Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

Quels laboratoires utilisent des embryons humains ?

Laurent Meeschaert vient de créer embryo-ethics,
un site publiant les conclusions d'une enquête sur les laboratoires
pharmaceutiques et cosmétiques
. Une mine d'informations pour qui veut
savoir lesquels de ces laboratoires versent ou non dans la recherche sur
l'embryon
. Il répond à l'Homme Nouveau :

"Ce site propose
donc les résultats d'une enquête que j'ai menée auprès des 44 principaux
laboratoires pharmaceutiques du monde et cotés sur les marchés
financiers
pour connaître leurs méthodes de travail et savoir, en
particulier, lesquels pratiquent la recherche sur l'embryon. Laquelle,
comme chacun sait, implique la destruction de
l'embryon
. Embryo-ethics.com est donc un outil pour les investisseurs
désireux de faire des placements financiers et soucieux de ne pas
sacrifier l'exigence du respect de la dignité humaine à celle de la
performance. […]

Les
laboratoires que vous avez contactés étaient-ils prévenus des raisons
qui vous animaient et du fait que les résultats de votre enquête
seraient rendus publics ?
Je
leur ai écrit en expliquant que, comme investisseur, je voulais
enquêter sur leurs méthodes de recherche, ne sachant pas encore à
l’époque que je publierai ces résultats. Aux laboratoires qui m’ont
répondu qu’ils pratiquaient la recherche sur l’embryon, j’ai expliqué
que je n’investirai désormais plus chez eux tant qu’ils n’évolueraient
pas sur ce point, j’ai au contraire encouragé ceux qui m’ont répondu
qu’ils n’usaient pas de ces pratiques, leur disant que je me réservais
le droit d’investir chez eux
.  
Vous faites sur le site le lien entre cet enjeu éthique et la crise financière, pouvez-vous l’expliciter ?
La
crise financière ne vient pas seulement d’un problème technique mais
plus profondément de la perte de sens dans l’économie
. On se pose bien
peu la question du pourquoi dans ce domaine. Certains laboratoires,
comme d’autres entreprises pour d’autres types de problématiques, ne
réfléchissent pas aux implications de leurs méthodes de recherche. Cette
accumulation de non-sens est génératrice de crise. Chacun à son niveau
doit prendre conscience de cette perte de sens et, comme investisseurs,
nous devons en tenir compte dans les choix que nous posons.
Pensez-vous, au stade où nous en sommes, que ces laboratoires puissent se raisonner ?
Ce
n’est pas moi, investisseur unique, qui pourrait les faire évoluer.
 Mais les choses pourraient changer si nous étions plusieurs et c’est
évidemment le but de cette enquête.
[…]"

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services