Questions autour du texte Amoris Laetitia

Image-petition-dubia2Le 14 novembre 2016, le cardinal Walter Brandmüller, ancien président du Comité pontifical des Sciences historiques, le cardinal Raymond L. Burke, patron de l'Ordre de Malte, le cardinal Carlo Caffarra, archevêque émérite de Bologne, et le cardinal Joachim Meisner, archevêque émérite de Cologne, ont rendu publiques sur le site de Sandro Magister, les questions qu'ils ont posées au pape à propos de la réception de l'exhortation post-synodale Amoris Laetitia. Le cardinal Müller, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, s'était personnellement chargé de les présenter au pape.

La forme du recours des cardinaux est celle des interrogations classiques que l'on adresse au Saint-Siège : ce sont des dubia (des doutes), formulés de telle sorte qu'ils demandent une réponse par « oui » ou par « non », en référence à la parole évangélique : « Que votre oui soit oui ; que votre non soit non » (Mt 5, 37). Le schéma de chaque question est d'une simplicité qu'on peut justement dire évangélique : le magistère antérieur « fondé sur la Sainte Écriture et sur la Tradition de l'Église » est-il invalidé sur les points où Amoris lætitia semble en contradiction avec lui ?

Il s'agit ici de questions de foi et de morale dans les matières les plus graves. Elles sont posées par des membres du Sacré Collège. Elles sont adressées au Successeur de Pierre, dont la mission est précisément d'affermir ses frères dans la foi (Lc 22,32).

Pour exprimer respectueusement votre appui à la lettre des cardinaux et soutenir leur initiative, signez la supplique ci-dessous. Elle sera alors envoyée directement au Vatican.

Capture d’écran 2016-12-29 à 10.09.24

Une réflexion au sujet de « Questions autour du texte Amoris Laetitia »

  1. gilles Frappin

    Je ne signerai pas cette supplique au pape,cela est parfaitement inutile,je préfèrerais signer une supplique pour son abdication ou sa déposition pour apostasie!
    Bergoglio qui nous annonçait en 2013 un règne de deux ou trois années s’est bien moqué de nous,nous attendons toujours les effets de sa prétendue réforme et clarification des finances du Vatican,par contre sa “réforme” de la curie n’a pas attendu ,cet homme n’est qu’un petit dictateur à multiples facettes!
    Avec une rapidité surprenante il canonise deux papes et en béatifie un troisième,cela ne l’empêche pas pour autant de ne pas suivre leur exemple,à savoir tenter de restaurer l’Eglise à la suite d’un concile convoqué de manière totalement injustifiée dans l’euphorie de l’après guerre et qui s’avèrera dévastateur,rappelons-nous d’ailleurs que ce concile ne devait durer qu’un an.
    A propos des prises de position politique de l’actuel pape nous pouvons nous reporter aux parole de Jean XXIII :” Les mots de la Bible décrivant l’attitude du vieux patriarche Jacob au milieu de ses fils de droite et de gauche:”leur père considérait la chose en silence” (Genèse .37,11),m’ont bien servi.Que chacun sache se tenir à sa place,avec mesure!”
    En ce qui concerne l’oecuménisme voici ce que ce même pape demandait dans sa prière pour le concile:”Nous vous prions aussi pour les brebis qui ne sont pas dans l’unique bercail de Jésus-Christ,afin que,de même qu’elles s’honorent d’être chrétiennes,de même elles parviennent enfin à l’unité sous la conduite de l’unique Pasteur”.
    Lorsque l’on voit une statue de Luther dans la salle Paul VI à Rome aucun doute n’est permis concernant Bergoglio et le concile dont il se réclame comme ses prédécesseurs, et dont il est un pur produit,ordonné en 1969.
    Pour terminer je m’inspirerai des paroles de la princesse Diana:”Lorsqu’il y a trois personnes dans un couple cela fait une de trop!”Lorsqu’il y a deux papes dans l’Eglise Catholique Romaine cela fait un de trop,à moins de souhaiter revenir au grand schisme d’Occident!

Laisser un commentaire