Rue89 croit savoir pour qui les cathos vont voter

Article intrigant, mais qui montre au moins deux choses, au-delà du candidat gagnant en fin de page :

1 – le vote des cathos, qu'il faut éviter de réduire au "vote catho", est de plus en plus formalisé et évoqué par les cathos eux-mêmes ou les observateurs et les journalistes.

2 – il est désormais explicite qu'il existe au moins une grille de lecture catho-compatible des programmes politiques des candidats (les points non négociables) et que celle-ci s'appuie sur une doctrine, la doctrine sociale de l'Eglise, encore pudiquement qualifiée du verbiage informe mais très tendance, "d'ensemble de valeurs".

Une autre chose semble aussi  acquise : l'Eglise n'appelle pas à voter pour un candidat précis, même si l'énumération de points bloquants ou non-négociables voient des candidats s'éliminer eux-mêmes des possibilités catho-compatibles. Elle respecte pour cela la conscience de chacun, son souci de formation individuelle et le discernement personnel qui en découle.

16 réflexions au sujet de « Rue89 croit savoir pour qui les cathos vont voter »

  1. fr4nc0is

    Plus sérieusement, le document de la CEF n’a aucune valeur, ni d’enseignement ni d’autres.
    Si mon êveque reprend ce texte, alors oui je me devrais de l’écouter.
    Or là, à ma connaissance, il n’a pas donné sa position officielle.
    Et pour ma part, Bayrou en ce qu’il est proche des FM, plus ou moins homosexualiste, européiste, je ne voterai jamais pour lui.

  2. paulo

    Leur analyse de l’immigration en oublie la nécessité de la régulation que mentionne l’Eglise, ce qui discrédite injustement les candidats voulant instaurer des mesures pour réduire l’immigration, et favorise ceux qui prônent l’ouverture complète des frontières que l’Eglise ne demande pas.
    Il est de plus fort dommage qu’aucun candidat n’ait le courage de lutter pour le droit à la vie de tous.

  3. david

    Rue 89 ne nous aide pas à savoir pour qui voter.
    Aucun candidat ne répond correctement aux enjeux proposés. Que faire alors ?
    Pourquoi ne donnent-ils(les évêques, les blogs cathos, etc…) pas de consigne de vote ?

  4. Tonio

    Sauf qu’ils répondent avec un certain parti pris, et qu’on peut avoir une autre lecture des programmes et arriver au résultat que l’on souhaite. Sauf peut-être Mélanchon…
    Si les évêques n’appellent pas à voter pour un candidat précis, c’est bien simple.
    Comme le rappelle rue89, globalement les catholiques pratiquants penchent à droite.
    Globalement, ni le clergé ni l’épiscopat.
    Pour éviter que la fracture ne se voie trop, les catholiques pratiquants sont tout de même bien sollicités pour le denier du culte, faudrait pas trop les bousculer, nos épiscopes jouent plutôt sur les lourds sous-entendus et la culpabilité pour gauchiser, ou in fine recentrer, le vote des catholiques.

  5. C.B.

    Les douze critères seraient sans doute à pondérer, et selon la pondération choisie le total pour chaque candidat peut varier grandement.
    L’immigration est comptée avec le même poids que le respect de la vie: c’est pour le moins discutable.
    si on choisit un coefficient 3 pour les PNN
    -vie naissante
    -famille
    -éducation
    un coefficient 2 pour les critères 9 (handicap et trisomie) et 10 (fin de vie)
    et un coefficient 1 pour les autres critères, pas sûr que ce soit F. BAYROU qui sorte en tête.

  6. nemo

    Je serai curieux de savoir combien de catholiques lisent la déclaration de la CEF la comparent aux programmes des 10 candidats et définissent leur vote ensuite …
    Je me risque : il n’y en a pas cent en France …
    Donc meme le eveques ne la lisent pas !

  7. Philippe Edmond

    L’auteur(e) de l’article explique elle même qu’elle a modéifié les coefficients pour éviter d’avoir à dire que les évêques appelleraient à voter le Pen :
    Reste maintenant à le coefficier. … Telle était mon intention au départ, car les évêques mettent clairement en valeur dans leur texte certains thèmes (respect de la vie, famille), mais cela conduisait à « extrémiser » leurs « directives », et le ton du document qui comporte des moments forts humanistes, dans lesquels peuvent se reconnaître des catholiques qui sont très éloignés des tradis et des intégristes (que je ne confonds pas). Bref, cet exercice journalistique ne se prétend pas « scientifique », j’ai essayé de ne pas caricaturer, de restituer le message de ce document.
    Appliquer les coefficients (de toutes façons aléatoires), cela amenait à affirmer que la conférence des évêques appelaient à voter Marine Le Pen, et donc à annuler leur texte sur l’immigration, qui est fort.

  8. Sinévé

    François Bayrou est très utile pour les médias qui s’en sont toujours servi comme attrape-gogos auprès des cathos. Un catholique qui a hurle quand la France a mis les drapeaux en berne à la mort de Jean-Paul II (honoré pour sa grande influence) c’est étrange.

Laisser un commentaire