Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Retraites des mères : le Pr Joyeux menace

Président du mouvement Familles de France, le Professeur Joyeux réagit au projet de réforme de la retraite des mères :

F "Si le gouvernement touche à un iota de la retraite des mères de famille, elles descendront dans la rue ! En quelques jours nous avons obtenu près de 1500 signatures de l'appel de Familles de France pour défendre les droits des mères de famille, qui ne sont pas – il faut le préciser – des avantages, mais vraiment des dûs. Le gouvernement écoute les syndicats parce qu’ils sont capables de faire du bruit. Nous voulons que les associations familiales soient traitées comme des partenaires sociaux à part entière. Et s’il faut mettre toutes les femmes de France dans la rue, nous le ferons. Familles de France ne veut pas d’une solution bâtarde ! Certains ont imaginé que la première année de retraite irait à la femme et systématiquement la seconde à l'homme car il éduque aussi l’enfant. Mais qui sacrifie une partie de sa vie professionnelle pour le bien de ses enfants, sinon la femme ? La mère de famille est irremplaçable. […]

La politique familiale a fait ses preuves en France, elle reste encore insuffisante, quand on calcule que le niveau des allocations familiales a été divisé par cinq depuis leur origine. Cela traduit une ignorance généralisée de l'importance de la politique familiale. Aujourd’hui, pour nos gouvernants comme pour la plupart des Français, la politique familiale est devenue synonyme de politique sociale. Or, la politique familiale, c’est une politique qui compense (trop partiellement) la charge financière que représente l'enfant, elle n'est versée qu'à partir du deuxième enfant et c'est quand les parents en ont le plus besoin, quand le grand ado coûte le plus cher, vers 18-20 ans, qu'elle est supprimée."

Partager cet article

5 commentaires

  1. d’accord, çà fait longtemps que je ne suis pas descendue dans la rue !

  2. Merci de citer Le Professeur Joyeux et de renvoyer (discrètement) à la source sans citer Famille chrétienne de façon visible. Pourtant quelques posts plus bas, on cite les sources moins discrètement : Var-Matin, Le Progrès, Marianne…
    Emmanuel Bourceret, Rédacteur en chef de Famillechretienne.fr
    [C’est ainsi qu’on procède de façon générale, n’y voyez pas malice. Dans les posts du jour, vous avez aussi remarqué que ne sont cités ni l’AFP, ni Le Figaro, ni La Croix, ni e-deo, ni La Provence, etc.
    Vous aurez noté également que Famille chrétienne est inscrit dans nos liens, dans la colonne de gauche.
    MJ]

  3. Nous aussi , nous viendrons en clan, et avec les amis!
    C’est l’évidence même que rappelle le professeur. Si seulement il était entendu, compris et invité par le Président afin de rétablir cette juste rémunération du travail des mères au foyer qu’un homme comme A. SAUVY avait contribué à mettre en place il y a 70 ans.
    Fallait-ils que nous soyons moins bêtes alors!
    Le risque réel, c’est de favoriser les étrangers et ce serait un appel d’air “immigrationiste” fantastique.
    Une réforme globale doit donc être envisagée. Mais je rêve, là aussi.

  4. il n’y a pas d’autre moyen que de descendre dans la rue si on veut se faire entendre; nous sommes prêts à y aller!

  5. Vous semblez mal rensegnée : à ma connaissance, pour les 2 années de cotisations offertes aux mères, il leur suffirt d’avoir eu cet enfant à charge jusqu’à l’âge de 7 ansn, de mémoire. Autrment dit, elles ne sont nullement obligées de rester à la maison pour les éduquer. On ne voit dàs lors absolument pas pouquoi on leur ferait cadeau d’avoir du bon temps libre à l’âge de la retraite, pour leur loisir (elles n’ont plus d’enfant à s’occuper à cet^âe-là), alors qu’elles n’ont nullement eu l’obligation d’éduquer leurs enfants en bas âge. Il faudrait au contraire prendre des mesures incitatives pour aider les mères à s’occuper de leurs jeunes enfants lorsqu’ils sont petits (genre : salaire familial), ce qui n’a rien à voir avec le départ en retraite : que les jeunes mères ne rêvent pas ! il n’y aura pour elles (ni pour leur mari) à l’avenir plus de moyens pour la retraite !
    Dès lors, à quoi cela sert-il de se battre ?
    Les mères auraient tellement de choses à combattre, notamment pour l’égalité entre les femmes (entre celles qui bossent en entreprise et celles qui bossent la maison : et en l’occurence je répère, ce cadeau de 2 ans de cotisation actuel concerne aussi bien les femmes qui gagent un salaire sans s’occuper du tout de leur enfant !).

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services