Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Rosaire pour la vie à Bordeaux le 20 novembre

Pour des raisons de regroupements de groupes hospitaliers, pour des raisons d'économie aux seins des hôpitaux, les centres d'avortement ferment les uns après les autres et la loi Veil semble donc aujourd'hui remise en cause notemment pour des raisons économiques. Il n'y a qu'à aller sur les sites pro-avortement (féministes, alternative libertaire, etc …) pour se rendre compte de leurs craintes devant cette remise en question de tout leur combat. La loi Veil tue chaque année en France plus de 200 000 enfants officiellement, ce qui est un drame à la fois humain, mais aussi économique et social. Il est temps de se mobiliser et de nous unir dans la prière pour que le Ciel accorde à la France et à ses enfants un droit de vie qui devrait être le plus élémentaire dans ce pays soit disant défenseurs des "droits de l'homme".

France Jeunesse Civitas Bordeaux vous invite tous à vous joindre au rosaire organisé par l'association SOS Tout Petit le 20 novembre prochain. Le lieu du rendez vous vous sera communiqué par l’organisateur que vous pouvez contacter à l’adresse suivante : [email protected]

Ci-joint un petit film sur l'avortement (attention certaines images sont difficilement soutenables.)


 

Partager cet article

18 commentaires

  1. Il ne faut malheureusement pas etre dupes du “catastrophisme” des pro-avortement sur la “remise en cause de la loi Veil” – tout cela est vieux comme le monde et n’a toujours été que de la propagande pour obtenir toujours plus du gouvernement (revalorisation du “forfait IVG”, e.g.) et du législateur (loi Neiertz, allongement de 10 à 12 semaines – demain de 12 à 14 ?).

  2. Ouf! Cette vidéo arrache les larmes dès les premières secondes. Très dur.
    Excellente production de Gloria TV. A télécharger et diffuser d’urgence.

  3. Bonjour, je suis active pour la défense de la vie et essaie d’être présente à tout ce qui a lieu à ce sujet à Bordeaux. L’an dernier j’étais à ce rosaire, mais j’ai été très choquée par les contremanifestants et me suis demandée si ce n’était pas les inciter à blasphémer et blesser les coeurs de Jésus et Marie que de prier ainsi en public. Tous les premiers samedis du mois il y a un rosaire organisé à la cathédrale à la même intention… Et il y a trois pelés et un tondu… Je me pose beaucoup de questions donc sur l’utilité de cette prière publique qui n’intéresse que les proavortements juste pour pouvoir clamer leur haine. Et je me demande pourquoi tant de monde vient, quand le reste de l’année il n’y a personne dans la cathédrale. Je serai très heureuse d’avoir des éclaircissements mais je ne compte pas revenir cette année, mon mari s’y rendra probablement, mais moi je garde les enfants loin de ces furieux.

  4. Esther,
    Nous organisons cette année le Rosaire Public à Bordeaux. Je peux vous envoyer un tract qui vous expliquera tout l’intérêt de cette prière publique.
    Sachez enfin que les enfants seront reçus dans une église au même moment pour prier aux mêmes intentions mais sans être témoins des violences visuelles et auditives des pro-mort.
    Ecrivez-nous [email protected]

  5. merci olivier pour votre commentaire
    Esther, je pourrais vous répondre par mail si vous le souhaitez, je suis responsable de Civitas Bordeaux à l’origine de cet article et je comprend votre hésitation. Je vous expliquerai par mail notre position si vous voulez bien.
    Cordialement
    Civitas Bordeaux
    [email protected]

  6. Merci pour cette si vidéo. Oui, vraiment, elle touche les coeurs.
    Et mon coeur se serre de voir ces tout petits que l’on a envie de protéger, de prendre dans ses bras, si horriblement mutilés, brûlés…
    Ce crime est vraiment le fléau de notre siècle.
    Je vais faire circuler ce lien à des amis bordelais, s’ils ne l’ont déjà eu.

