Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Quand François Hollande parlait comme Xavier Kemlin

Savoureux au moment où Xavier Kemlin porte plainte contre Julie Gayet pour mesurer le coût de la deuxième maîtresse présidentielle pour le contribuable, et où l'on apprend que la belle retrouve régulièrement Moi-Président dans un appartement dont le propriétaire serait un président du CAC 40, et le locataire un Corse condamné pour blanchiment d'argent.

C'était le 8 mai 2007, Nicolas Sarkozy passait ses vacances sur le yacht de Bolloré, et François Hollande s'indignait alors sur Canal + :

"Ce qui pose un problème, c'est le style de ces vacances, le fait qu'il soit sur le bateau d'un riche homme d'affaires et qu'on ne sache pas aujourd'hui si c'est la République qui assure le défraiement de ce déplacement. (…) Moi, ce qui m'intéresse, sans tomber dans je ne sais quelle polémique, c'est de savoir si c'est la République qui paie. (…) Quand on emploie le mot 'habiter la fonction', on fait attention à ne pas habiter dans n'importe quel lieu avant la prise des responsabilités."

Partager cet article

10 commentaires

  1. Les actions de Monsieur KEMLIN sont aussi salvatrices que jubilatoires.
    Quand le peuple des François PIGNON refusera de se rendre aux diners de Monsieur HOLLANDE, celui ci se retrouvera bien seul à rire de ses propres conneries.
    CQFD

  2. Si c’est le site gouvernemental Vie Publique.fr lui-même qui le dit, yapluka…
    http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/fonctionnement/president-republique/role/quoi-consiste-procedure-destitution.html
    “La procédure de destitution peut être déclenchée « en cas de manquement [du chef de l’État] à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat ». Elle peut porter sur le comportement politique mais aussi privé du président, à condition que ses actes aient porté atteinte à la dignité de sa fonction. Elle pourrait être déclenchée en dehors de toute infraction pénale et constitue une sanction politique, et non pénale, du président.”

  3. Comme quoi, moi-président, applique :
    “fais ce que je te dis, pas ce que je fais !”
    Un grand classique en quelque sorte.
    Et tout ça aux frais des contribuables puisqu’il bénéficie dans ces moments-là de la protection due aux présidents de la république. Être protégé pour courir le guilledou, comme Mitterrand pour l’entretien de ses maîtresse et enfant.

  4. C’est savoureux !
    Moi Président de la République je serais le 1er fraudeur de France
    Moi Président de la République je serais le 1er menteur de France
    Moi Président de la République je serais le 1er queutard de France
    Moi Président de la République je serais le 1er polygame de France

  5. Excellente trouvaille ! Mais ce que disent ces gens, ce n’est que du bruit vide de sens.

  6. Comme dit ma concierge : “quand on crache en l’air ça vous retombe toujours dessus…”!

  7. En élisant Sarkozy et son bling bling les Français avaient l’impression d’avoir élu un gagnant de la loterie nationale et avec Hollande c’est un personnage de Feydeau de boulevard qu’ils ont élu !!!
    Vive Saint Louis !!!

  8. Tout cela passera comme une lettre à la poste car la vie privée du président ne regarde personne;
    mais on peut se poser des questions sur ce choix de ne jamais s’engager avec ses compagnes:
    En effet comment croire à ses engagements pour la France? s’engager c’est une question d’honneur, est-ce que cela ne s’applique pas à tous les choix de la vie ? publics ou privés

  9. C’est l’arroseur arrosé: depuis toujours la gauche essaye de se poser en groupe moralement respectable face à une droite “riche et pourrie” sauf que c’est exactement le contraire que nous constatons depuis longtemps :
    quand on peut payer cash un très bel appartement alors qu’on ne travaille pas, on n’est pas vraiment dans la norme affichée par la gauche prétendue au service des pauvres: de même quand on fait charger la police contre des Français qui défilent en famille pour protéger ce qui est la base de la société on n’est pas non plus à l’écoute du peuple ! à moins que le peuple ne soit que la “gôche”! et qu’on l’ignorait !
    Espérons donc que ces évènements nous débarrasseront de leur leçons de morale “républicaine” qu’on ne supporte plus.

  10. Si je ne pense pas en catholique mais en simple citoyen, pour l’instant la Julie ne me coûte rien et si elle maintient le président en forme, pourquoi pas ?
    Par contre la Valérie, avec tout ce qu’elle nous coûte en voyages, en costumes, en bureaux, en ridicule et honte sur le plan international, je ne peux plus la voir et ses peines de coeur me font autant rire (que Madame Ségolène en dépit de ses déclarations à la presse).
    Et la presse qui pleurniche sur ses “engagements officiels” ! La concubine a des “engagements officiels” hors de la couche présidentielle ? Depuis quand ?

Publier une réponse