Bannière Salon Beige

Partager cet article

Religions : Eglise orthodoxe

Rapprochement en vue avec les orthodoxes

Un document conjoint entre catholiques et orthodoxes reconnaissant la primauté du pape doit être publié aujourd’hui à Rome. Le texte intitulé «Conséquences ecclésiologiques et canoniques de la nature sacramentelle de l’Église – Conciliarité et synodalité dans l’Église» est le fruit du travail de la commission de dialogue théologique entre Églises catholique et orthodoxes, qui s’est réunie à Ravenne (Italie) en octobre. Les signataires reconnaissent que l’Église de Rome

"occupe la première place dans l’ordre canonique et que l’évêque de Rome est donc le tout premier parmi les patriarches" (dans l’Église primitive, ils étaient cinq : Rome, Constanti­nople, Alexandrie, Antioche et Jérusalem).

Des désaccords demeurent cependant : si la primauté du pape et de Rome est reconnue, il reste à définir les prérogatives exactes du chef de l’Église catholique. Catholiques et orthodoxes sont d’accord pour affirmer que chaque évêque est maître chez lui et qu’au niveau régional ils doivent reconnaître un primus inter parespremier entre égaux»). Mais, au niveau universel, les choses sont différentes. Le document affirme que

"ceux qui sont les premiers doivent reconnaître parmi eux celui qui est le premier".

Mais ce ne serait pas forcément une fois pour toutes ; autrement dit, dans la pratique, ce rôle ne reviendrait pas automatiquement au pape. Et, quoi qu’il arrive, ce dernier ne pourrait pas gouverner seul :

"Le premier ne peut rien faire sans le consentement de tous."

Dans les Églises orthodoxes, l’assemblée synodale détient l’autorité suprême, mais pas à Rome.

En outre, les orthodoxes sont désunis : en octobre, la délégation du patriarcat orthodoxe de Moscou a quitté la réunion de Ravenne, à cause d’un désaccord avec le patriarcat de Constantinople, qui avait invité à la rencontre une délégation de l’Église apostolique estonienne, laquelle n’est pas reconnue par Moscou. L’Église orthodoxe russe regrettait aussi que des Églises sous son autorité (États-Unis et Japon en particulier), n’aient pas été invitées. Le document publié simultanément au Vatican, à Istanbul, Athènes et Chypre, n’a pas été signé par le patriarcat de Moscou, qui représente la moitié des orthodoxes du monde. Le cardinal allemand Walter Kasper a souligné hier soir sur Radio Vatican que "la route qui conduit vers la pleine unité avec les orthodoxes est encore longue".

Quoi qu’il en soit, c’est une avancée importante. Benoît XVI a convoqué le 23 novembre tous les cardinaux pour une grande réunion sur le thème de l’œcuménisme.

Michel Janva

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services