  7. L’idée d’alterner des passages de la “passion du Christ” et des images d’embryons déchiquetés par l’avortement est vraiment extraordinaire et ne peut laisser indifférent, et la phrase prononcée par le Christ : “Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? pourrait être prononcée par chaque enfant avorté à sa mère.
    Ce qui est merveilleux aussi, c’est que la vidéo montre bien que le Christ a subi ces douleurs atroces pour nous laver de nos crimes les pires, à condition que nous Lui demandions pardon ; elle est donc porteuse d’Espérance.
    Un grand merci à MJ .

  8. cette femme a énormément de courage car parler de ce sujet est douloureux .
    Ce petit film est difficile à regarder jusqu’au bout ,je pense qu’il devrait être montré à tout femme qui a le projet d’avorter ,elle prendrait conscience de son acte .
    Après avoir vu de telles images quelle femme peut continuer dans son projet ?Et celle qui continuerait serait une femme avec une profonde détresse (après un viol par exemple)
    on ne sait pas ce que ces femmes pensent et le pourquoi de leur geste , elles ont besoin d’aide !

  9. Bonjour,
    Bien que convaincu de l’atrocité que constitue aujourd’hui le drame de l’avortement par le fait qu’il est un meurtre envers des innocents, je trouve que cette vidéo nuit à notre cause plus qu’elle la sert. En effet, de telles images augmentent à mon avis la dimension émotionnelle dans un débat qui peine déjà à rester rationnel, étant donné la tragédie qu’il constitue et les blessure qu’il engendre. La vision de telles images ne ferait qu’ajouter un traumatisme à une femme ayant déjà avorté. La dimension religieuse y est de plus maladroitement associée, alors qu’une explication cohérente sans recours à la foi suffirait à convaincre les pro-avortements, souvent hostiles à toute référence religieuse. L’avortement est un drame humain, une infraction aux lois naturelles. Je respecte et approuve néanmoins votre désir d’enrayer la culture de mort. Cordialement

  10. @ VL :
    “la vision de telles images ne feraient qu’ajouter un traumatisme à une femme ayant déjà avorté” !!! Etes-vous conscient(e) de ce que vous dites ? Il faudrait s’abstenir de montrer LA VERITE, alors que c’est au contraire notre DEVOIR absolu sous prétexte de
    ménager celles qui ont déjà commis ce crime ?
    D’autre part la dimension religieuse y est logiquement et habilement associée et peut amener bon nombre de personnes à réfléchir, voire même à se convertir.
    Votre raisonnement est hélas, une fois de plus le fruit du “politiquement correct”.

