Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : François

“Psiquiatria” ou la dictature du seul mot tiré d’une réponse complète et globale du Pape de 2mn et 25s

Le procédé est connu et le coup a porté contre le Saint-Père. Retrouvez ci-dessous l'intégralité des propos du Pape.

Et voici la suite donnée que les détracteurs systématiques de l'Eglise ne donnent pas et qu'il nous appartient de préciser aussi à ceux qui seraient choqués par ce terme que le Pape a fait retirer de la retranscription officielle de son intervention : 

"2/ Pourquoi le pape a-t-il parlé de « psychiatrie » ?

L’utilisation de ce mot a suscité une vive polémique sur les réseaux sociaux. Interrogée lundi 27 août par l’AFP, la salle de presse du Saint-Siège précise que « quand le pape se réfère à psychiatrie, il est clair qu’il cite cela comme un exemple, parmi “différentes démarches qu’ils (les parents) peuvent faire”. Avec ce mot, il ne voulait pas dire qu’il s’agit d’une “maladie psychiatrique”, mais que cela a peut-être quelque chose à voir avec la psychologie. »

De fait, on peut supposer que le pape, en répondant rapidement, a englobé dans ce mot « psychiatrie » l’ensemble des « psys ». Dans la retranscription officielle, ce mot « a été enlevé » plutôt que remplacé « pour ne pas changer la pensée du Saint-Père », explique la salle de presse du Saint-Siège en rappelant que le pape demande toujours à relire les retranscriptions de ses discours prononcés spontanément, « pour être sûr de ne pas avoir dit choses imprécises ou incorrectes ».

En Argentine, la psychanalyse est historiquement liée à la psychiatrie : ce sont en grande partie des psychiatres qui ont introduit les travaux de Freud dans ce pays et qui, au sein de l’Association psychiatrique argentine (APA), ont milité pour que la psychanalyse ne puisse être pratiquée que par des médecins. Il faudra attendre l’arrivée du lacanisme en Argentine pour que psychiatrie et psychanalyse se séparent. Le pape François avait d’ailleurs révélé, dans son livre d’entretiens avec Dominique Wolton (1), qu’il avait lui-même suivi une psychanalyse pendant six mois à 42 ans, avec « une femme médecin et psychanalyste ».

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!