Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Laïcité à la française / Homosexualité : revendication du lobby gay

Roms ou mariage : le bal des tartuffes face au discours de l’Eglise

Dans l'éditorial du Monde, on préfère trouver des arguments que de s'indigner d'une prière :

"Quand l'épiscopat catholique, il y a deux ans, s'est élevé avec vigueur contre le discours de Grenoble du président Sarkozy sur les Roms, tout le monde ou presque a jugé l'Eglise fidèle à sa vocation. Lorsque les évêques de France, à maintes reprises, ont exprimé leur inquiétude sur les menaces que la crise fait peser sur les pauvres et les déshérités, personne ne l'a accusée d'outrepasser sa mission. Il y aurait donc quelque tartufferie, aujourd'hui, à s'indigner que le cardinal André Vingt-Trois convie les catholiques, lors de la fête de l'Assomption, à une prière nationale invitant les responsables politiques à œuvrer pour le "bien commun". […]"

La suite est un argumentaire en faveur de la dénaturation du mariage :

"Historique, d'abord. En une trentaine d'années, les homosexuels sont passés de l'ostracisme (au mieux une maladie, au pire un crime) à la tolérance, puis à la reconnaissance, voire désormais à l'indifférence. […]"

  • L'argument sur l'état laborieux de la famille, argument que l'on peut reprendre sur tous les sujets pour tout justifier :

"Logique anthropologique, ensuite. Si la famille reste, selon l'expression consacrée, la cellule de base de la société, elle n'obéit plus à un modèle unique ni même dominant : moins de la moitié des couples français sont "légaux" (44 % seulement mariés et 2 % pacsés). […]"

  • L'argument de l'opinion, utilisé sur la foi de sondages mais sans risquer le recours au référendum, systématiquement perdu par les partisants de la dénaturation du mariage :

"Logique démocratique, enfin, déjà à l'œuvre dans des pays aussi variés que la Suède, l'Espagne, la Norvège, les Pays-Bas ou la Belgique [c'est quand même très peu, NDMJ]. L'instauration du pacs, en 1999, a reconnu légalement le couple homosexuel, mais l'a exclu du droit à la famille (par adoption ou procréation médicalement assistée). Au nom de quoi, sinon du postulat – implicite car indéfendable – que deux femmes ou deux hommes seraient moins capables qu'un homme et une femme d'éduquer des enfants ? C'est ce principe d'égalité que consacrerait, que consacrera, le mariage gay. Le débat est tout sauf anodin. Il conduit à repenser la famille et la parentalité."

Le principe d'égalité commande surtout de laisser aux enfants le droit à avoir une mère et un père. Le Monde a-t-il d'autres arguments ?

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services