Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

“Quand on est devant un embryon, on est devant une vie humaine”

C'est en ces termes que l'archidiocèse de Montevideo se dresse contre un projet de loi permettant en Uruguay la recherche sur les cellules souches embryonnaires qui est "une grave atteinte à la dignité humaine".

Partager cet article

1 commentaire

  1. enfin une chose intelligente de dite …
    En effet, ce que l’on peut (et doit) dire, devant l’embryon, c’est : CETTE CHOSE EST UNE CHOSE HUMAINE VIVANTE.
    (j’emploie le mot chose au sens latin de RES, et non pas au sens français qui ne désigne que les êtres inanimés).
    C’est un ETRE VIVANT, et un VIVANT HUMAIN.
    Si on veut sauter les étapes, et dire tout de go “c’est une personne humaine”, on se trompe, et on ne convaincra jamais quiconque. Car ceux pour qui le mot “personne” désigne la conscience (au moins potentielle) ou l’esprit, ne diront jamais que l’embryon humain est une personne.
    Le mot “personne” est déjà interprétatif de la réalité : il faut, pour l’embryon, désigner purement et simplement la réalité, cette RES : un ETRE VIVANT HUMAIN.
    La phrase de l’archidiocèse de Montevideo est donc très bonne.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services