Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Rite romain ‘extraordinaire’ : préparation des esprits

Cela fait quelque temps que l’on parle d’une possible libéralisation du missel de 1962, communément appelé rite de Saint Pie V. La rumeur qui s’étend à l’ensemble de la presse laisse entendre que cet événement approche et que la rumeur n’est là que pour préparer les esprits. Bon nombre de médias se sont emparés du bruit qui court :

  • Le Times évoque un indult ou une permission, qui serait déjà signé et attend d’être publié dans quelques semaines ;
  • L’AFP, citant une source vaticane, parle d’un "Motu Proprio" ;
  • Diverses dépêches s’en font l’écho (Italie, AP) ;
  • Selon l’agence APIC, le pape attendrait l’occasion favorable pour publier ce texte qui ne toucherait pas seulement à la question de la messe mais traiterait de la problématique ‘traditionaliste’ ;
  • Golias, il y a déjà quelques jours, évoquait cette décision -inéluctable- comme une "grave erreur" ;
  • Michel Kubler, rédacteur en chef religieux de La Croix, avoue, fataliste, être "mal à l’aise" face à la réintroduction du rite de Saint Pie V ;
  • Quant à Libération, une pleine page est consacrée à l’abbé Laguérie -le nouveau supérieur du non moins récent institut du Bon pasteur- avec un titre que ne renierait pas l’hebdomadaire La Vie : Vade Retro Soutanas.

En lisant tout ceci, et malgré les claires oppositions, on sent les esprits résignés : pour Benoît XVI la voie est libre.

Michel Janva

Partager cet article

11 commentaires

  1. Prions et espérons!
    Notre Pape semble réellement vouloir instaurer la vraie paix liturgique dans l’Eglise.
    Fasse Notre Seigneur que sa décision soit pleinement acceptée et suivie par l’Eglise universelle.
    Le collectif51

  2. Hosanna in excelsis Deo.
    Paix liturgique peu probable du fait de la haine réelle de la minorité moderniste ou de l’ignorance des masses catholiques qu’elle manipule en France ; mais égalité juridique de respect et de dignité retrouvés pour le Rite le plus catholique et ceux qui y sont attachés.
    Pour le reste, tout est Providence.

  3. Dans la ligné de la coquille citée il y a peu sur “Mgr XXIII”, notez cet extrait de l’entretien avec Kubler, auquel vous faites référence : “le rite du concile de 30”. Mieux que du Devos !

  4. Perso je vais à la messe , la seule que je connaisse, c’est-à-dire celle qui est (selon l’appellation souvent péjorative ici ou là) dite du nouveau rite.
    Je l’aime bien quand on n’y fait pas n’importe quoi. Mais là, ça ne dépend pas du rite, mais du prêtre…
    Pour revenir à l’article de Michel, je ne vois pas ce que celà peut faire à qui que ce soit que le rite de 1962 soit “libéralisé”…. J’entends par là : je ne vois pas ce que cela peut faire en mal !
    Après tout, puisque tous ces rites sont légitimés par l’Eglise, ils sont à la louange età la gloire de Dieu.
    En réalité je n’ai jamaispu comprendre les crispations n’y d’un coté ni de l’autre sur cette affaire.
    L’autorité c’est l’Eglise… et l’Eglise reconnais tous ces rites.
    Pour le reste vouer son frèreaux gémonies parce qu’il préfère tel rite ou tel chant…. J’ai l’impression que c’est de l’anti charité.

