Réflexion d'un prêtre sur la participation à la manifestation du 24 mars

A l'écart des querelles de personnes et des animosités, au-dessus des préoccupations temporelles, les yeux sur l'horizon du bien commun, ces lignes recentrent les catholiques sur leur réelle responsabilité et sur leur devoir d'évangélisation d'un débat qui semble leur échapper :

"Enfin, avant de vous quitter, je ne saurais trop vous encourager à remettre cela : la montée à Paris pour la manifestation du 24 mars. Elle tombe mal puisque c'est le dimanche des Rameaux. Mais il convient que vous y alliez.

Certes, c'est un investissement de bien des manières, en temps et en argent. Mais l'enjeu appelle un engagement personnel hors du commun. Nous devons tout mettre en oeuvre pour exprimer le type de société que nous voulons pour nous, pour nos enfants. Naguère, nos pères et nos mères ont vécu l'engagement militaire pour défendre notre terre. Beaucoup sont morts. Aujourd'hui, il ne nous est pas demander de mourir; refuserions-nous le combat? Si oui, d'accord! mais sous quel prétexte?

Je dis et redis encore que le péché par pensée, parole ou action est grave; mais le péché par ommission l'est bien davantage. Ceux qui font le mal sont effectivement mauvais. Ceux qui ne font pas le bien sont pires. Si ce n'est pas nous, disciples du Christ, qui avons le moyen de faire le meilleur pour la société, qui a cette capacité? En conséquence de quoi, si les capables du meilleur ne pensent pas, ne parlent pas et n'agissent pas, il est clair que les capables du meilleur deviennent responsables du pire qui advient.

Je vous mets en garde contre cette tentation de rejeter la faute sur les mauvais. Avant de dénoncer un pécheur et de manifester un scandale, assurons-nous d'avoir fait tout ce qui était de notre recours pour éviter ce mal. Notre lâcheté est souvent causée par notre préférence pour la facilité. Le facile conduit rarement au bien. Le bien s'acquiert après un travail ardu; c'est trop évident".

Au travail ! Oui, l'heure est grave, la tâche ardue et le prix à payer sera certainement très lourd.

24 réflexions au sujet de « Réflexion d'un prêtre sur la participation à la manifestation du 24 mars »

  1. chronophage

    Je serai présent le 24. Mais je pense que le facile est de manifester anonymement et sans risque personnel aucun, dans la bonne conscience du devoir accompli : 1984, puis contre le Pacs, puis maintenant en 2013, cela fait une journée tous les 10 ans. Non, il est plus dur est de s’engager associativement et politiquement, HORS de TOUT COMPROMIS style Union Civile, etc….
    Car tirer une flèche émoussée (Nous aimons les homos) et à côté de la cible (oui à l’Union civile) puis se reposer ensuite sur des élus mollassons et installés dans le compromis, en se croyant engagé, cela confine à la niaiserie.
    Manifester n’est qu’un minimum minimorum.
    Et ce prêtre oublie donc l’engagement personnel dans l’omission peccamineuse et condamnable.

  2. gipsy0

    merci de ce magnifique rappel à notre devoir chrétien loin de toute revendication personnelle. nous savons ( en tout cas “eux” ils ne se trompent pas )que l’enjeu est très primordial pour notre société et que nous devons nous battre TOUS ensemble, car nous sommes responsables devant Dieu .
    Pour ma part, le dimanche des rameaux n’est pas un souci (à part le très long évangile de la passion !) car c’est bien l’acclamation de Jésus à Jérusalem avant sa trahison par Judas,sa passion et sa résurrection. Vive le Christ -Roi le 24 Mars et la défense d’une civilisation qui défénd le plus faible, l’aimé de Dieu
    tous à Paris

  3. Sylvie

    Oui, il faut y aller à Paris le 24 mars, même si c’est le jour des Rameaux, Dieu, ne nous en voudra pas. Il faut y monter et dire au gouvernement que le peuple français ne veut pas de cette loi ignoble, dangereuse et scandaleuse pour la paix civile et la survie de la Nation.
    Oui, on ira par centaines de milliers. On viendra de nos villes, villages, stations de sports d’hiver, bords de mer et de partout.
    Oui, on viendra des régions, des départements avec nos instruments de musiques, nos costumes folkloriques, nos traditions et nos cultures.
    Oui, ce sera le jour le plus important de notre histoire eh alors ? Des centaines de milliers voire 2 ou 3 millions de Français arriveront de Lille, Rouen, Lorient, Brest, Nantes, Périgueux, Strasbourg, Nice, Marseille, Orange, Tours, etc… et envahiront avec leurs drapeaux, banderoles, calicots, panneaux la capitale.
    Oui, tous ces gens qui viendront à Paris non pas une fois, mais la deuxième fois répondront aux appels de la manif pour tous, des organisations sectorielles, des associations, des partis, des syndicats, des mouvements religieux ou non.
    Oui, il y aura les ouvriers des usines qui vont licencier (Acélor Mittal, Goodyear, etc…), des employés, des professeurs des écoles, des fonctionnaires d’Etat ou des collectivités territoriales, tous les corps de métier et même les agriculteurs, les étudiants, etc…
    Oui, il y aura le peuple français qui sera là et qui dira à Monsieur Hollande ceci :
    “RETRAIT DE LA LOI ET DEMISSION !”
    Ce jour-là, il faudra venir en masse de partout. Des cars sont prévus de toutes les villes, villages, communes moyennes et chefs-lieux… Des rames de TGV, il y en aura entre 9 et 12 (au lieu de 5 en janvier 2013), des trains de banlieues, des stations de métro seront ouverts pour tous les Parisiens et les Franciliens qui rejoindront les Champs-Elyséses.
    Paris sera submergée de tout un peuple qui viendra des cinq parties de la France. Même l’Outremer qui est trop loin manifestera… mais les ressortissants des DOM-TOM qui seront à Paris pourront nous rejoindre. On les invite.
    Cette manifestation n’est pas communautariste : elle est universaliste et s’adresse à tous et toutes. Catholiques, juifs, protestants, musulmans, bouddhistes constituent à nos côtés la communauté nationale. Ils peuvent venir exprimer eux aussi leur attachement, leur sentiment envers la famille dont ils sont les tributaires. Ils seront mêlés au peuple qui défilera jusqu’à la place de la Concorde où 220 ans plus tôt, on guillotinait un roi et une reine, où 80 ans plus tôt, on massacrait les patriotes.
    On a besoin de tous et de toutes. Venez en masse, rejoignez-nous et dites bien à François Hollande, à Jean-Marc Ayrault, à Najat Vallaud-Belkacem, à Christiane Taubira, à Dominique Bertinotti et aux autres membres du gouvernement que le peuple de France ne veut pas de cette loi qui va retirer les enfants aux parents légitimes, ni du mariage pour tous. Point final.

