Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Valeurs chrétiennes : Education

Restreindre la représentation des parents au sein de l’Education nationale ?

14446345_10210474851008341_168252730_o-590x400Les propositions du Collectif Racine, composé d'enseignants, proches du FN, ont été remises le 22 septembre à Marine Le Pen pour refondre l'école et l'université de demain. Il y a  de bonnes idées dans ces propositions, dont le retour à la méthode syllabique pour l'apprentissage de la lecture, le retour aux fondamentaux (lecture, écriture, opérations, latin…), notation chiffrée, suppression du collège unique, apprentissage à 14 ans… Mais d'autres se caractérisent par leur étatisme. Florilège :

"Abaisser l’âge de la scolarité obligatoire de 6 à 5 ans" (proposition 1)

La proposition 51 est ambiguë : si c'est pour refuser les associations LGBTistes, c'est une bonne idée, mais que signifie cette "neutralité" et qui en jugera ?

"Contrôler strictement les associations et particuliers se proposant d’intervenir devant les publics scolaires, en ne leur donnant accréditation que sur la base des critères de neutralité idéologique et d’intérêt pédagogique des interventions qu’ils proposent."

La proposition 57 est intéressante :

"Redéfinir les rapports entre les parents d’élèves et l’Ecole : c’est à eux qu’il revient d’éduquer les enfants, l’Ecole ayant quant à elle pour mission de les instruire. […]"

Mais la 58 semble la contredire :

"Restreindre la représentation des parents d’élèves, au sein des organes décisionnaires aussi bien que consultatifs de l’Education nationale : il n’appartient pas aux parents de se prononcer et encore moins de prétendre influer sur les pratiques et méthodes pédagogiques, ni de soutenir, au titre du principe de neutralité, aucun positionnement idéologique ou point de vue partisan."

Proposition 78 :

"Préserver les spécificités des établissements privés sous contrat, telles que définies par la loi n°59-1557 du 31 décembre 1959 sur les rapports entre l’Etat et les établissements d’enseignement privés (« loi Debré »). Les établissements privés sous contrat restent assujettis, en termes de programmes et de définition des pratiques pédagogiques, aux mêmes orientations nationales que les établissements publics."

Proposition 79 :

"Soumettre les établissements privés hors contrat à des inspections régulières visant à éviter toute dérive sectaire et à vérifier la conformité des enseignements et des pratiques avec les principes de la République."

Outre le fait qu'il faudrait définir ces fameux "principes de la République", il est dommage de ne pas donner plus de liberté aux établissements.

Partager cet article