Réseaux et “amitiés” sur le net : l’urgence d’éduquer

Un document très intéressant d'une religieuse qui commente le message du Pape adressé aux participants d'un congrès organisé fin avril à l'Université pontificale du Latran sur le thème du Message est en ligne sur Zenit. On y lit beaucoup de points à méditer au regard de son usage personnel du net (Facebook, chats, etc).

  • Risques sur la vérité :
Toile "Ne voyant pas l'autre, on peut s'exprimer avec plus de liberté, mais
peut-être aussi dire des choses qui ne sont pas vraies, perdant ainsi
d'une certaine façon son identité personnelle
, son authenticité. Il est
important d'être conscients que nous nous portons nous-mêmes sur le
réseau, avec notre histoire, nos espoirs, nos relations personnelles".
  • Risque de s'exhiber et donc de susciter l'envie de voir :
"Jeunes et adolescents sont habitués à dire, écrire ou se présenter
à travers des textes, messages, images et vidéos. Parfois ils ne
semblent pas conscients de ce qu'ils écrivent ou téléchargent sur le
réseau. Une fois publié, tout le monde peut le voir, et c'est alors
qu'on peut perdre le contrôle de l'endroit où peut aller ou arriver
l'information.
Ils ne savent pas toujours que toutes les
données qu'ils fournissent concernant leur propre profil, comme les
goûts, les intérêts, constituent des informations d'une importance
capitale pour le marché, la publicité
".
  • Risque de dénaturer les vraies relations :
"Un risque que nous courons tous est de multiplier les relations,
d'avoir une multitude d'amis en ligne mais d'oublier le nom de la
personne qui est près de nous et que nous rencontrons tous les jours
".
  • Risque de perdre son temps, premier don de Dieu :
Tpsnet "Il y a un autre risque : le temps passé sur le réseau. Les jeunes, et
même les adultes, passent de plus en plus de temps sur Internet
".
  • Risque d'y laisser des pans de culture :
"il est difficile de comprendre le langage des jeunes du Net. Les
enseignants sont inquiets car, à l'école, garçons et filles ne savent
plus écrire dans leur propre langue, font des fautes d'orthographe et
de grammaire.

Cette contraction des mots et la possibilité de
s'exprimer se répercute sur la capacité d'exprimer ses propres
sentiments, de laisser de la place à son intériorité
, de raconter ses
propres expériences".
  • Risque de perdre le vrai sens de l'Amitié :

 "Mais il est important de s'interroger sur le lien que ces amitiés ont
avec la vie réelle.
Le pape dans son Message demande aux jeunes d'être
attentifs à ne pas banaliser l'amitié, à respecter l'autre, à grandir
avec lui. Les environnements du Réseau sont multiples, ils dépeInternndent du type d'amitié, du degré de maturité de la communication : les jeunes
sont « noma
des » et passent d'un espace à l'autre, émigrent d'une
ressource à l'autre, mais toujours en quête d'espaces
dans lesquels
échanger des informations, communiquer, entrer en relation, se
raconter. Les plus petits pourront préférer Twitter, MySpace, Netlog.
Les plus grands, Facebook,
pour ensuite se rencontrer sur Instant
Messaging, jugé plus personnel".

  • La solution : éduquer aux nouvelles technologies

"La première étape est de comprendre qu'Internet est un des canaux mis à
notre disposition aujourd'hui pour communiquer, l'un des canaux mais
pas l'unique.
Eduquer donc dans la « continuité » de la communication :
je peux rencontrer mes amis sur le Net, mais je n'oublie pas ceux de ma
classe, du groupe, du sport, etc
.

Un second aspect, éduquer à la relation : chaque interaction
nécessite du temps pour croître et mûrir, sur le Net ou en dehors. La
découverte de l'autre n'est pas instantanée. Chaque rencontre a besoin
de temps.
Donc, éduquer à ne pas fuir la fatigue de la communication :
il est souvent plus facile de joindre un ami avec un simple click que
d'attendre et avoir la patience d'attendre que l'autre sourie, parle,
s'ouvre
.

Enfin, ne pas laisser seuls les jeunes, les enfants,
dans ces expériences en ligne ; mais rester à leurs côtés, peut-être
même surfer ensemble à la découverte d'Internet
".

Laisser un commentaire