  5. @ Pascal G.
    On pourrait même dire une ultra-minorité. Ceci dit, que Golias et La Croix crient au scandale me semble presque une bonne chose !
    PS : c’est de l’humour, quoique…

  6. Les esprits résignés?
    Si ce sont ceux de nos ennemis, j’en doute, ils sauront se réveiller, pour semer la haine et la discorde.
    Si ce sont ceux des catholiques vrais et sincères j’espère bien que non.
    La messe de St Pie V a prouvé qu’elle était bonne.
    Le fait qu’elle soit absolument refusée par les protestants est en soi un label de qualité.
    Je ne ferais pas de remarque sur la messe conciliaire, si ce n’est que certain en ont profité pour autoriser des dérives dont je me souviens encore.
    Je m’interroge surtout sur la possibilité pour toutes les personnes nées après le concile, et qui n’ont pas bénéficié d’une instruction dite ‘traditionnelle” de comprendre quoi que ce soit à ce mélange des genres.
    J m’interroge sur leur possibilité d’apprécier toute la beauté, toute la profondeur de cette messe dite de St Pie V, qui pour moi a été celle qui m’a ramené à la religion après des années d’errance.
    Je suis attristé pour eux. Ils ont un manque, que je pense, on n’avait pas le droit de provoquer.
    Consulter mon très vieux missel qui date d’avant 1960, est pour moi une source d’émerveillement perpétuel.
    Ce livre m’a ramené à la lecture de la Bible, et particulièrement des psaumes.
    Avec un tel livre la prière devient, j’ose le dire, un passe temps extraordinaire.
    Ce missel n’est pas vieux ou ancien. Il est moderne, efficace, attrayant, bourré de prières toutes plus belles les unes que les autres.
    Prions Dieu, Benoît XVI va dans le bon sens.
    Le Diable ne restera pas sans réagir violemment.
    D’autant plus qu’il voit qu’il a déjà perdu la bataille !
    Et vous verrez que les coups les plus durs viendront sans doute de l’intérieur de l’Eglise.

  7. ce qui peut expliquer qu’il y a une quinzaine , lorsque la rumeur a commencé à filtrer, on a pu percevoir du côté des activistes de la l’église laïcisée un subit regain de fébrilité pour faire avancer leurs thèses dans les diocèses , s’efforcer de verrouiller des positions et d’écarter des prêtres diocésains gêneurs qui pourraient accueillir leurs confrères attachés à l’ancien rite.( je connais de très près un douloureux et scandaleux exemple…)
    Dans de tels cas on a même pu hélas constater même le retour des pratiques de persécution qui ont fleuri dans les séminaires et vidés ceux-ci dans les années post-soixante-huitardes.
    Il faut donc impérativement, dans le cas où se texte attendu paraît, ce qui semble très probable, se préparer à soutenir sereinenment, mais fermement notre Pape et veiller à ce que le texte soit appliqué.Il en va de l’avenir de l’Eglise en France et de son nécessaire à retour à l’unité conçue sur des bases restaurées.

  8. Pour faire suite au Synode sur l’Eucharistie le pape doit produire un document conclusif. Fin de la récréation pour tous ces petits metteurs en scène qui cherchent un nouveau truc pour parodier la messe. On s’en prend à la messe saint Pie V.Oubliez les Lefebvistes et tout le folklore négatif qui sert de prémisse pour refuser tout dialogue fraternel avec des frères et soeurs qui sont fidèles à l’Église du Christ et au Magistère. Doit-on les balyer sous prétexte qu’ils nous déplaisent? Le Christ se pencha et se mit à écrire sur le sol. Il ne resta plus que Lui et la femme. Que nous habite l’amour qui nous fera avancer vers l’autel de Dieu, la joie de ma jeunesse.

