Royal va t-elle aider Delanoë?

Le gouvernement italien exige des excuses du maire de Paris pour des propos dans lesquels il estimait qu'il :

"ne pouvait pas garantir que cette relation [entre Rome et Paris] perdure en l'état alors que
Rome est aujourd'hui animée par des responsables politiques qui font le
salut fasciste en entrant au Capitole
".

Plaisanterie à part, le communiqué italien est malheureusement clair et tranché :

"Le maire de Rome n'a jamais fait le salut romain,
ou d'autres gestes ou actes qui glorifient le fascisme. Le maire de
Paris dit des choses fausses
(…) Le gouvernement
italien déplore les déclarations du maire Bertrand Delanoë et espère,
au nom de l'amitié historique entre les Romains et les Parisiens, que
des excuses officielles immédiates seront présentées par le premier
citoyen de Paris
afin de surmonter [l'incident qui, dans le cas
contraire] serait un geste extrêmement grave d'offense envers Rome et
l'Italie".

La France est une nouvelle fois ridiculisée sur la scène internationale.

Lahire

3 réflexions au sujet de « Royal va t-elle aider Delanoë? »

  1. André DUHAMEL

    Effectivement, c’est Mussolini qui a repris le salut romain qui lui ne posait aucun problème. Maintenant on parle du salut fasciste , voire pire le salut nazi.
    Les italiens parlent du salut romain, ce qui est plus conforme à leur patrimoine historique politiquement non connoté.

  2. VD

    Dans le cadre de l’ouverture-neutralisation des socialistes, en effet, M. Sarkozy pourrait créer un ministère de la repentance que Mme Royal dirigerait.
    L’inconvénient c’est qu’il risquerait de devoir affronter un candidat socialiste plus dangereux aux prochaines élections.
    Le Marie de Paris semble avoir de gros problèmes comportementaux en ce moment (en tout cas il est moins vigilant sur son image).
    Quel dommage d’avoir offensé l’Italie ! Que ces hommes sont sots !

  3. Candide

    Je me demande si Bertrand Delanuée ne serait pas jaloux de la Chambre belge qui a récemment voté une motion antipape (quel courage). Ou bien de Nicolas Sarkoezy qui a critiqué implacablement son homologue espagnol (quel jugement)…
    Au jeu du plus sot, Delanuée ne fait tout de même pas le poids face au nouveau Funès de l’Elysée ou aux histoires belges (vraies).

Laisser un commentaire