Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : François

Rôle des femmes dans l’Eglise : les propos du pape François encore une fois mal interprétés

Soit les propos ne sont pas clairs ou mal traduits, soit les médias ne comprennent rien ou font exprès. La multiplication de ces cas, qui causent à chaque fois désordre et inquiétude chez les fidèles, devrait pousser le Vatican à améliorer sa communication. Le dernier exemple en date concerne une improbable ouverture du diaconat aux femmes :

"Alors qu'une agence de presse italienne a affirmé la semaine dernière que le pape François avait ouvert la voie au diaconat féminin, le directeur du bureau de presse du Saint-Siège a mis les choses au point dans la foulée. Selon le père Lombardi qui s'exprimait sur Radio Vatican, les propos du pape ont été mal compris et surinterprétés.

Le pape François "n’a pas dit qu’il avait l’intention d’introduire une ordination diaconale des femmes ". Le père Federico Lombardi, directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, a tenu à clarifier les propos tenus par le pape lors d'une audience devant des religieuses. "Il faut être honnêtes : le pape n’a pas dit qu’il avait l’intention d’introduire une ordination diaconale des femmes, et il a encore moins parlé d’ordination sacerdotale des femmes. Au contraire, en parlant de la prédication au cours de la célébration eucharistique, il a fait comprendre qu’il ne pensait pas du tout à cela". Le Vatican met donc fin à un emballement médiatique qui avait été causé par l'interprétation erronée des propos du souverain pontife.

Le communicant a également expliqué la raison pour laquelle le diaconat féminin était un sujet problématique. S'il n'y a "aucun problème" pour qu'une femme prêche dans une liturgie de la parole, cela est différent pendant une célébration eucharistique. Il y a alors " un problème liturgico-dogmatique", puisque les femmes ne sont pas ordonnées. Au cours des premiers siècles de l'Eglise, les femmes avaient été amenées à "rendre certains services dans la communauté". Le pape a donc évoqué la création d'une "commission qui reprenne ces questions pour les voir avec une plus grande clarté". "

Partager cet article

24 commentaires

  1. “Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément” disait Boileau.
    Quel dommage qu’il n’y ait pas l’équivalent jésuite de ce principe, cela éviterait bien des confusions…
    Mais ces confusions ne sont elles pas aussi des nuages de fumée? Pendant que l’on s’agite de ce côté là et que l’on donne à ronger un os à la meute des journalistes(des fidèles aussi, voire des clercs?) des choses plus importantes auraient-elles lieu ailleurs?
    Nos politiques usent souvent de cette tactique…pouvons nous penser que le Pape puisse agir de même?
    Entre angelisme, papolâtrie, scepticisme, voire questionnement sur certains procédés, quelle est la bonne position?

  2. “Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement – Et les mots pour le dire arrivent aisément.” Nicolas Boileau-Despréaux, in L’Art poétique (1674)

  3. Les médias sont très friands pour le péché d’omission.

  4. A force de tenir des propos ambigus, de proférer des sentences pour le moins…inattendues du genre “Qui suis-je pour juger?”, il ne faut pas s’étonner de ce que les journalistes attendent au tournant un pape qui a oublié qu’il n’était pas “un homme comme les autres”, mais bien celui qui garde le dogme, dit la morale chrétienne et exalte la Foi…
    Et non pas de se perdre en propos parfois imprudents qui peuvent prêter à caution voire être mal interprêtés…
    Nous disons bien que son rôle est de “dire”, de proclamer de façon claire à l’ensemble des chrétiens les directives auxquelles ils doivent se conformer en accord avec l’Evangile et en suivant la Tradition bimillénaire de l’Eglise…
    Mais après tout, Formose a peut être trouvé là un successeur…

  5. De toute façon, il n’est pas possible d’avoir un retour d’information intelligent de la part des merdias français… Ils sont trop contents d’ajouter la bêtise et l’ignorance propres à leur profession !
    Inexactitude, manie du détail insignifiant, bêtise et ignorance (déjà citées) avec en prime une hostilité (clairement déclarée depuis quelques années), tous les ingrédients pour faire de la désinformation…

  6. Ces déclarations papales “audacieuses à bon prix” sont si fréquentes. Vous ne pensez pas qu’elles sont volontaires ?
    C’est comme ça qu’on déstabilise le populo. (Pour son plus grand bien, évidemment. Forcément.)
    Depuis 50 ans, les clercs du bord préféré par sa sainteté utilisent le même procédé : “Vous en êtes encore là, mon bon monsieur…” disaient-ils à mon père (par ailleurs fabricien).
    Et lui de rétorquer : vous nous “protestantisez”.

