Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Benoît XVI

Retour sur l’entretien télévisé de Benoît XVI (3)

Abordant le thème de la famille, le journaliste fait remarquer au Pape qu’il n’avait pas utilisé les mots "mariages homosexuels" lors de ses interventions à Valence. En répondant, le Souverain Pontife nous donne à tous une consigne d’une grande importance, puisqu’il nous recommande de ne pas présenter le catholicisme comme "une somme d’interdits".
En effet, aujourd’hui "il est nécessaire de proposer aujourd’hui nos idées positives" et "Il est donc important, avant tout de mettre en
évidence ce que nous voulons. En second lieu, on peut aussi voir ce que
nous ne voulons pas et pourquoi
".

Sur la famille :

" (…) Il faut savoir avant tout
ce que nous voulons réellement, n’est-ce pas?
Et le christianisme, le
catholicisme, n’est pas une somme d’interdits, mais une option
positive. Et il est très important que cela soit à nouveau visible, car
aujourd’hui cette conscience a presque totalement disparu.

On a
tellement entendu parler de ce qui n’était pas permis qu’il est
nécessaire de proposer aujourd’hui nos idées positives: nous avons une
idée positive à vous proposer à savoir que l’homme et la femme sont
faits l’un pour l’autre,
(…) le mariage, qui est la rencontre
débordante de bonheur et de bénédiction d’un homme et d’une femme, et
puis la famille qui garantit la continuité entre les générations, et où
les générations se réconcilient entre elles et où même les cultures
peuvent se rencontrer.
Il est donc important, avant tout de mettre en
évidence ce que nous voulons. En second lieu, on peut aussi voir ce que
nous ne voulons pas et pourquoi.

Et je crois qu’il faut voir et
réfléchir, car, et ce n’est pas une invention catholique, l’homme et la
femme sont faits l’un pour l’autre afin que l’humanité continue à
vivre :
toutes les cultures le savent.
En ce qui concerne l’avortement,
il n’entre pas dans le sixième mais dans le cinquième commandement: «tu ne tueras point!». Et cela nous devons le considérer comme une
évidence et nous devons toujours réaffirmer que la personne humaine
commence dans le sein de sa mère et reste une personne humaine jusqu’à
son dernier souffle.
L’homme doit toujours être respecté en tant
qu’homme. Mais cela devient plus clair si on a commencé par dire ce
qu’il y a de positif
".

Lahire

Partager cet article

3 commentaires

  1. “Il faut savoir avant tout ce que nous voulons réellement, n’est-ce pas? Et le christianisme, le catholicisme, n’est pas une somme d’interdits, mais une option positive. Et il est très important que cela soit à nouveau visible, car aujourd’hui cette conscience a presque totalement disparu”.
    Magnifique! Rien à ajouter.

  2. Les successeurs de St Pierre doivent exposer avec force et haute voix l’intégralité de la doctrine, c’est là tout leur rôle et de se faire obéir des évêques dans l’application des choses qui doivent être “redressées” dans la conduite de l’Eglise.
    […]

  3. @ Louis :
    J’ai supprimé une partie incompréhensible de votre commentaire.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services