Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société / Valeurs chrétiennes : Education

Réforme du collège : l’Ecole libre sous hypnose

Logo-parents-pour-l-ecole-2Olivier Gosset (blog de Parents Pour l'Ecole) continue de tirer la sonnette d'alarme au sujet de la réforme du collège, soutenue par l'Enseignement catholique. Extrait :

[…]Soucieuse de dissiper le trouble, l’Apel publiait sur son site un onglet dédié à la réforme du collège. On y apprenait que l’association « soutenait celle-ci », arguant que « l’Enseignement catholique et ses partenaires y étaient également favorables ». Le Secrétariat Général de l’Enseignement catholique proposait de son côté un « kit d’appropriation des programmes de l’école et du collège. Les atermoiements étaient oubliés, on passait de la réserve au soutien et du soutien à la mise en œuvre : les critiques initialement formulées ne semblaient rétrospectivement que façade.

A l’inverse, l’enseignement catholique publiait un texte qui trahissait une promptitude au consentement. Ni datée ni signée, une « Mise en place de la réforme du collège » commençait par discréditer les adversaires cette dernière arguant que la « liberté » qu’elle mettait en œuvre pouvait « paniquer ». Mieux, elle opposait à cette fébrilité alléguée un optimisme qui confinait à la cécité : le texte s’achevait par une invitation à « penser et à vivre la réforme du collège à la lumière de ce que peut apporter l’invitation à réenchanter l’école ». Ainsi, le décret imposé ne devait pas empêcher de « réenchanter le nous », « les savoirs », « les possibles », « la relation », et même, assurait-on, « notre rapport au monde ». Par une convergence inattendue, les féeriques intentions portées par Monsieur Balmand trouvaient, dans les vues de Madame Vallaud-Belkacem, un prolongement, une confirmation. L’enchanteur Merlin se félicitait d’avoir enfin trouvé, au plus haut sommet de l’État, sa Mélusine.

Disparate, ce duo aurait pu faire sourire, si les noces célébrées ne l’avaient été au détriment des élèves. Le document cité énonce en effet des constats que la réalité de nos collèges, privés ou publics, dément chaque jour. On s’y félicite d’un «horaire dédié à l’accompagnement personnalisé », « selon les besoins de chacun ». Si elle est effectivement octroyée par la réforme du collège, l’heure d’accompagnement personnalisé ne présente, aux yeux des enseignants comme des élèves, qu’un seul inconvénient : elle se déroule en classe entière. On vante en outre des « enseignements pratiques interdisciplinaires », qui « ne se traduiront », par aucun « affaiblissement des savoirs ». Si les fameux EPI sont effectivement réalisés à l’occasion de tel ou tel horaire disciplinaire, comment cela pourrait-il, en termes de temps, ne pas affecter la discipline en question et donc le savoir lui-même ? Enfin, on assure que « le maintien des classes bilangues est acquis dans beaucoup de territoires ». Triomphalisme qui confine à l’antiphrase, une telle assertion passe sous silence le fait que bien des enfants ont dû arrêter, en cours de scolarité, un parcours bilangue, des Académies entières ayant été spoliées, tandis que d’autres furent préservées. Révélateur d’une institution en crise de clairvoyance, « La Mise en place de la réforme du collège » montre une direction insoucieuse des réalités du terrain. En politique, on appelle cela un déficit de représentativité. Dans l’Église, il s’agit d’un défaut de communion, la tête du corps n’étant plus liée à aucun de ses membres.

La réforme du collège et l’assentiment qu’y donnèrent les autorités de l’école libre furent un choc."[…]

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cet émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services
Copied!