bien qu’ils en soient les plus respectueux.
    Elles évoquent la ressemblance avec les “derniers temps”. La participation du pape François à un rassemblement de jeunes à Assise sous l’égide de Jeffrey Sachs, décrit comme un “activiste du contrôle des populations” et du “changement climatique” (https://www.lifesitenews.com/news/pope-joins-population-control-activist-jeffrey-sachs-to-push-climate-change-agenda-at-conference/), avec la profession de foi ouverte des jeunes en la construction d’un monde idéal, style paradis sur terre, donne une certain poids à la comparaison eschatologique.
    Ici nous voyons un jeune adulescent, apparemment ivre de son propre pouvoir, expliquer le même contrôle des populations en vue de la même finalité “paradisiaque” pour lui, mais qu’on a le droit de trouver atterrante.

  9. Evidemment, il ne faut pas demander à cet imbécile de respecter la langue française et d’utiliser le mot CIVIQUE et pas “citoyen” qui est seulement un nom…..

    Ignare !

  10. Certes, nous ne sommes pas dans un régime de démocratie participative, et il faut éviter des référendums sur des sujets de société aussi graves, qui divisent la société, mais le Parlement doit aussi respecter les limites morales et anthropologiques. Ils fixent des limites à l’euthanasie, pour rassurer les personnes les plus réticentes et faire passer leur projet et faire ensuite sauter ces limites. Ils conçoivent le droit comme un outil pour donner une apparence objective à leur argumentation, mais un outil malléable soumis à leur idéologie.

Publier une réponse