  11. Bonjour et merci à vous pour vos si nombreux commentaires concernant cette vidéo
    Permettez moi, VL, en tant que réalisateur de cette vidéo, de répondre à vos objections:
    Vous semblez désaprouver tout d’abord le côté émotionnel provoqué par cette vidéo : en effet je le reconnais, cette émotion était volontaire de ma part pour une raison bien simple : le siècle dans lequel nous vivons ne se base que sur l’émotionnel, il est donc légitime je pense de se servir des armes de nos adversaires pour le mettre face à LA REALITE. Si vous discutez avec des gens pro-avortement leurs arguments seront toujours les mêmes et basé uniquement sur l’émotion (Respect du droit de chaque femme à disposer de son corps, fille-mère trop jeune pour avoir un enfant, viol , etc … tous ces arguments visent à toucher notre sensibilité pour que nous compatissions et que nous soutenions avec eux l’avortement) Comme le dit très bien Fleur de Lys que je remercie au passage pour son commentaire, LA VERITE n’a pas à être cachée : on nous prétend que l’avortement n’est pas un meutre et qu’il faut être sensible aux désirs des femmes, mais en aucun cas on nous parle d’être sensible à la douleur que subissent ces enfants assassinés dans le sein de leur mère . Voilà ce qui explique le côté “sensible” de ma vidéo ; et croyez moi, j’ai mis les images les moins chocantes…
    Deuxième point : le coté catholique lié à cette vidéo. Comme le disait Fleur de Lys, c’est un parallèle qui est fait entre la souffrance de ces enfants et la souffrance du Christ, innocent tous les deux. En outre, la souffrance du Christ rappelle que ce sont aussi pour nos péchés et notemment ceux de l’avortement que le Christ a voulu mourir sur une croix. Vouloir toujours supprimer le côté spirituel dans chaque combat politique (car s’en est un aussi) est voué à l’échec cher VL tout simplement parceque sans Dieu nous ne pourrons jamais gagné ce combat. Nous sommes catholiques, soyons fiers de l’être et n’ayons pas peur de le montrer : c’est incroyable de voir que nous sommes la seule religion au monde à ne pas avoir le courage de dire hauts et forts notre Foi. C’est notre Devoir que de la proclamer.
    Je suis responsable d’un mouvement catholique (Civitas) sur Bordeaux, il est donc, selon moi, normal, que mes vidéos et mes tracts, quelque soit le terme abordé, soit en adéquation avec la doctrine social de l’Eglise et voila pourquoi le côté catholique n’est jamais abrogé dans notre discours. rassurez vous ce n’est pas cela qui empêche de convaincre les autres.
    Merci en tout cas de votre commentaire et vous pouvez me contacter par mail à l’adresse suivante
    [email protected]
    pour plus d’information
    Bien amicalement
    G.M.
    Responsable Civitas Bordeaux

  12. @VL: “la vision de telles images ne feraient qu’ajouter un traumatisme à une femme ayant déjà avorté”.
    Même question: qu’en savez-vous ?
    Moi, j’en connais une de femme qui a avorté et je lui ai envoyé le lien de cette vidéo. Cette très bonne amie m’a confié qu’elle avait pleuré oui mais elle s’est confessé de son crime et en a été absoute.
    Pourtant, elle n’est pas traumatisée je crois. Juste désireuse que d’autres femmes ne commettent pas la même erreur qu’elle. Ce qu’elle n’avait pas réalisé en avortant, elle l’a réalisé ensuite et c’est libérateur au contraire d’être confrontée à la vérité. Même si ces images sont dures.
    Car le traumatisme, c’est l’avortement en lui même. S’en libérer passe par la conversion, la confession. Pour que cela soit possible et que ces femmes (je me limite ici volontairement aux mères, mais il en va de même pour les pères qui ont désiré l’avortement) soient sauvées et libérées, il me semble justement essentiel qu’elles affrontent la vérité et la réalité du crime commis. C’est LE seul moyen.

  13. Merci pour ces éclairements concernant ce qui a motivé votre action. Je voulais juste donner un avis divergent afin d’enrichir le débat et notre combat commun, la lutte contre l’avortement. A cet égard, fleur de lys, sachez que je trouve votre intervention inappropriée et injustifiée. Vous pouvez certes désapprouver mon propos mais non me targuer de “politiquement correct”, sachant que je suis opposé autant que vous à l’avortement. Ma réflexion repose sur un problème de forme (violence des images) et non de fond. Je ne veux pas “cacher la vérité” mais je me demande s’il est nécessaire de la montrer sous cette forme. Si vous ne supportez pas d’avis divergents, abstenez-vous de répondre plutôt que de vous répandre lamentablement dans un discours insultant, offensant et excessif.

  14. @ VL
    Mon commentaire n’était nullement insultant, ni offensant ni excessif, je pourrais vous répondre que le vôtre a dû choquer (comme il m’a choqué moi-même) le réalisateur de la vidéo, Responsable de Civitas Bordeaux , je vous cite : “cette vidéo nuit à notre cause…” et plus loin : “la dimension religieuse y est de plus maladroitement associée”; si ce n’est pas offensant (en plus d’être faux), je ne sais ce que c’est !!!