  7. Des confusions et des confusions…ce pontificat pose de plus en plus problème.
    N’a t-on pas d’autres priorités dans l’Eglise que de multiplier les mesures de marketing en faveur du monde?
    Quelle image donnant nous au monde par tous ces confusions? Après la controverse sur les divorcés-remariés maintenant c’est sur le diaconat féminin?

  8. Rien que le fait d’être d’accord pour nommer une commission chargée d’y réfléchir est déjà fort problématique. S’il parlait moins, il dirait moins de bêtises.

  9. Est-ce que l’on a encore mal compris lorsqu’il reprend la France sur la laïcité en demandant la faveur du port du voile pour les musulmanes ? Est-il devenu Iman ?

  10. parler peu mais bien, voilà qui pourrait être une maxime pour le pape et les évêques!
    les pensées doivent s’exprimer clairement sinon la confusion et les hérésies se propagent! que le pape se préoccupe des chrétiens et d’évangélisation, tant de jeunes sont sans repères ni but à la recherche d’un idéal!

  11. Le pape à sa nomination nous avait prévenu qu’il était “rusé” ( traduit de l’italien) : mais tenir des propos volontairement ambigus – pour “lancer le débat”- sur des questions déjà si clairement et lumineusement tranchées par ses derniers prédécesseurs est-il vraiment exaltant ? N’est-ce pas plutôt déstabilisant pour les derniers jeunes catholiques pratiquants de France, qui osent vivre à contre-courant du laxisme libertaire majoritaire? Pour être missionnaire aux périphéries il faut un message clair et une foi joyeuse: comment ne pas être attristé par ce pape âgé si décalé par rapport aux vrais problèmes que doivent affronter les jeunes familles et les adolescents qui croient encore à la pureté,à la chasteté ( une seule fois nommée dans AL) et au mariage indissoluble fidèle pour la vie?

  12. “Qui suis-je pour juger?”,reprenez-vous Saint-Plaix
    Mais vous oubliez que c’est le Christ lui-même qui le dit à la femme adultère, pour ajouter ensuite, ne péchez plus.
    Il ne juge pas la personne mais le péché. C’est dans le même esprit que le pape François l’a dit. Méfiez-vous, de Saint-Plaix à Simplet il n’y a qu’un pas. Et vous semblez vouloir le franchir.

  13. Bref, les jésuites sont d’accord pour dire avec nous : chacun à sa place !
    C’est Christine Pedrotti qui va être contente !

  14. “Et le Seigneur dit : ” Simon, Simon, voici que Satan vous a réclamés pour vous cribler comme le froment ; mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point ; et toi, quand tu seras converti, affermis tes frères. (Luc 22, 31-32, traduction Crampon).
    Heureusement que Notre Seigneur nous a d’avance donné la solution : prier pour la conversion du pape, à son imitation. Ca évitera à François de tenir des propos “inadéquats”, comme ce fut le cas de Pierre.

  15. @ HS
    “Le pape à sa nomination nous avait prévenu qu’il était “rusé”” dites-vous.
    Le Diable aussi !

  16. Rien d’étonnant, l’ambiguïté favorise fatalement les mauvaises interprétations.
    Malheureusement, comme les cadres du Catholicisme se sont énormément distendus depuis 3/4 de siècles, on ne peut plus donner de paroles fortes sans mécontenter la moitié (ou plus) du monde catholique (sans parler du non catholique!). En effet, l’éventail des “libres interprétations” (ça me rappelle quelque chose…) approche maintenant les 180°! Dans son ouvrage “Catholicisme: la fin d’un monde” (2003) D. Hervieu-Léger (sociologue progressiste) parlait déjà, fort justement de “la cohabitation, à peine agacée, de versions non compatibles de la mission de l’Église dans le monde.”
    Finalement: à part la position délétère des subversifs qui cultivent l’ambiguïté pour inciter les fidèles à “tricher”, il y a deux façons différentes d’estimer cette ambivalence à la lumière du Salut et de la Charité :
    Certains pensent que l’ambiguïté est finalement préférable au schisme provoqué par des remises au pas claires et nettes, car elle évite de provoquer des positions radicales d’opposition définitive. La “vérité officielle” devient alors progressivement une sorte de “test projectif”, ambigu par nature, où les bons et les moins bons reconnaîtront la Vérité pour les uns et des “semi-vérités” (qui n’en sont pas), pour les autres… et Dieu reconnaîtra les siens…
    Mais d’autres estiment que si la Vérité enseignée devient floue, cela risque fort d’égarer des âmes de bonnes volonté, dans ce cas, le “test projectif” est aussi un moyen de manipuler les esprits en leur laissant entrevoir de fausses issues, qui sont spirituellement des impasses.
    Après avoir beaucoup réfléchi à la question, j’opte finalement pour la seconde interprétation.