  9. henri ,
    j’apprécie votre remarque car je me sens prise entre deux feux, j’aime la liturgie c’est mon sujet de mémoire.
    Comment concilier les deux rites sans fusion ni opposition ? Comment faire découvrir aux quadra/quinquas la profondeur spirituelle de la Tradition qui nous vient de Jésus lui-même?
    Par un lent et perséverant travail de formation d’abord des COEURS. Quand autour de nous les gens découvriront le coeur aimant et miséricordieux de Dieu, ils chercherontà “entrer en liturgie” pour exprimer en retour leur action de grâce.
    Si nous attaquons par la liturgie ci ou ça, nous tomberons dans le ritualisme. La liturgie au service des vertus théologales et pas pour elle même. Qui préside nos liturgies? Vers qui sont elles tournées? Que s’y passe t’il?
    Cela on peut le vivre très profondément, très mystiquement dans les deux rites.
    L’unité n’est pas l’uniformité. Mais le vrai risque c’est de s’opposer les uns aux autres. Ceux qui aiment le rite pré-conciliaire devront, tout comme ceux qui préfèrent le plus récent, faire véritablement oeuvre de paix fraternelle. parce que derrière cela, c’est tout l’enjeu de l’évangélisation , cohérents ou pas? Dans la Vérité de la Foi? C’est cela que voient les “chercheurs de Dieu”

  10. Lettre d’information de Zenit de ce matin : “ROME, Jeudi 12 octobre 2006 (ZENIT.org) – Pour faciliter la célébration selon le rite S. Pie V, le pape Benoît XVI s’apprêterait à publier un « motu proprio » sur ce que le pape appelle « la forme extraordinaire du rite romain » : la presse italienne apporte chaque jour des précisions.
    Selon le « Corriere della Sera » de ce 12 octobre par exemple, le pape souhaiterait que les évêques puissent accorder l’indult pour la célébration de la messe selon le rite S. Pie V – précisément, l’utilisation des livres liturgiques de 1962, donc, d’avant le concile – si un groupe de 30 fidèles le demandent.
    Le texte serait presque prêt, mais devrait encore faire l’objet de mises au point, notamment en lien avec la congrégation romaine pour le Culte divin et la Discipline des sacrements, dont le préfet est le cardinal Francis Arinze, et avec la Commission pontificale « Ecclesia Dei », présidée par le cardinal Dario Castrillon Hoyos. La célébration selon le rite S. Pie V serait autorisée un peu à l’instar des différents rites catholiques de cultures différentes, en Inde, en Afrique, ou même le rite ambrosien de Milan.
    Actuellement, l’indult du pape Jean-Paul II, de 1984, prévoit que l’on adresse à l’évêque du lieu une demande pour pouvoir célébrer selon l’ancien rite. A l’évêque de décider s’il l’accorde ou non. Dans les nouvelles dispositions, l’évêque, commente le « Corriere », ne pourrait pas opposer de refus mais aurait la charge de réglementer la célébration quant par exemple à l’horaire, à l’autel, à l’église.
    Rappelons que la question a été l’un des sujets abordés par les cardinaux lors du consistoire du 23 mars dernier : une vingtaine d’interventions auraient suggéré d’élargir les permissions actuelles aux fidèles et aux prêtres qui accepteraient l’autorité du concile œcuménique Vatican II.
    Rappelons que Benoît XVI a déclaré dès le début de son pontificat que l’une des priorités de son ministère serait l’unité de l’Eglise.
    Récemment, le cardinal Jean-Pierre Ricard évoquait l’institution de l’Institut du Bon Pasteur dans le diocèse de Bordeaux, avec la permission de célébrer dans ce rite, comme une « main tendue » de Benoît XVI vers les traditionalistes.
    Et pour sa part, le secrétaire de la congrégation romaine pour le Culte divin et la Discipline des sacrements, Mgr Malcolm Ranjith, Indien, a évoqué cet institut, dans un entretien accordé au mensuel italien « Trenta Giorni », comme un signe de la « disponibilité » du pape à écouter les fidèles attachés à l’ancienne liturgie. Mais justement, cet institut a également accepté la nouvelle liturgie, qui peut être célébrée en latin comme dans les différentes langues vernaculaires.
    ZF06101204”

  11. Prions et espèrons. Mais on peut ne pas être optimiste lorsqu’on voit l’opposition très marquée au projet du Saint Père de certains hommes d’Eglise, et même de certains évêques de France (on n’a pas connaissance de réactions dans d’autres pays) qui s’emploient à torpiller ledit projet en invoquant toutes sortes de raisons pastorales ou autres.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services