Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Roger Holeindre, RIP

Roger Holeindre, RIP

Roger Holeindre, né le 21 mars 1929 à Corrano (Corse) est mort cette nuit. Militaire, journaliste et homme politique français, membre-fondateur du Front national, il a notamment été député français pour la Seine-Saint-Denis.

En août 1944, à l’âge de 15 ans, il enlève dans la banlieue parisienne deux mitrailleuses aux Allemands.

Ouvrier métallurgiste, il est volontaire pour la guerre d’Indochine, en 1948. Il est ensuite volontaire pour la guerre d’Algérie. Grièvement blessé (une balle dans la tête), Roger Holeindre est démobilisé et s’installe dans la ville de Tebessa, à l’est de l’Algérie. Il va y créer une maison des jeunes et participer à l’éducation et aux loisirs de centaines de jeunes musulmans, activité sociale qui lui vaudra d’être cité en tant que civil à l’ordre de l’armée.

Roger Holeindre mène ensuite une carrière d’écrivain et de journaliste, devenant grand reporter à Paris Match, au Le Figaro Magazine et à Magazine Hebdo durant 13 ans. Il est spécialiste des questions africaines, de l’Asie et de l’Amérique latine.

Engagé dans l’OAS, il purge une peine de prison avant d’être amnistié. Au moment de l’élection présidentielle de 1965, il fait partie du service d’ordre de Jean-Louis Tixier-Vignancour. Dans la période précédant Mai 68, il dirige le Front uni de soutien au Sud-Vietnam, qui fédère plusieurs mouvements (dont Occident, le REL et le MJR) et dispose d’un « quartier général » au Cercle du Panthéon, rue Quincampoix à Paris.

Il est blessé par un commando de maoïstes des Comités Vietnam de Base (CVB) venus détruire une exposition sur les crimes des Vietcongs, le 28 avril 1968.

Après Mai 68, il fonde d’autres mouvements, dont les Jeunesses patriotes et sociales (JPS) en 19695, et le Parti national populaire, tout en dirigeant la revue Contre-poison. Il tente sans succès d’unifier les mouvements d’extrême droite autour de son mouvement.

En 1972, Roger Holeindre participe à la fondation du Front national, et devint l’un des vice-présidents du parti.

Il fonde en 1985, puis préside, le Cercle national des combattants, regroupant des anciens combattants et des citoyens.

Lors des élections législatives de 1986, il est élu député dans le département de la Seine-Saint-Denis. Il siège à l’Assemblée nationale jusqu’aux élections anticipées de 1988.

En 2010, lors de la campagne pour la succession de Jean-Marie Le Pen à la tête du Front national, il prend position en faveur de Bruno Gollnisch. À la suite de l’annonce anticipée de la victoire de Marine Le Pen, Roger Holeindre quitte le Front national, estimant que la nouvelle présidente ne représente pas ses idées. En 2011, Roger Holeindre rejoint le Parti de la France, présidé par Carl Lang. Il intègre son bureau politique en 2013 et en devient président d’honneur en 2016.

En 2016 il a reçu le Prix Renaissance.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services