Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Reconnaissance des unions homosexuelles en Irlande

Une loi de partenariat civil a été votée par la Chambre haute en Irlande mardi. Elle institue une sorte d'équivalence entre ces unions et les mariages civils du point de vue financier, bancaire et fiscal notamment. La rupture du partenariat sera du ressort des cours compétentes pour les divorces – contrairement à ce qui se passe en France pour le PACS.

Soulignons en passant que le droit au PACS offert aux homosexuels a de fait en France déjà porté atteinte à la stabilité de la famille en attirant des couples « normaux » qui se décident notamment pour un contrat plus facile à rompre que le mariage.

Pour Jamie Bogle, juriste britannique et président de l'Union catholique de Grande Bretagne :

"Dès lors que l'on a fabriqué une loi qui considère le mariage comme une simple partenariat pour la vie communautaire et le sexe récréatif, pourquoi ne pas admettre la polygamie ? Pourquoi ne pas épouser un chien, tant qu'on y est ? Tout ce qui vous “allume” sexuellement va bien ! […] Même si vous pensez que le mariage n'est rien de plus d'une relation de cohabitation temporaire en vue du sexe récréatif, il faut quand même se poser la question de qui va élever la prochaine génération d'enfants. (…) L'Etat doit-il se contenter de dire : cela nous est égal de savoir de quelle manière ces enfants vont être élevés ?"

La loi irlandaise prévoit des poursuites pénales à l'encontre de tout officier d'état civil qui refuserait de conduire une cérémonie pour des homosexuels, l'objection de conscience proposée par des députés et des sénateurs ayant été écartée du texte définitif.

La reconnaissance de droits fondés sur la simple existence d'une cohabitation de nature sexuelle est désordonnée et porte atteinte aux droits prioritaires des couples qui s'engagent à la stabilité et à l'ouverture à la vie, qu'ils se révèlent naturellement féconds ou non, car ils forment le cadre naturel pour accueillir des enfants.

Partager cet article

8 commentaires

  1. C’est la légalisation de Sodome et Gomorrhe…

  2. Heureusement, le monde politique commence à réagir, à commencer par le maire de paris, Bertrand Delanoë, qui n’a pas hésité à écrire dans le Monde du 6 juillet : « S’installe le sentiment d’une société devenue amorale, dans laquelle la défiance est le sentiment le mieux partagé. »
    A méditer !
    n’oublions pas que les partis fascistes de l’histoire se sont toujours voulus populaires, voire socialistes…

  3. Ils parachèvent la monstruosité de la chose en interdisant l’objection de conscience !
    Si ce n’est pas totalitaire, ça !

  4. Je crois que le maire de Paris lorsqu’il s’exprime ainsi ne parle pas vraiment dans un sens général mais restrictif par rapport à ses intérêts qui peuvent conjoncturellement se trouver malmenés.
    Je resterais méfiante et très pessimiste quant à un réveil de conscience du politique et notamment de l’UMPS et petits partis associés…, d’autant plus dans les grandes villes où ils ont besoin pour survivre d’un certain nouvel électorat.

  5. La négation de l' »objection de conscience » qui n’est qu’une réponse à une loi injuste, comporte un enseignement sur ce que l’on pourrait appeler « le sophisme de l’opinion divergente » :
    Le sophisme selon lequel les croyants n’ont pas le droit d’imposer leur opinion (alors qu’il ne s’agit pas de croyance, mais de conclusions de la raison universelle de l’homme), donc n’ont pas le droit d’imposer leur opinion parce que certains ne la partagent pas, a pour résultat de rendre obligatoire l’erreur contraire au droit naturel.
    Il est absurde d’imposer une opinion au nom de la liberté d’opinion.
    Ce qui démontre par l’absurde (raisonnement logique dit « par l’absurde ») que le principe maçonnique selon lequel les conclusions de la raison universelle de l’homme ne sont qu’une opinion parmi d’autres est un sophisme.
    Maintenant, si quittant le raisonnement par l’absurde, on examine la situation positivement on voit que le libéralisme viole la liberté de conscience des êtres humains. Car dépend de la liberté de conscience de pouvoir affirmer que le mariage est l’union de deux êtres de sexes différents et aptes à copuler, et cela seulement, et que le mariage ne peut souffrir d’imitations reconnues par la société politique.

  6. Pourquoi ne pas légaliser les mariages entre un adulte et un mineur, pendant qu’on y est ?

  7. L’Irlande sombre à son tour. Le naufrage est général…
    Le châtiment le sera aussi !

  8. La question d’Euronews :
    « Êtes-vous favorables aux mariages homosexuels? »
    http://fr.euronews.net/infos/you/

Publier une réponse