  15. Je n’ai pas à être choqué ou pas par des avis favorables ou défavorables à ma vidéo. Il est normal que chacun aie des opinions et des positions diverses.
    Mais essayons néanmoins de rester courtois et de garder en nous cette charité propre à la religion catholique qui est notre force dans le combat. Je pense qu’il est bon que chacun donne son avis pour que les vidéos que nous feront à l’avenir soient toujours meilleures. Car j’ai encore beaucoup de progrès à faire je ne le nie pas et tous vos commentaires peuvent m’aider. Mais une fois encore ne rentrons pas dans des querelles inutiles
    Merci à vous, Fleur de Lys de votre soutien, merci à vous VL de votre commentaire auquel j’espère avoir bien répondu (malgré les fautes en relisant …)
    G.M
    Responsable Civitas Bordeaux

  16. Bonjour,
    ce débat est fort intéressant, et, comme l’a parfaitement compris GM, il ne s’agit pas de convaincre ceux qui sont déjà convaincus, mais d’ouvrir les yeux à ceux qui ne veulent pas voir.
    Ainsi, j’ai demandé à une collègue (moins de 30 ans, carte du parti communiste, athée, complètement pro avortement, science po) de visionner la video pour avoir ses réactions.
    Ses réactions sont évidemment contestables, je vous les livres en brut (citations entre guillemets), ainsi que ce qu’il faudrait, à mon très humble avis, pour améliorer l’impact de la video:
    – “est ce que le réalisateur sait qu’un foetus de 12 semaines ne fait pas plus de 12 cm ? La video montre des morts nés, toutes les images sont faussées”. Autant les explications techniques sur les méthodes sont travaillées, autant il aurait peut-être fallu mettre des données scientifiques sur les images : taille et âge de l’enfant, avec éventuellement un médecin à côté attestant de la vérité de ces informations.
    – “Ils jouent complètement sur le côté émotionnel et les images, ce n’est pas du tout scientifique”. J’ai bien lu le post de GM qui dit prendre les armes de l’adversaire en jouant sur l’émotionnel, mais là, clairement, ca a vraiment déservi la video. Elle s’est braquée complètement au lieu de s’ouvrir.
    – “et puis l’image de Jésus qui pardonne la femme, ca me révolte, comme par hasard, c’est la femme qui pêche, l’homme, lui, n’a rien fait”. Ca peut se comprendre, l’homme a clairement sa part de responsabilité, a mettre plus en avant.
    Une petite discussion s’en suit, nous regardons des photos de foetus de 12 semaines et je lui dit que, quand même, on peut dire que c’est un enfant qui est là. Réponse : “non, c’est un foetus, [et moi ca ne me dérange pas de supprimer un foetus]”. Et elle est là la clé du débat (mais on le sait depuis longtemps) : les pro avortement ne prêtent pas de droit de vivre à un foetus. Il faudrait (facile à dire), une fois pour toute, montrer juridiquement, scientifiquement et irréfutablement que le foetus a le droit à la vie. Nous les cathos, évidemment que nous en sommes persuadés, mais pour ma part, la justification s’appuie sur des arguments religieux, et qui sont humains d’ailleurs, mais insoutenables en face de ma collègue… Pour convaincre un français, il faut lui expliquer et qu’il comprenne, ce qui n’excut pas une petite musique derrière et un important travail sur l’affect.
    En espérant avoir fait un peu avancer le sujet…
    [La justification ne s’appuie pas d’abord sur des arguments religieux. Scientifiquement, sur le plan biologique, on ne voit pas ce qui distingue un foetus d’un bébé. Demandez à votre collègue comment un foetus devient un bébé : scientifiquement qu’est-ce qui a changé, sinon la taille ? Qu’est-ce qui est intervenu d’extérieur pour que le foetus soit devenu un bébé ? Rien. La foetus a déjà en lui toutes les potentialités du bébé, de l’être humain, jusqu’à sa vieillesse.
    A quelle date précise un foetus devient un bébé ?
    MJ]