  17. Si les propos du Pape sont mal interprétés, c’est tout bonnement qu’ils prêtent trop souvent à confusion.
    Or la confusion des idées est destructrice pour la foi…
    Il a encore tenu des propos ambigus sur le laïcisme en France aujourd’hui, le condamnant certes justement mais pour proposer de permettre davantage…le port du foulard islamique.
    C’est bien d’interpréter, d’interpréter et d’interpréter encore…alors que la parole du pape devrait claire et nette, d’évangile en quelques sortes.
    ça devient un brin lassant.

  18. Il y a un seul responsable de cette confusion, comme des précédentes, c’est le Pape lui-même. Il faut se rendre à l’évidence, il nous ne nous guide pas sur des voies sûres mais nous égare.

  19. “Que votre OUI soit un OUI, que votre NON soit un NON”.
    Cette accumulation de propos ambigus devient franchement suspecte.

  20. Il ne faut pas confondre Vérité de la Foi et vieilles habitudes.
    Vécu : Il y a déjà une (des?) diaconesse catholique : ordonnée chez les vieux-catholiques, son ordination a été reconnue quand elle est passée au catholicisme. Et ça ne pose pas réellement de problème liturgique, elle tient son rôle de diacre, élevant le ciboire, et c’est tout.
    Il n’y a pas de raison théologique que le diaconat ne soit pas ouvert aux femmes, au contraire, ça permettrait de faire comprendre que les pasteurs protestants étant l’équivalent fonctionnels de diacres, il n’est pas anormal qu’ils aient des pastoresses – le point est que ce ne sont pas des prêtresses.
    Et -soyons fous- dans la mesure où l’obligation d’être prêtre pour être élevé cardinal est relativement récente, il suffirait théoriquement de rétablir l’ancienne discipline pour élever aussi des femmes au cardinalat… Ce serait une ouverture aux femmes dogmatiquement impeccable, mais spectaculaire!

  21. Je suis d’accord avec tous ceux qui pensent que ce pape n’est pas à sa place. Ses actions, plus médiatiques que véritablement évangéliques (annoncer la Bonne Nouvelle devrait être sa mission première !), n’apportent que désordre et confusions…
    Mon Dieu, donnez nous un pape Africain ! Un chrétien ayant le sens des réalités ! Un connaisseur de la nature humaine… Un responsable !

  22. Nigeria: une des “filles de Chibok” retrouvée dans une zone contrôlée par Boko Haram
    Une jeune fille parmi les lycéennes enlevées par Boko Haram, Amina Ali, a été découverte mardi dans la forêt de Sambisa, dans l’Etat de Borno (…) la jeune fille semble avoir eu un enfant durant sa captivité. (…)
    http://www.bvoltaire.fr/breves/nigeria-une-des-filles-de-chibok-retrouvee-dans-une-zone-controlee-par-boko-haram,257355

  23. @ Biem (18 mai 2016 10:47)
    Le cas particulier de diaconesse issue des “Vieux Catholiques” (et donc contestant la discipline de l’Église, ne prouve rien.
    D’autre part, distinguons. Les pasteurs ne sont “l’équivalent fonctionnels des diacres” que parce que le protestantisme nie la Transsubstantiation dans sa liturgie ; mais les pasteurs sont l’équivalent pastoral des prêtres. Instaurer le diaconat des femmes permettrait essentiellement aux plus sulfureuses (style Christine Pedotti) de déboussoler les fidèles par des homélies tendancieuses.
    Il y a beaucoup de théologiens “progressistes qui déraillent jusqu’à une quasi apostasie, mais en la matière, ont doit reconnaître que la palme de l’errance revient aux théologiennes femmes, souvent marquées par le féminisme.
    Leurs “théologies féministes” promues par de nombreuses “sœurs” ou laïques – de Françoise Vandermersch à Anne Soupa, en passant par Catharina Halques, Uta Ranke-Heinemann Elizabeth Johnson, Rosemary Radford-Ruether, etc. – sont plus qu’aberrantes. Si les diaconesses étaient instituées, malheureusement, les premières postulantes à se précipiter dans cette opportunité seraient les activistes les plus toxiques…

  24. Toujours la faute des médias (progressistes)? Je commence à en douter.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services