Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Homosexualité : revendication du lobby gay

Réforme de l’adoption : au profit du lobby LGBT ?

Réforme de l’adoption : au profit du lobby LGBT ?

L’Assemblée nationale examine aujourd’hui une proposition de loi visant à réformer l’adoption, présentée par le député Monique Limon (photo). L’objectif affiché est de favoriser l’adoption d’enfants aujourd’hui maintenus en foyers ou familles d’accueil alors que leur intérêt serait d’être adoptés.

Mais alors pourquoi le texte supprime-t-il l’activité en France des organismes autorisés pour l’adoption (OAA), alors que, depuis des années, ils ont permis à des milliers d’enfants confiés à l’adoption de trouver leur famille? Les OAA sont des associations autorisées qui recueillent en France des enfants en vue de leur adoption, et/ou servent d’intermédiaires entre les familles ayant l’agrément et les départements, en particulier pour trouver des familles pour les enfants à particularité (fratries, enfants plus âgés, malades ou handicapés). Le texte maintient l’activité d’intermédiaire des OAA en vue de l’adoption à l’international, mais supprime cette activité en France sans explication et de façon très dommageable. Certains parents, le plus souvent des femmes enceintes, ne souhaitent pas confier leur enfant à l’ASE car elles ont été elles-mêmes pupilles de l’État et ne veulent pas que leur enfant suive le même parcours qu’elles. Pour l’enfant, être confié à un OAA n’emporte aucun préjudice, mais constitue au contraire une chance puisque 100 % des enfants concernés sont aussitôt adoptés, y compris les enfants malades ou handicapés.

Par ailleurs, la suppression de l’exigence actuelle que le couple d’adoptants soit marié est contraire à l’intérêt de l’enfant car le statut du mariage est plus protecteur que le concubinage ou le pacs. Selon l’exposé des motifs, le but est de mettre fin à une différence de traitement face à l’adoption entre couples mariés et couples non mariés. Mais en quoi l’intérêt de l’enfant est-il concerné par l’égalité entre les couples mariés ou non mariés ? Des personnes qui n’ont pris aucun engagement l’une envers l’autre offrent moins à l’enfant les garanties de stabilité dont il a besoin.

Juristes pour l’enfance s’étonne que la commission des lois a supprimé la référence à l’intérêt supérieur de l’enfant, pour la remplacer par la notion d’intérêt de l’enfant.

L’association Tombée du nid alerte les députés sur la suppression de l’activité en France des OAA. La moitié des pupilles de l’État (49% en 2019 selon Adrien Taquet), sont privés d’adoption en raison de la communication difficile entre départements et de la difficulté pour les départements de trouver des familles pour les enfants à particularité (fratries, enfants âgés, enfants handicapés ou malades). Or, les OAA sont là pour pallier cette carence et mettre en relation les familles et les départements.  Comment la proposition de loi peut-elle balayer  le travail remarquable accompli depuis tant d’années par les OAA en France ?

Dans un entretien au journal LGBT Tenu, Monique Limon déclare sans ambiguïté :

Nous voulons faciliter l’adoption des homoparents. On souhaite que les Conseils de famille soient composés d’une personne dont l’expertise est liée à l’éthique et la lutte contre les discriminations. Cela permettra d’avoir toutes les qualités autour de la table. On demande aux membres des Conseils de famille d’avoir une formation obligatoire pour que chacun ait une culture des discriminations. Mais c’est un changement de société, il se fera, mais pas du jour au lendemain.

Partager cet article

3 commentaires

  1. l’un des conséquences de ces lois sera l’arbitraire, on ne se préoccupe plus de l’intérêt supérieur de l’enfant seul compte le « projet parentale ». Sur le papier c’est joli mais il se heurte le plus souvent au réel, aux conflits familiaux aux aléas de la vie, l’enfant en devient un enjeu.
    Les naufragés de la vie sont nombreux, on devraient en tirer des leçons.

  2. Il faudrait faire un partenariat avec les SPA et aussi une fourrière pour récupérer les enfants abandonnés

  3. Le nom du député qui a déposé le projet de loi correspond parfaitement à la circonstance.
    Le limon, la fange, la boue sont les sources de ce projet satanique qui va sacrfier des milliers d’enfants au vice d’humains contre nature, après en avoir sacrifié des milliers avec le sang contaminé et les hormones de croissance.
    Le régime se transforme en Moloch qui réclame toujours plus de sacrifices d’enfants innocents. Et la « détresse psychosociale » permettra bientôt l’assassinat des enfants à leur naissance…

Publier une réponse