  17. Réponse de but en blanc de l’intéressée “eh bien je fais confiance à la loi : 12 semaines, il faut bien fixer une limite” sic.
    S’en est bien sûr suivie une longue discussion enflammée, quoique classique, sauf que j’ai vraiment essayé de trouver, au plus profond de cette personne, les raisons de ses convictions.
    Voici donc le point de butée : pour elle, la liberté de la femme à décider d’être mère ou non passe avant la liberté de l’enfant à vivre. Elle est prête à sacrifier cet “être vivant” pour permettre à la femme d’avoir la liberté d’être mère. Et elle assume. J’ai usé tous les arguments, on en vient toujours à ce débat de priorités, de valeurs : le plus important, est ce la liberté de la femme ou la liberté de l’enfant (de cet “être vivant pas encore bébé selon la loi”) à vivre ? Cela me fait mal au coeur de l’écrire mais c’est la question de fond qui ressort.
    Pour changer cela, je ne vois pas d’autres solutions que multiplier les témoignages (vous en avez proposé un tout à fait édifiant récemment sur le SB), faire circuler des videos dans l’esprit de celle réalisée par GM, mais en faisant en sorte qu’elles soient plus crédibles pour un oeil français lambda par nature critique et méfiant vis à vis de tout ce qui est issu de la religion, en considérant pourquoi pas les pistes d’amélioration proposées dans mon post précédent. Et par dessus tout, prier, notamment par l’intermédiaire des veillées pour la vie dont le SB parle souvent.
    [Si l’intérêt de l’enfant ne la touche pas, parlez lui de l’intérêt de la femme. Je vous renvoie au traumatisme post-avortement.
    A propos de cette fameuse liberté féminine, il existe aussi un traumatisme post-avortement chez l’homme, à qui la femme a caché l’avortement d’un de ses enfants. Certains nient ce traumatisme, il est néanmoins bien réel et peut être ressenti à l’occasion d’une naissance ultérieure (avec des pensées récurrentes sur le thème “l’autre aurait tel âge” etc.)
    Il y a également le traumatisme du survivant : l’enfant qui apprend que sa mère a avorté (avant ou après sa naissance) se demande pourquoi lui n’a pas été éliminé…
    MJ]

  18. Ce que vous dites est effectivement à souligner vivement, et elle est d’accord avec tout cela, d’accord qu’un avortement est affreux et que les conséquences pour chacun sont importantes et peu souhaitables…pour l’éviter, il faut donc bien se protéger, et vient le débat intégral sur la contraception, qui lui même débouche sur la recherche du bonheur, basé lui même sur le phénomène de société du “tout tout de suite”, qui s’ancre dans les cerveaux à l’enfance et l’adolescence. Et quand on prend enfin le temps de réfléchir à ce qu’on veut faire de sa vie (si on le prend), il est souvent bien trop tard pour revenir en arrière (le Seigneur pardonne et donne une espérance heureusement). D’où le rôle capital de l’éducation et de la bonne orientation dès le départ, mais vous savez comment ca marche, à priori, les enfants suivent à peu près les traces de leurs parents, surtout en matière d’idées sur la sexualité. Sauf si, sur leur route, le Seigneur les met sur le chemin d’une action d’évangélisation “attirante” pour eux(les enfants marchent clairement plus à l’affect qu’à la dissertation philosophique), d’où l’importance capitale de l’évangélisation des jeunes par les jeunes, de la nouvelle évangélisation sur laquelle le Pape est en train de se pencher très sérieusement.
    J’ai bien entendu parfaitement conscience de faire des raccourcis dans mon raisonnement, mais le cheminement général ne doit pas être complètement éloigné de la réalité, et nous renvoie à nos missions quotidiennes : témoigner avec audace et/ou favoriser l’évangélisation (selon les charismes de chacun), se former, soigner particulièrement l’éducation de nos enfants, prier… et toutes missions chrétiennes reposant sur l’amour de Dieu et de son prochain.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services