Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture

Rodney Stark, RIP

Rodney Stark, RIP

Rodney Stark, éminent sociologue des religions, est décédé le 21 juillet. En tant qu’agnostique, il a fait voler en éclats de nombreux lieux communs et préjugés, notamment anticatholiques. Selon Stark, la religion n’est en aucun cas “l’opium du peuple” et la société du troisième millénaire sera encore une société religieuse, malgré les prophéties positivistes.

Dans son livre, Le triomphe de la raison. Pourquoi la réussite du modèle occidental est le fruit du christianisme, Rodney Stark soutient que le christianisme est directement responsable des percées intellectuelles, politiques, scientifiques et économiques les plus significatives du dernier millénaire.

Il démontre que la théologie chrétienne en est la source même. Les autres grandes religions ont mis l’accent sur le mystère, l’obéissance et l’introspection. Seul le christianisme s’est ouvert à la logique et à la pensée déductive comme moyens d’accès aux lumières, à la liberté et au progrès. Au Ve siècle déjà, saint Augustin célébrait le progrès théologique et “l’invention exubérante”. Rodney Stark démontre avec vigueur que les valeurs qui nous sont les plus chères aujourd’hui – le progrès scientifique, le règne de la démocratie, la liberté des échanges et de la circulation des hommes et des idées – doivent largement leur universalité au christianisme vu comme une tradition grandiose dont nous sommes tous les héritiers.

Dans Faux témoignages, il dénonce le protestantisme comme source de la légende noire contre l’Eglise : l’Inquisition fut l’un des chapitres les plus terribles et sanglants de l’histoire occidentale ;  l’obscurantisme a freiné la science jusqu’à l’arrivée des Lumières ; les croisades furent le premier exemple de l’avidité occidentale…

Dans cet ouvrage, Faux témoignages, Pour en finir avec les préjugés anticatholiques, Rodney Stark démontre que certaines idées fermement établies sont en réalité des mythes. Et il écrit justement à propos de ces légendes :

Tout a débuté avec les guerres déclenchées en Europe à la suite de la Réforme qui a opposé protestants et catholiques et fait des millions de morts. A la même époque, l’Espagne apparaissait comme la principale puissance catholique. Par réaction, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas ont alors déclenché d’intenses campagnes de propagande qui décrivaient les Espagnols comme de fanatiques barbares assoiffés de sang. Jeffrey Burton Russel, éminent historien du Moyen Age, écrit :

D’innombrables livres et pamphlets furent édités par les presses du Nord accusant l’empire espagnol de dépravation inhumaine et d’horribles atrocités. […] L’Espagne était décrite comme un lieu de ténèbres, d’ignorance et de mal.

[…] Mais les protestants en colère n’étaient pas les seuls à inventer ces histoires ou à y acquiescer. De nombreux mensonges analysés dans les chapitres qui vont suivre étaient soutenus par des auteurs antireligieux, notamment à l’époque des “Lumières”.

Partager cet article

3 commentaires

  1. Effectivement.
    La magie, la superstition, l’occultisme, demandent de payer les puissances par des sacrifices sanglants. On achète les Dieux et les démons par la mort et la souffrance de la victime.
    La Pâque chrétienne en rendant illégitime les sacrifices païens, dans le prolongement des prophètes de l’ancien testament, ouvre l’espace mental à la pensée rationnelle et scientifique. Pour gouverner la réalité matérielle, on ne paye pas un dieu païen ou un démon pour le faire, puisque le sacrifice du Fils de Dieu annule, ridiculise, délégitime, les sacrifices païens. Il reste donc à chercher à comprendre cette réalité matérielle de la création en l’observant telle qu’elle est.
    http://www.isidore-de-seville.fr/pages/histoire/Paques-science.html

  2. Il est agnostique ou protestant ?

    Dans cet article vous dites qu’il est agnostique mais dans cet autre vous le présentez comme protestant : https://www.lesalonbeige.fr/protestants-et-anticatholiques-des-lumieres-responsables-des-legendes-noires-contre-leglise/

Publier une réponse