Réflexion : sécurité ou liberté?

Lu ici :

"Bientôt la vitesse en voiture bridée par le GPS? C'est ce que propose de faire ce boîtier en test sur des véhicules officiels à Londres.
Londres est en train de tester un système qui permet de limiter la vitesse de certains véhicules. C'est un boitier de type GPS qui sait donc sur quelle portion de route vous êtes, et donc peut vous indiquer la vitesse… et aussi limiter votre vitesse. Si le conducteur veut dépasser la vitesse maximale indiquée, la pédale de l'accélérateur n'aura plus d'effet".

On prête cette phrase à Benjamin Franklin :

"Celui qui est prêt à sacrifier un peu de liberté pour obtenir un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et finit par perdre les deux et finit par perdre les deux".

Quel qu'en soit l'auteur, elle mérite de plus en plus qu'on s'y arrête.

Lahire

10 réflexions au sujet de « Réflexion : sécurité ou liberté? »

  1. Sancenay

    sans oublier que le GPS ets en soi un “mouchard” perfectionné et que la délation est un des principes de base de la Terreur , mode de gouvernement de secours de tout système d’inspiration révolutionnaire qui se respecte.
    Avec le GPS, plus la surveillance d’internet, “l’affaires des fiches “, c’était de l’amateurisme. Ah la religion du Progrès: arrêtez-moi , je sens que je vais me convertir !

  2. Exupéry

    Cette citation est bien de Franklin, mais j’en ai une traduction un peu différente, quoique de même signification: ” Ceux qui renoncent à des libertés essentielles pour la sûreté provisoire ne méritent ni la liberté ni la sûreté.”

  3. Ludovic

    Cette citation est trop globale pour être vraie, elle ne peut s’appliquer à tous les contextes, cf. par exemple le cas du fameux préservatif rappelé pluis haut…
    C’est une citation que l’on pourrait qualifier d’ultralibérale.
    Je vous conseille sur le sujet de la liberté, la lecture du texte de J. Ratzinger, Liberté et vérité (le fameux texte d’abord publié dans Communio, puis qui a ensuite été publié dans une revue qui avait publié 3 ans avant un article négationniste).
    Il explique que la notion de liberté véritable ne peut se comprendre sans prendre en compte la relation à l’autre.
    Il montre en particulier que le fait de tout permettre est une négation de la liberté, et non pas un liberté…
    [en conclusion, vous revenez à mon titre! Le tout en opposant le discours de Benoît XVI. Devrais-je vous opposer ces mots sur le totalitarisme, ainsi que ceux de Jean-Paul II? Non, car il n’y a pas contradiction, il y a un juste milieu à trouver entre vos mots et la liberté absolue. Et cette mesure semble être un dérapage vers un contrôle exagéré et une déresponsabilisation de l’homme, et finalement de l’homme. “Etre homme, c’est précisément être responsable. Lahire]

  4. Paolo

    Ou quand la technique, sensée libérer les hommes, les asservit…
    La démocratie est un régime dans lequel le peuple choisit lui-même ses propres chaines. Il faut choisir : entre l’ordre social et un régime garantissant la liberté.
    Reste encore à définir le terme de liberté… dont la plurivocité montre tout le danger qu’il y a à fonder une politique sur des mots, tellement utilisés et galvaudés qu’ils en deviennent coquille vide.
    Plus prosaïquement, je crois qu’on est mal barre.
    Ah mon IP a sans doute déjà été scannée ! ;o)

Laisser un commentaire