4 réflexions au sujet de « Remaniement ministériel le 24 juin »

  1. Sancenay

    Cette mesure exceptionnelle pourrait aussi être une réponse cinglante pour certains dont la “victoire” était en réalité plus que plombée par le désaveu record infligée à “la majorité dite présidentielle” le 7 juin dernier.
    Car qui pourrait imaginer que le Président Sarkozy, quelque soit l’appréciation qu’on porte à l’usage qu’il fait de sa marge de manoeuvre en terme de gouvernance, ait traduit le résultat comme un plébiscite de la campagne menée par les sans-culottes de l’UMP.
    Si d’ailleurs cela était le cas, on le saurait déjà.
    Pour ma modeste part, j’ai apperçu des mines au triomphe bien modeste le soir du 7 juin, qui en disaient plus long qu’un creux discours, ainsi que quelques absences remarquées de quelque furie qui avaient cru l’heure du grand soir arrivé …
    On ne réunit pas un congrès dans la situation où nous sommes ,hélas,rien que pour se féliciter d’un tournant certes plus qu’habilement négocié, mais qui, face aux nécessités criantes, demeure à traduire en redéploiement circonstancié si l’on veut traiter le sujet au fond et non pas dans l’absurde et vaine forme idéologique irrationnelle que l’on nous a servie pendant la campagne et qui a assurément une part conséquente dans le niveau record de l’abstention.
    Nous verrons bien , mais il pourrait bien y avoir des ” vainqueurs et vainqueresses” dépités le 24 juin.
    Et le concept ringard et obsolète des partis pourrait en prendre un coup supplémentaire, ce qui ne serait pas un luxe par les temps qui courrent.

Laisser un commentaire