Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

Retour sur la terrible répression révolutionnaire en Vendée

Capture d’écran 2016-06-11 à 15.21.04C'est un numéro exceptionnel que nous offre le dernier numéro du Figaro Histoire, sous la direction de Michel de Jaeghere et Geoffroy Caillet, avec les contributions de Reynald Secher, Philippe de Villiers, Philippe Maxence, Philippe Pichot-Bravard… Ces spécialistes racontent cette terrible guerre civile, longtemps ignorée par l'Histoire, qui vit des paysans défendre leur liberté religieuse et leur conviction royaliste contre un Etat totalitaire et sanguinaire. Le Figaro ne masque pas l'extermination méthodique et cruelle de la population :

"A partir du  27 juillet 1793, il s'agit d'éliminer le plus grand nombre de Vendéens, le plus rapidement possible et à moindres frais. Tout à été imaginé en la matière au plus haut niveau de l'Etat, notamment l'utilisation des mines terrestres, le poison à grande échelle et même le gaz […]. 

Suite au constat de l'échec de la science et vu l'urgence et l'ampleur de la tâche à accomplir au nom de l'intérêt général de la nation, on va alors avoir massivement et principalement recours aux sablages (sic), à la décollation notamment avec la guillotine, à la balle, à l'éclatement des crânes, au feu, à la noyade. On croit que les noyades sont un fait nantais. C'est inexact : on noie partout en Vendée, là où il y a de l'eau c'est-à-dire dans l'océan Atlantique, les mares, les puits, les fossés… […]

De cette politique de meurtres de masse à grande échelle l'imagination des bourreaux a été fertile comme à La Chapelle-Basse-Mer, en Loire-Atlantique, où on a écrasé des femmes et des enfants dans un pressoir à long fût, conservé dans la dîmerie du village ; à Champtoceaux, où l'on a asphyxié des habitants dans une grotte. On a même utilisé les fours à pain comme fours crématoires… Et que dire de la tannerie de peaux humaines aux Ponts-de-Cé, des dépiautages, des momifications, de la fonte des corps pour récupérer la graisse à Clisson…"

À tous les lecteurs du Salon Beige en France, j’irai droit au but : pour poursuivre son travail le Salon Beige a besoin de vos dons. Le combat culturel que nous menons est violent et nos opposants disposent de moyens infiniment plus importants que les nôtres. Nous sommes en permanence ciblés par des personnes et des groupes qui savent utiliser l’argent, les médias et … la justice pour nous combattre et nous détruire.

Oui, notre existence dépend de vos dons. Nos besoins ne sont pourtant pas immenses, loin de là !
Il suffirait que chaque année 3 000 personnes fassent un don ponctuel de 50 € ou bien que 1 250 fassent chaque mois un don de 10 € pour que l’existence du Salon Beige soit assurée !

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule.
S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services