  4. mj

    à Sylvie : “2 ou 3 millions de Français arriveront de Lille, Rouen, Lorient, Brest, Nantes, Périgueux, Strasbourg, Nice, Marseille, Orange, Tours, etc…”
    et de Corse, pour la deuxième fois. Impératif !

  5. semetipsum

    Je ne vois pas de lien… qui est ce prêtre?
    [C’est un prêtre français, curé de paroisse. Il ne souhaite pas forcément que son nom apparaisse.
    Donc pas de lien pour ce courrier reçu par mail, mais toute ma parole qu’il s’agit d’un vrai prêtre.
    JL]

  6. esprit libre

    @ Sylvie 16h52
    “Oui, il faut y aller à Paris le 24 mars, même si c’est le jour des Rameaux, Dieu, ne nous en voudra pas.”

    Pourquoi voulez-vous qu’Il vous en veuille ?
    Comme l’on dit des évangéliques, il ne faut pas que tout le monde aille sur la montagne tandis que Josué combat dans la plaine.
    La place des fidèles laïcs est dans la cité.
    Une amie atteinte de maladie invalidante a voulu être emmenée sur les lieux de manifestation… Une femme d’un certain âge a traîné son mari en alzheimer au bras au rassemblement de sa ville, etc. … Alors, quand on est jeune (ou assez jeune) et bien portant… debout, en marche, le rameau en main pourquoi pas !
    Et demandons aux contemplatives et aux plus malades de prier pour la victoire et tenir le bras pour qu’il ne s’abaisse pas !

  7. clarina

    Vous avez pris vos billets? Vous êtes inscrits? Maintenant il vous reste 3 semaines pour convaincre DEUX personnes CHACUN de venir à Paris le 24. En échange vous leur offrez les sandwiches et l’coup de rouge.

  8. Sylvie

    Je n’oublierais personne même pas les Corses, ni les Basques, ni les Bretons (auquel j’appartiens car je suis d’origine bretonne et de Loire-Atlantique). Je viendrais avec mon casse-croûte, mes rameaux et mes drapeaux.

  9. C.B.

    À l’attention d’Otto: les églises, ce n’est pas ce qui manque à proximité des Champs-Élysées, une dizaine, de “La Madeleine” à moins de 800 m de la place de la Concorde, à Saint Ferdinand des Ternes, pas très loin de la place de l’Étoile, et plein d’autres que je vous épargne pour le moment.
    Comptez sur nous pour documenter les lieux et horaires des messes en temps voulu.

  10. Christian

    Merci infiniment mon Père de nous rappeler notre devoir de chrétien et les fondamentaux de notre foi.
    Notre devoir est précisément d’agir et de refuser toute lâcheté en se retranchant derrière un certain fatalisme.
    Tous sur les Champs Elysées le 24!
    Sursum corda!

  11. Luc 13

    Je ne suis pas d’accord avec l’opinion de ce prêtre.
    D’abord parce que depuis les différentes manifestations auxquelles nous sommes allés depuis novembre en Province comme à Paris, nous n’avons plus les moyens de financer un déplacement à Paris supplémentaire. C’est tout simplement trop cher pour notre famille nombreuse. Le 13 janvier nous a coûté très cher.
    Or, il y a d’autres combats à mener, tout aussi importants voire davantage à long terme, comme celui d’assurer la survie de nos écoles qui ne sont pas sous la coupe de l’EN ni du diocésain. Nous n’avons tout simplement pas les moyens de combattre sur tous les fronts à la fois.
    Enfin, la stratégie de F. Barjot (à commencer par son pseudonyme d’un goût plus que douteux) est perdante à terme, puisqu’elle revient à valider la thèse de l’acte homosexuel comme n’étant pas intrinsèquement mauvais. Je pense depuis le départ que cette stratégie sert en réalité le lobby gay.
    Donc je n’irai pas cette fois.

Laisser un commentaire